Israël démantèle un trafic de reptiles, dont de rares boas constrictors | The Times of Israël

L’Autorité israélienne de la Nature et des parcs a rejoint Interpol, Europol et plus de 20 nations pour une action de répression majeure contre le trafic, la détention de reptiles

Source : Israël démantèle un trafic de reptiles, dont de rares boas constrictors | The Times of Israël

Balade en famille au Refuge des tortues – 28/04/2019 – ladepeche.fr

Imaginé il y a quinze ans par son propriétaire Jérôme Maran, le Refuge des tortues ouvre ses portes au public. Ces vacances sont l’occasion d’une virée au milieu de 1 000 chéloniens. Visite.

Source : Balade en famille au Refuge des tortues – 28/04/2019 – ladepeche.fr

Braconnage, quatre tortues découpées vivantes à Saziley – Le Journal De Mayotte

L’horreur semble n’avoir pas de limites sur les plages mahoraises. L’association des Naturalistes a découvert quatre cadavres de tortue qui semblent avoir été ligotées et dépecées vivantes. La plus grosse était une femelle d’environ 200kg.

Source : Braconnage, quatre tortues découpées vivantes à Saziley – Le Journal De Mayotte

Consultation publique relative au Plan national d’action sur les tortues marines des Antilles françaises – Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire

Source : Consultation publique relative au Plan national d’action sur les tortues marines des Antilles françaises – Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire

Arras: Plus de 300 espèces d’animaux saisies lors d’un salon consacré aux reptiles

Bilan : 311 animaux ont été saisis par la police, les douanes et des agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) qui agissaient de concert. Il s’agit de serpents, caméléons, tortues ou encore araignées appartenant à quarante espèces différentes, toutes interdites à la vente.

Source : Arras: Plus de 300 espèces d’animaux saisies lors d’un salon consacré aux reptiles

Le Conservatoire d’espaces naturels Centre-Val de Loire – Indre – L’Étang Massé (commune de Rosnay)

Source : Le Conservatoire d’espaces naturels Centre-Val de Loire – Indre – L’Étang Massé (commune de Rosnay)

La traque douce des reptiles – 15/02/2017 – La Nouvelle République Indre

Source : La traque douce des reptiles – 15/02/2017 – La Nouvelle République Indre

Une ferme aux reptiles squatte illégalement le parking de l’ancien Leroy Merlin – La Voix du Nord

Depuis plusieurs semaines, des camions et des caravanes ont élu domicile sur le parking de l’ancien Leroy Merlin. Une procédure d’expulsion est en cours, d’après le service communication du spécialiste du bricolage. Sur les réseaux sociaux, le sort des animaux suscite notamment l’indignation des Internautes

Source : Une ferme aux reptiles squatte illégalement le parking de l’ancien Leroy Merlin – La Voix du Nord

Tarn : une audience fleuve au procès de l’entreprise Savannah-Reptiles – France 3 Midi-Pyrénées

Le tribunal correctionnel de Castres (Tarn) jugeait mercredi la société Savannah-Reptiles Planet de Saint-Sulpice pour une affaire de maltraitance sur les animaux qu’elle vendait. Le jugement a été mis en délibéré.

Source : Tarn : une audience fleuve au procès de l’entreprise Savannah-Reptiles – France 3 Midi-Pyrénées

Les lézards sont aussi les amis de l’homme – Indre

Le CPIE Brenne-Berry propose aux habitants du département d’inventorier les reptiles qui se promènent sous leurs fenêtres.

Les personnes intéressées par une visite ou qui souhaitent plus d’informations peuvent contacter le CPIE : tél. 02.54.39.28.95
ou adrien-metivier
@cpiebrenne.org

Source : Les lézards sont aussi les amis de l’homme – 12/03/2016 – La Nouvelle République Indre

Une volonté commune de protéger les cistudes – Indre

Un chantier axé sur l’entretien des milieux naturels a réuni vingt-cinq participants de nationalités française et britannique sur la réserve de Chérine.

