Arrêté du 20 septembre 2012 modifiant l’arrêté du 17 février 2012 établissant les modalités de répartition du quota de thon rouge (Thunnus thynnus) accordé à la France pour la zone océan Atlantique

MINISTERE DE L’ECOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L’ENERGIE

TRANSPORTS, MER ET PECHE

18 Arrêté du 20 septembre 2012 modifiant l’arrêté du 17 février 2012 établissant les modalités de répartition du quota de thon rouge (Thunnus thynnus) accordé à la France pour la zone océan Atlantique à l’est de la longitude 45° Ouest et Méditerranée pour l’année 2012
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000026427246&dateTexte=&categorieLien=id

Publicités

Des flottes non autorisées dans les zones de thon rouge de Méditerranée selon le WWF – Agrisalon

Deux importantes flottes non autorisées ont été repérées récemment en Méditerranée dans l’une des principales zones de reproduction du thon rouge, alors que la saison de pêche est en cours, selon le WWF-France.

Dans un communiqué, le WWF indique que « treize navires chinois et une flotte de pêche battant pavillon inconnu » ont été présents dans la zone de pêche, aucun de ces navires n’étant enregistré sur les listes de navires autorisés.

La flotte chinoise, selon Wwf, « a traversé la Méditerranée de Suez à Gibraltar, avant de quitter la région le 26 mai ». Les navires sont passés par le canal de Sicile, et leur signal radio « a été perdu pendant 2 jours ». En réponse à des demandes d’éclaircissements, « les autorités chinoises ont déclaré que la flotte se dirigeait vers la Mauritanie », selon Wwf.

La seconde flotte, sous pavillon inconnu, « a été repérée à plusieurs reprises à l’ouest de la Méditerranée, notamment au large des Baléares, principale zone de pêche du thon rouge ». « Malgré des signes évidents de pêche illégale et les nombreuses alertes lancées aux autorités compétentes (…), à notre connaissance aucune inspection n’a été faite en mer », a indiqué Sergi Tudela, responsable du programme pêche au Wwf Méditerranée.

Quant aux thoniers senneurs français, ils ont atteint leur quota de prises de thon rouge et sont rentrés au port mercredi, soit 15 jours avant l’échéance. « Ce qui ne veut pas dire que les quotas sont « trop faibles » ni que l’espèce n’est plus en danger », souligne Wwf, qui rappelle que l’évaluation du stock doit être publiée en septembre. La saison de pêche était fixée du 15 mai au 15 Juin pour les thoniers senneurs, qui alimentent les fermes d’engraissement et sont responsables de la majorité des captures.

AFP

viaEnvironnement – Des flottes non autorisées dans les zones de thon rouge de Méditerranée selon le Wwf – Agrisalon.

L’Europe renforce sa réglementation contre la pêche au thon rouge – Agrisalon

L’Union européenne s’est dotée mercredi d’une nouvelle réglementation pour réduire les captures illégales de thon rouge dans l’Atlantique Est et la Méditerranée.

Une résolution adoptée à la très grande majorité des députés européens (635 voix pour, 16 voix contre, et 11 abstentions) impose à l’UE de se mettre en conformité avec les recommandations approuvées lors de la réunion annuelle de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Cicta) en novembre 2010. En tant que partie contractante de la Cicta, l’Union européenne est contrainte d’intégrer ces recommandations dans le droit européen.

Les nouvelles dispositions prévoient l’extension de la période de fermeture de la pêche (du 15 juin au 15 mai), la réduction de la taille des flottes de pêche et le renforcement des contrôles. « Bien qu’il s’agisse d’un pas dans la bonne direction, je regrette que les règles soient loin d’être à la hauteur des avis scientifiques. Il s’agit d’une occasion manquée de sauver le thon rouge », a déclaré le rapporteur du texte, le député espagnol écologiste Raül Romeva i Rueda.

Le nouveau plan de reconstitution de la Cicta a réduit de 13.500 tonnes à 12.900 le total admissible des captures (Tac) de thon rouge au niveau international. Le Tac alloué à l’UE a été réduit de 7.113,15 tonnes en 2010 à 5.756,41 tonnes en 2011. Le règlement entrera en vigueur dès son adoption par les ministres de l’UE. Le thon rouge, dont la surpêche menace la survie, est classée sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale de conservation de la nature (Uicn).

AFP

viaEnvironnement – L’Europe renforce sa réglementation contre la pêche au thon rouge – Agrisalon.

Thon rouge, le braconnage s’intensifie

Décidément, les pêcheurs méditerranéens sont indécrottables ! Année après année, les avertissements des scientifiques sont alarmistes : la surpêche des thons rouges menace très gravement l’espèce. Rien n’y fait, les thoniers continuent à tricher. C’est notre carton rouge de la semaine.

Des prises de thon rouge 3 fois supérieures au plafond autorisé

thon rougeD’un coté, les Japonais Les japonais font pression sur la communauté internationale pour préserver leur droit de pêche. De l’autre, les chiffres sont tombés ; sans appel : plafond autorisé 12 737 tonnes de thon. Pêche effectivement constatée : 32 564 tonnes de poisson !

peche au thonCe constat fait par la fondation américaine Pew montre que les pratiques des pêcheurs ne changent pas. Pire, quand ils font semblant de rester à quai pour toucher des indemnités européennes pour compenser la non-pêche, comme les Italiens en 2010, ils vont pêcher le thon rouge …  sur des bateaux libyens.

Les thoniers français  et espagnols ne font pas mieux : alors que c’est interdit, ils utilisent des technologies interdites pour ne laisser aucune chance aux bancs de thon rouge (sonars, détection aérienne, …).

Autre fraude manifeste mais pas nouveau (1): les navires européens ont été piller les eaux lybiennes prohibées pour cause de révolution. Ils ont été trahis par leur boîte noire. Ce n’est pas ça qui les arrête. La Cicta(2), censée mettre de l’ordre dans tout ça n’y peut pas grand chose.

carton rouge thon rougeDepuis 1950, plus de 90% des grands prédateurs comme le thon, ont été décimés. Les stocks disponibles de thon rouge pourraient définitivement s’effondrer dès 2012 selon le WWF. Faudrait-il que plusieurs Capitaine Watson ou l’armée s’en mêle ? Ou bien on attend qu’il n’y ait vraiment plus aucun thon rouge en mer ?

thon rouge*
Je réagis

(1) Dès 87, on dénonçait que des thoniers français se soient installés à Tripoli :  Pêche au thon, les Français changent de pavillon

(2) La Cicta, Commission internationale de conservation des thonidés d’Atlantique,

Tous les articles sur le thon rouge
Casse toi, pauvre thon !
Acheter du poisson sans menacer la biodiversité

viaThon rouge, le braconnage s’intensifie.

Arrêté du 8 avril 2011 définissant les mesures de contrôle de la pêcherie de thon rouge (Thunnus thynnus) dans le cadre du plan pluriannuel de reconstitution des stocks de thon rouge dans l’Atlantique Est et la Méditerranée


http://www.legifrance.gouv.fr/
affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000023888540&dateTexte=&categorieLien=id

L\’UE risque de ne pas être autorisée à pêcher le thon rouge cette année – Agrisalon

L’UE risque de ne pas être autorisée à pêcher le thon rouge cette année, les pays européens concernés, France exceptée, n’ayant pas soumis à ce jour des plans de reconstitution des stocks conformes, a averti la Commission européenne dans une lettre obtenue mercredi par l’Afp.

« Nos flottes risquent de ne pas être autorisées à pêcher leur quota pour 2011 (…) si l’UE n’est pas en mesure de soumettre ces plans en temps voulu », a souligné la commissaire à la Pêche Maria Damanaki, dans cette lettre envoyée aux ministres des pays concernés.

L’UE, par le biais de la Commission européenne, avait jusqu’à vendredi dernier pour soumettre à la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Cicta) ses plans détaillant notamment le nombre et le type de navires qu’elle comptait autoriser cette année à pêcher le thon rouge. « Or, cela n’a pas été possible en raison de l’absence de conformité de la plupart des projets remis » par les Etats concernés, à l’exception de la France, selon la lettre de Mme Damanaki.

12.900 tonnes en 2011 contre 13.500 tonnes en 2010

La décision d’autoriser l’UE à pêcher le thon doit être prise lors d’une réunion du comité de conformité de la Cicta, du 21 au 25 février. La commissaire européenne attire, dans sa lettre, l’attention des ministres concernés « sur la nécessité et l’urgence de remédier à cette situation, notamment pour ne pas porter préjudice à ceux qui, comme la France, ont rempli leurs engagements et ont donc un droit légitime à pêcher leur quota ».