Source : Une volonté commune de protéger les cistudes – 08/12/2015 – La Nouvelle République Indre

Une maison pour les serpents – Vienne

La municipalité de Saulgé et le naturaliste Daniel Guérineau mettent en place un abri pour les reptiles à proximité de la ferme de Juillé.

Source : Une maison pour les serpents – 29/09/2015 – La Nouvelle République Vienne

Des reptiles à (re) découvrir – 11/06/2015 – La Nouvelle République Loir-et-Cher

Des reptiles à (re) découvrir – 11/06/2015 – La Nouvelle République Loir-et-Cher.

Photo : Panneau routier en Brenne

Photo : Panneau routier en Brenne.

 

Des amphibiens, des reptiles et un livre – Deux-Sèvres

Des amphibiens, des reptiles et un livre – 28/02/2015 – La Nouvelle République Deux-Sèvres.

La passionnée de tortues vendait des espèces protégées – Indre

Saint-Pierre-de-Lamps. Une jeune femme, installée dans l’Indre, depuis deux ans, faisait commerce de tortues protégées prélevées en Corse.

Mercredi, 13 h 45. Le président Rémy Figerou énumère une série de noms de tortues terrestres protégées. « Cent quatre-vingt-quatorze de ces reptiles ont été retrouvés chez les parents de la prévenuequi demeurent en Corse », poursuit le président. Après une longue et minutieuse enquête, au début de l’année 2013, les gendarmes et l’Office national de la chasse et faune sauvage arrivent dans le département de l’Indre où l’organisatrice de ce réseau s’était installée, deux ans auparavant.

Le frère agent de sécurité sur des ferries

« Elle mettait des annonces accrocheuses sur Internet et monnayait, selon les espèces, entre 100 € et 400 € ces animaux protégés  » , poursuit le président.
Des tortues prélevées dans le milieu naturel corse et transmises dans l’Hexagone « par l’intermédiaire du frère de la prévenue, agent de sécurité sur des ferries reliant la Corse au continent ». Après les commandes passées à cette « plaque tournante » située dans l’Indre, d’autres tortues étaient envoyées à leurs destinataires tout simplement par la poste.
Lors de cette audience sans avocat, le ministère public a évoqué « un véritable business autour de ces tortues, pour cette jeune femme qui est allée bien au-delà de sa passion ». Aucune traçabilité, aucune déclaration en préfecture et plusieurs dizaines de milliers d’euros de gains en quelques années.
Au terme de ces débats, la prévenue – absente des débats – a été condamnée à 1.500 € d’amende avec sursis et devra verser 1 € symbolique à l’Association pour la protection des animaux sauvages.

viaLa passionnée de tortues vendait des espèces protégées – 21/11/2014 – La Nouvelle République Indre.

ENVIRONNEMENT Amphibiens et reptiles : un inventaire en Touraine -Indre-et-Loire

Une quinzaine de naturalistes (de la Sepant, de la Société Herpétologique de Touraine et de l\’association Caudalis) vont poursuivre au cours de l\’année 2014 l\’inventaire départemental des amphibiens et reptiles d\’Indre-et-Loire, principalement dans la partie Sud du département (de jour comme de nuit, détection à vue et aux chants). Les communes concernées se situent au Sud d\’une ligne partant à l\’Ouest de Marcay, passant près de Ligré, l\’Île-Bouchard, Noyant et Sainte-Maure-de-Touraine, Loches-Sud et rejoignant Nouans-les-Fontaines à l\’Est.

Les prospections seront réalisées sur les voies publiques et sur les terrains dont l\’accès aura été préalablement autorisé. Les personnes intéressées par cet inventaire sur les zones humides communales ou propriétaire d\’un site sont invitées à contacter les associations concernées.

Plus d\’infos sur www. Sepant.fr http://www.sht37.fr http://www.anepe-caudalis.fr Renseignements au 06.27.62.40.40 ou 06.86.68.75.45.

viaENVIRONNEMENT Amphibiens et reptiles : un inventaire en Touraine – 27/01/2014 – La Nouvelle République Indre-et-Loire.

A la poursuite du vendeur de tortues – Vienne

Poitiers

Christian vend des animaux dans son établissement du boulevard Jeanne d’Arc depuis vingt-cinq ans.

Un commerçant honorablement connu au casier vierge pourtant contraint de se présenter au tribunal correctionnel hier. Il se voit reprocher, après un contrôle effectué par les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, la vente de cinq tortues.
Trois tortues de Hermann et deux tortues de steppes ont été vendues alors qu’il ne dispose pas des qualifications nécessaires.
Ces animaux sont protégés, et les animaleries ne peuvent vendre que des bêtes issues d’un élevage depuis au moins trois générations.
C’était bel et bien le cas, mais Christian n’avait pas son certificat.
« C’est une erreur de ma part, c’est vrai, j’avais un certificat, mais je n’avais pas vu qu’il y avait des dispositions supplémentaires pour certains animaux. Je les vendais avec un document officiel. Je ne me cachais pas ! »
Le procureur réclame tout de même 600€ d’amende à l’encontre du commerçant.
Le président décide de le relaxer, faute d’intention frauduleuse.

– La Nouvelle République Vienne.

Cette peur des reptiles qui fait bien des dégâts -Indre-et-Loire

 

« Si on les surprend, ils sont sur la défensive, ce que l’on prend pour de l’agressivité », rappelle notre lecteur.

 

Il n’est jamais très agréable de se retrouver nez à nez avec un serpent. Jacques, en ami de la nature, invite pourtant chacun à faire preuve… de sang-froid.

 

 

Des lecteurs nous ont fait savoir qu’ils étaient las de se retrouver nez à nez avec des couleuvres et des vipères dans leur jardin.
Jacques Rivault, de Niort, tente de les raisonner, face à « une peur irraisonnée qu’ont la plupart des gens vis-à-vis des serpents. » Il se dit bien décidé à prendre la défense de ces reptiles que l’on massacre souvent sans autre forme de procès. « Les serpents sont des animaux à sang froid, ils sont incapables de réguler leur température », rappelle Jacques. « Quand il fait trop chaud, ils cherchent un coin frais. Quand il fait froid, ils se mettent au soleil. C’est pour cette raison que l’on peut les rencontrer dans des lieux inattendus, surtout dans les vieilles dépendances où ils n’étaient pas dérangés. Les serpents ne sont pas agressifs. Ils ont peur de l’homme. Si on les surprend, ils sont sur la défensive, ce que l’on prend pour de l’agressivité. »

Mais alors, que faire pour vivre tranquille ? « Il suffit d’occuper les lieux avec nos activités humaines (bricolage, jardin, jeux) et ils vont partir d’eux-mêmes. Si les vieilles dépendances sont démolies ou réparées, si les enfants jouent, les reptiles, qui aiment la tranquillité, vont s’en aller.
« Faire un mur n’est peut-être pas la meilleure idée, car le serpent peut avoir des difficultés pour changer d’endroit. Quant au répulsif, ça fait bien rire, poursuit Jacques. Bien sûr que c’est inefficace. Ce produit ne devrait d’ailleurs ni être fabriqué, ni vendu. Mais que ne ferait-on pas pour écouler toutes sortes de marchandises, même inutiles… »

«  Apprendre à les connaître pour éviter la peur panique  »

Et notre lecteur de poursuivre sa plaidoirie en faveur du monde animal : « Outre le massacre par les humains, les serpents sont aussi victimes de la route, de l’aménagement du territoire, des pesticides. Il nous faut apprendre à mieux les connaître, afin de ne pas en avoir une peur panique. Dans la nature, il y a des ronces, des orties, des araignées, des guêpes, ce n’est pas une raison pour tout bitumer. »
« J’ai eu cinq enfants, raconte encore Jacques. Avec des petits voisins, ils ont passé toute leur enfance dans une carrière désaffectée, à construire des cabanes. Des tas de pierres, des broussailles… tous les ingrédients pour que des serpents habitent cet endroit. Jamais ils n’ont été attaqués. Les couleuvres et les vipères qui attaquent les humains, ça n’existe pas. Elles préfèrent cent fois la fuite. »

viaCette peur des reptiles qui fait bien des dégâts – 14/10/2013 – La Nouvelle République Indre-et-Loire.

Pas touche à la tortue d’Hermann Loir-et-Cher

Saint-Aignan

On ne plaisante pas avec les espèces menacées, tortues ou autres NEC (nouveaux animaux de compagnie). Cette jeune Saint-Aignanaise vient de l’apprendre à ses dépens, elle qui hébergeait une tortue d’Hermann à son domicile.

Tortue terrestre méditerranéenne, Testudo hermanni hermanni est en effet protégée par une triple législation : nationale, européenne et internationale. La prélever dans la nature est strictement interdit. En revanche, les tortues nées en captivité, de parents « licites », peuvent être vendues ou cédées si elles sont accompagnées d’un certificat délivré par la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) justifiant l’origine légale des animaux, apprend-on sur la toile (*).

Toutes les tortues vendues dans les animaleries ou par les particuliers doivent être munies de justificatifs de leur origine (certificat intracommunautaire) et facture au moment de l’achat (ou bon de cession). Ces documents sont importants et il faut absolument les conserver pour prouver l’origine légale de l’animal.

Pour ne pas avoir été en mesure de produire les documents idoines, la jeune femme est attendue le 13 janvier prochain par le délégué du procureur.

(*) http://www.tortuedeterre.info et http://www.lerefugedestortues.fr

viaPas touche à la tortue d’Hermann – La Nouvelle République Loir-et-Cher.

CVN: plainte contre tueur de reptiles

www.ecologie-radicale.org
communiqué: le dimanche 26 août 2012: laissons vivre les reptiles.
 
La CONVENTION VIE ET NATURE dépose plainte auprès du parquet de BORDEAUX   à l’encontre d’une habitante de la commune de LANGOIRAN en GIRONDE qui, selon l’édition électronique de SUD-OUEST de ce jour, aurait piégé et tué 8 couleuvres vertes et jaunes.
 
Il convient de rappeler, en droit, que les reptiles sont protégés et que leur destruction constitue un délit correctionnel.
 
En fait, l’ignorance, les peurs irrationnelles conduisent trop d’humain à refuser à ces animaux le droit de vivre.
Or, si la phobie est un trrouble respectable comme toute pathologie, cette affection ne justifie pas que l’on tue.
Nul n’est obligé d’aimer, de côtoyer des reptiles.
Il suffit de les laisser en paix.
Ils sont pour la plupart inoffensifs et souffrent déjà de trop d’activités humaines: circulation routière, pesticides, urbanisation.
Les reptiles comme les amphibiens sont gravement menacés.
Protégeons-les et refusons l’aseptisation de l’espace naturel, contre l’obscurantisme.
Contact:  TEL 06 76 99 84 65
CONVENTION VIE ET NATURE 

Élevage illégal de tortues : 94 specimens saisis à Pia

 

 

Déjà verbalisé en 2008, un couple installé dans un lotissement de Pia a vu débarquer hier matin gendarmes de la brigade de Bompas et agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) à leur domicile.

 

Ils sont repartis quelques heures plus tard, les bras chargés de caisses transportant des dizaines de tortues. Sur les traces de la tortue Mais c’est de Chambord, siège de la Brigade nationale Convention Washington, que tout a démarré quand l’Office fut chargé de déterminer l’origine d’une tortue, sans papier, vendue à un particulier.

 

Un défaut de traçabilité qui n’empêchait pas les enquêteurs d’orienter leurs recherches vers les Pyrénées-Orientales. Le mois dernier, à Pia, l’antenne locale de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage agissant sur instruction du parquet faisait une “descente” chez le vendeur présumé établi à Pia. Un contrôle fructueux.

 

Dans la villa, effectivement, des dizaines de spécimens, la plupart issus d’espèces protégées, sont recensés et diverses infractions aux règles régissant la détention d’espèces animales non-domestiques sont relevées.

 

Si aucune maltraitance n’est reprochée au propriétaire, de fortes suspicions d’élevage clandestin pèsent sur lui comme le confirme Gilles Caffort, agent technique de l’environnement : «Ce Monsieur avait un certificat de capacité l’autorisant à posséder ces animaux» mais était visiblement très laxiste d’un point de vue administratif. Jusqu’à 1 an de prison et 150 000 € d’amende On lui reproche ainsi : l’absence d’autorisation d’ouverture d’établissement (préalable à la détention de ces espèces), la non tenue des registres d’entrées et de sorties des animaux (rendant impossible tout contrôle) ainsi que l’absence de marquage obligatoire de certains spécimens (aucune traçabilité possible).

 

Des griefs dont le “propriétaire” indélicat devra répondre devant la justice (il encourt une peine maximale de 1 an d’emprisonnement et d’une amende pouvant aller jusqu’à 150000 euros). « La personne verbalisée détenait et faisait reproduire plusieurs espèces de tortues terrestres ou aquatiques. Parmi celles-ci, étaient concernées des espèces protégées (dont les populations naturelles sont en net déclin) comme la Cistude d’Europe ou la tortue d’Hermann mais aussi des tortues originaires de Madagascar, à l’origine légale douteuse, étaient également présentes ».

Autant d’infractions qui ont conduit hier matin les autorités à intervenir et à procéder à une saisie conservatoire dans la villa de Pia : «Contrairement à la Catalogne qui a un centre de récupération des reptiles et amphibiens, la France ne dispose pas de ce type de structures » explique M. Caffort. Mais comme dans toute fable il y a une fin heureuse, «les 94 tortues seront placées dans un établissement d’étude et de sauvegarde des chéloniens situé dans la Région»

viaÉlevage illégal de tortues : 94 specimens saisis à Pia – Lindependant.

Douanes: 100 tortues vivantes saisies

Les douaniers de Port-de-Bouc dans les Bouches-du-Rhône ont procédé dernièrement à la saisie de 100 tortues terrestres vivantes, une espèce protégée, dans une voiture en provenance de Tunisie.

Le 13 juin à 22h30, lors d’un contrôle sur la commune des Pennes-Mirabeau, les douaniers ont découvert 100 tortues dans un sac caché à l’arrière d’un véhicule, ainsi que 949 paquets de cigarettes et 900 euros.

« Les animaux (de l’espèce Testudo graeca, NDLR) ont été confiés au Muséum d’histoire naturelle de Marseille qui s’est chargé de leur trouver un lieu d’accueil définitif », précisent les douanes dans un communiqué.

Cette opération « représente à elle seule près de la moitié des saisies de l’année dernière pour ce type d’animaux », ajoute le communiqué, précisant qu’en 2011, la douane française avait saisi 213 tortues faisant l’objet de trafics.

viaLe Figaro – Flash Actu : Douanes: 100 tortues vivantes saisies.

Aujourd’hui, la nature célèbre la « fête des mares » lavoixdunord.fr

Aujourd’hui, dès 14 h, assistez à une projection et à une sortie nature pour découvrir toute la richesse des mares.

 

 Les mares naturelles abritent toutes sortes d'animaux.

 

 

Une activité proposée par le Conservatoire d’espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais et le Parc naturel régional de l’Avesnois, en partenariat avec les communes de Maroilles et de Locquignol.

Située au coeur de l’Avesnois, la Réserve naturelle régionale du Val de Sambre abrite de nombreuses espèces végétales et animales remarquables au niveau régional. Cette réserve constitue un ensemble de près de cinquante hectares de zones humides protégées depuis 2004.

Une vie exubérante

Un des objectifs de préservation consiste à conforter le réseau de mares prairiales favorisant l’expression de la nature. Les mares regorgent d’une vie exubérante, riche en formes et en couleurs et sont de véritables réservoirs de biodiversité.

C’est pour vous faire découvrir ou redécouvrir cette nature discrète mais néanmoins remarquable de notre région que le Conservatoire d’espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais et le Parc naturel régional de l’Avesnois vous invitent à découvrir l’envers du décor de la vie d’une mare au cours d’une projection avant de se rendre dans la Réserve naturelle régionale du Val de Sambre. •

Retrouvez toutes les informations sur la fête des mares, les lieux, les thèmes et les horaires des animations, sur le site internet du Groupe MARES Nord – Pas-de-Calais groupemaresnpdc.org ou au 03 21 54 75 00.

La Voix Du Nord

 

viaAujourd’hui, la nature célèbre la « fête des mares » – Journal Numérique – Articles locaux – www.lavoixdunord.fr.

Les tortues deux-sévriennes à la reconquête de la Savoie – Deux-Sèvres

Depuis 2008, la Savoie réintroduit sur les rives du lac du Bourget des cistudes nées et élevées à Chizé, dans les recoins de Zoodyssée.

Zoodyssée participe au programme de conservation de la cistude d'Europe. Zoodyssée participe au programme de conservation de la cistude d’Europe. – (Photo archive NR, Jean-André Boutier)

Le couvercle en polystyrène a un peu grincé quand on l’a soulevé. A l’intérieur de la caissette, des dizaines de tortues engourdies par le voyage, carapaces immobiles calées dans le tapis de paille humide. Délicatement, on les a basculées vers la nature, à fleur d’eau, au cœur d’un vaste enclos planté au bord du lac du Bourget.

C’est là, dans ce bassin d’acclimatation couvert d’un filet tendu contre la gourmandise des oiseaux, que des cistudes d’Europe sont régulièrement lâchées. Depuis 2008, le Conservatoire du patrimoine naturel de Savoie mène un programme de réintroduction de la cistude d’Europe, espèce conduite à sa perte, là-bas aussi, par la concurrence de sa cousine de Floride et le bouleversement des zones humides auxquelles elle est inféodée.
Certaines de ces tortues viennent du parc de la Haute-Touche, dans l’Indre. D’autres de Zoodyssée, comme les quarante et une que Bernard Ragot, le directeur du parc, et Aurélie Enon, animalière, a libérées il y a quelques jours.
« Depuis le lancement de ce programme de réintroduction des cistudes autour du lac du Bourget en 2008, recompte Bernard Ragot, nous leur avons donné cent dix de nos tortues. »
Zoodyssée a toujours hébergé des cistudes près de ses mares. Mais depuis que la Savoie lui en demande, le parc de Chizé – l’un des très rares à détenir une population pérenne et captive – s’est lancé dans la reproduction. Désormais, toutes les pontes sont débusquées et, jusqu’à l’éclosion, surveillées de près. Dix-huit mois plus tard, les petites cistudes sont acheminées vers la Savoie… avant d’être toutes relâchées dans la nature en 2013.

nr.niort@nrco.fr

Dans les Deux-Sèvres, le conseil général soutient le Pôle international de la biodiversité et participe ainsi à deux autres programmes de conservation mené depuis Zoodyssée : l’un pour l’outarde canepetière, l’autre pour le vison d’Europe.

Emmanuel Touron

viaLes tortues deux-sévriennes à la reconquête de la Savoie – Environnement – Actualité – Deux-Sèvres – Nouvelle République.

%d blogueurs aiment cette page :