La saison de pêche au thon rouge s’ouvre en général en mai-juin et ne dure que quelques semaines. Lors de leur dernière réunion, les 48 Etats pêcheurs de la Cicta ont adopté une limite de la pêche au thon rouge en Méditerranée à 12.900 tonnes en 2011, contre 13.500 tonnes en 2010, au désespoir des Ong écologistes qui réclamaient une réduction drastique pour sauvegarder l’espèce. Outre la France, les principaux pays européens concernés par la pêche au thon rouge sont l’Espagne, l’Italie, Malte, Chypre et la Grèce.

AFP

viaEnvironnement – L\’UE risque de ne pas être autorisée à pêcher le thon rouge cette année – Agrisalon.

Thon rouge: quasi-stabilité des quotas de pêche, déception des écologistes

PARIS (AFP) – 27.11.2010 19:54

Les Etats pêcheurs de thon rouge réunis à Paris ont opté samedi pour une quasi-stabilité des quotas de pêche pour 2011, provoquant une immense déception chez les ONG écologistes qui réclamaient une réduction drastique, nécessaire selon eux pour sauvegarder l’espèce.

voir_le_zoom : Des militants écologistes manifestent à Paris lors de la réunion de la Commission internationale pour la Conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA), le 21 novembre 2010Des militants écologistes manifestent à Paris lors de la réunion de la Commission internationale pour la Conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA), le 21 novembre 2010

Les Etats pêcheurs de thon rouge réunis à Paris ont opté samedi pour une quasi-stabilité des quotas de pêche pour 2011, provoquant une immense déception chez les ONG écologistes qui réclamaient une réduction drastique, nécessaire selon eux pour sauvegarder l’espèce.

AFP/Archives – Francois Guillot
voir_le_zoom : Panneaux posés par Greenpeace sur une plage de Cannes, le 15 mai 2010Panneaux posés par Greenpeace sur une plage de Cannes, le 15 mai 2010

Les ONG écologistes avaient plaidé depuis le début pour une réduction du quota à 6.000 tonnes en 2011.

AFP/Archives – Loic Venance

Les Etats pêcheurs de thon rouge réunis à Paris ont opté samedi pour une quasi-stabilité des quotas de pêche pour 2011, au désespoir des ONG écologistes qui réclamaient une réduction drastique, nécessaire selon eux pour sauvegarder l’espèce.

Après dix jours de tractations intenses à huis clos, les 48 Etats pêcheurs de la Commission internationale pour la Conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA), ont adopté une limite de la pêche au thon rouge en Méditerranée à 12.900 tonnes en 2011, contre 13.500 t en 2010.

« Une fois de plus on a refusé au thon rouge la protection dont il avait désespérément besoin », a déploré Sue Liebermann, responsable de la politique des pêches de l’ONG américaine PEW.

La réunion a « conduit le thon rouge dans le couloir de la mort », a estimé Greenpeace tandis que l’ONG Oceana y a vu « un échec massif » pour cette espèce.

Les ONG faisaient campagne pour une réduction du quota à 6.000 t ainsi que l’instauration de sanctuaires dans les zones de reproduction pour le thon rouge, qui migre pour ce faire en Méditerranée et dans le Golfe du Mexique. En séance l’idée a été « balayée en cinq minutes et sans la moindre réaction des Etats membres », a précisé à l’AFP Charles Braine du WWF, qui a participé comme observateur aux réunions.

Le Japon, qui absorbe 80% des thons rouges pêchés en Méditerranée, avait, lui, réclamé des contrôles plus sévères pour enrayer la pêche illégale et le marché noir de cette espèce dont la chair raffinée est très recherché pour les sushis et sashimis.

« Je ne suis pas content à 100% », a indiqué le chef de la délégation du Japon Masanori Miyahara à l’AFP. « Il nous reste à mettre beaucoup de choses en oeuvre pour s’assurer » de l’efficacité des contrôles et « de la capacité de chacune des parties de s’y tenir », a-t-il dit. Une réunion de la CICTA est prévue sur ce point en février, selon lui.

La délégation américaine s’est également montrée déçue.

« Je ne peux pas dire que nous avons agi en conformité avec le principe de précaution comme je l’aurais souhaité », a confié Russel Smith, chef de la délégation à l’AFP.

A l’inverse le ministre français de la Pêche Bruno Le Maire s’est « félicité », dans un communiqué, du résultat qui représente, selon lui, « l’équilibre entre le respect de la ressource et le maintien du tissu socio-économique sur le long terme ».

Réaction identique du côté du Comité français national des pêches qui estimait que la « raison » l’avait emporté.

Cependant, les efforts de la France pour obtenir un étalement de ses obligations de restituer sa « dette de thon » (5.000 tonnes de dépassement de son quota en 2007) ont échoué. Aucun commentaire n’a été fait officiellement sur ce point.

Le Maroc avait tenté, en vain, de faire une proposition d’étaler les délais pour les restitutions pour l’ensemble des Etats membres, alors que pour l’UE seule la France est concernée. La proposition a été rejetée.

Enfin, la Commissaire européenne, Maria Damanaki, qui avait pourtant préconisé en octobre une réduction des quotas à 6000 t avant de se rétracter, a estimé que la décision de la CICTA de réduire à 12.900 T constituait « un pas dans la bonne direction pour une gestion durable du thon ».

« C’est important non seulement pour les eaux et les stocks de la CICTA mais aussi pour la gestion des pêches dans le monde et pour l’Union europe », a-t-elle indiqué dans un communiqué. L’UE a pu maintenir sa part des quotas d’un peu plus de 56% répartis essentiellement entre la France, l’Espagne et l’Italie.

L’accord prévoit également une légère redistribution des quotas entre les pays pêcheurs, en particulier entre l’Algérie, la Libye, la Turquie et l’Egypte. Alger et Ankara ont cependant émis des réserves quant à la nouvelle distribution, selon les ONG.

L’organisation n’a publié aucun communiqué samedi soir à l’issue de cette réunion à huis-clos.

© 2010 AFP

viaTV5MONDE : actualites : Thon rouge: quasi-stabilité des quotas de pêche, déception des écologistes.

Quota de thon rouge, tous perdants

Si la CICTA suit bien la recommandation de quota de la France, elle lui demande aussi de rembourser sa dette de 1.500 tonnes. L’échec n’est pas que du côté de Paris.

Par Frédéric Lewino

Quota de thon rouge, tous perdants

Les thoniers-senneurs français pourraient avoir à se partager quatre fois moins de thon rouge que l’an passé. © Palasz Christine / Maxppp

On le craignait, c’est fait : la réunion de la CICTA (Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique) vient de décider de reconduire pour 2011 le quota de 2010 à quelques centaines de tonnes près : 12.900 tonnes contre 13.500 tonnes pour cette année. C’est un échec total pour la commissaire européenne à la Pêche Maria Damanaki, qui avait, dans un premier temps, recommandé un quota de 6.000 tonnes, et qui, dans l’affaire, perd toute crédibilité. C’est le pire scénario et une totale bérézina pour les ONG, qui n’ont pas non plus été entendues par la CICTA pour faire interdire les thoniers-senneurs et l’accès aux zones de reproduction du thon rouge. « Une nouvelle fois, les délégations ne se sont pas préoccupées d’assurer la sauvegarde d’une espèce emblématique et menacée, explique François Chartier, de Greenpeace. Le CICTA démontre que seul prime l’intérêt économique à court terme de la pêche industrielle. »

C’est bien sûr également une catastrophe pour les populations de thon rouge, affaiblies, qui plus est cette année, par la marée noire du golfe du Mexique qu’ils fréquentent quand ils ne fraient pas en Méditerranée.

Remous en perspective

Bruno Le Maire, le ministre de la Pêche, aurait le droit de se réjouir de cette décision, lui qui a tant poussé pour obtenir le plus haut quota possible afin de protéger les intérêts des thoniers français, quitte à affirmer avec le plus bel aplomb que la pêche industrielle au thon rouge fait vivre 500 personnes, pêcheurs et autres. Ce qui est absolument faux. Pourtant, Bruno Le Maire fait grise mine car le CICTA a repoussé la demande de la France d’étaler le remboursement de sa dette pour dépassement de quota en 2007. En 2011, Paris devra donc déduire 1.500 tonnes de son quota national, ce qui laissera aux pêcheurs français 1.000 tonnes à se partager. Soit la moitié de l’an dernier. C’est un quasi-moratoire pour la pêche française. Car une fois la part de la pêche traditionnelle déduite, les thoniers-senneurs n’auront plus grand-chose à se mettre sous la dent. Peut-être 800 tonnes, de quoi assurer la campagne d’une demi-douzaine de navires. « Nous demandons que ce quota soit alloué aux pêcheurs artisanaux et non aux thoniers-senneurs, seuls responsables de dépassements de quota en 2007 », rajoute François Chartier.

On imagine bien que le tonitruant et excité Mourad Kahoul, représentant des thoniers-senneurs, ne va pas rester dans son coin à éponger ses larmes. Il devrait promettre au gouvernement quelques petits remous. Comme un blocage des ports. Histoire de décrocher la plus forte indemnisation possible. Une fois de plus les contribuables européens et français devront mettre la main à la poche pour un thon qu’ils ne mangeront jamais. Dans cette affaire, on marche sur la tête.

viaQuota de thon rouge, tous perdants, actualité Lewino ramène sa science : Le Point.

Greenpeace entrave une \ »croisière\ » des pêcheurs de thon sur la Seine à Paris

 

PARIS (AFP) – 22.11.2010 21:34

Quelque 25 activistes de Greenpeace ont entravé lundi une croisière sur la Seine des pêcheurs français organisée pour les délégations participant depuis le 17 novembre à la réunion annuelle de l’organe de régulation de la pêche au thon dans l’Atlantique.

voir_le_zoom : Des activistes de Greenpeace installe une bannière géante  Sauvez le thon rouge maintenant  sur un pont de la seine à Paris, le 22 novembre 2010Des activistes de Greenpeace installe une bannière géante « Sauvez le thon rouge maintenant » sur un pont de la seine à Paris, le 22 novembre 2010

Quelque 25 activistes de Greenpeace ont entravé lundi une croisière sur la Seine des pêcheurs français organisée pour les délégations participant depuis le 17 novembre à la réunion annuelle de l’organe de régulation de la pêche au thon dans l’Atlantique.

AFP – Joel Saget

Quelque 25 activistes de Greenpeace ont entravé lundi une croisière sur la Seine des pêcheurs français organisée pour les délégations participant depuis le 17 novembre à la réunion annuelle de l’organe de régulation de la pêche au thon dans l’Atlantique.

A bord de deux zodiacs et six canoës, les militants ont déployé une ligne de flottaison autour de la péniche qui accueillait à son bord les membres des délégations des 48 pays pêcheurs participant à la réunion de la Commission internationale de conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA).

D’autres militants ont grimpé sur la coque de cette embarcation, affrétée par les associations françaises de pêcheurs, pour y accrocher des banderoles réclamant la suspension de la pêche industrielle au thon rouge en Méditerranée, dont les stocks ont chuté de 80% en trente ans.

Les militants sont, par ailleurs, restés accrochés en grappe aux banderoles jusqu’à ce qu’ils en soient délogés par les policiers de la brigade fluviale de Paris. Les délégations, qui avaient été invitées pour une croisière dînatoire ont eu le temps de prendre quelques photos avant d’être aspergés par les activistes à coups de lance à eau.

De même, l’ONG a réussi à accrocher une grande bannière, marquée du slogan « sauvez le thon rouge maintenant », sur le pont de Grenelle devant le Port de Javel dans le 15e arrondissement d’où devait partir la croisière sur la Seine.

« Nous sommes au coeur des négociations et la direction des pêches françaises essaie de faire du lobbying avec cette soirée de fête. Nous sommes là pour rappeler aux délégués qu’ils ont une mission, sauver le thon rouge, et qu’ils n’ont pas le droit d’échouer » a souligné François Chartier, chargé de campagne Océans pour Greenpeace.

Les 48 membres de la CICTA sont réunis jusqu’au 27 novembre à Paris pour, entre autres, fixer les quotas de pêche du thon rouge pour 2011 et revoir les systèmes de contrôle pour enrayer la surpêche de cette espèce très prisée des Japonais pour leurs mets crus comme les sashimis et suchis.

En 2010 la CICTA avait fixé le quota de pêche de ce thon à 13.500 tonnes. La France souhaite le maintien de ce niveau alors que les ONG réclament une suspension de la pêche industrielle cette année ou au moins une diminution des quotas de moitié pour donner une chance aux stocks de thon rouge de se reconstituer d’ici 2022.

© 2010 AFP

viaTV5MONDE : actualites : Greenpeace entrave une \ »croisière\ » des pêcheurs de thon sur la Seine à Paris.

Arrêté du 4 novembre 2010 établissant les modalités de répartition du quota de thon rouge (Thunnus thynnus) de l’océan Atlantique à l’est de la longitude 45° O et la Méditerranée, accordé à la France pour l’année 2010


Arrêté du 4 novembre 2010 établissant les modalités de répartition du quota de thon rouge (Thunnus thynnus) de l’océan Atlantique à l’est de la longitude 45° O et la Méditerranée, accordé à la France pour l’année 2010

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :