Les poissons souffrent-ils ?

Source : Les poissons souffrent-ils ?

Braconnage : Saisie record d’anguilles en Gironde – France 3 Aquitaine

Selon un communiqué de la Préfecture de Gironde, la brigade de surveillance des douanes d’Arcachon a intercepté un convoi rempli de 520 kg de civelles braconnées, dans la nuit du lundi 16 au 17 janvier.

Source : Braconnage : Saisie record d’anguilles en Gironde – France 3 Aquitaine

« Nice-Matin » félicite l’homme qui a tué une raie papillon, espèce menacée

L’édition cannoise du quotidien a relayé le 28 août la pêche d’un spécimen de 72 kg. Emoi de lecteurs et de spécialistes : en Méditerranée, l’espèce est sur la « liste rouge » des espèces en danger critique d’extinction.

Source : « Nice-Matin » félicite l’homme qui a tué une raie papillon, espèce menacée

L’UE interdit la pêche en eaux profondes à plus de 800 m – 30/06/2016 – La Nouvelle République France-Monde

L’Union européenne a annoncé jeudi l’interdiction de la pêche en eaux profondes à plus de 800 mètres de profondeur, sur la base d’un accord trouvé entre Etats membres, Commission et Parlement européen après des années de négociations.

Source : L’UE interdit la pêche en eaux profondes à plus de 800 m – 30/06/2016 – La Nouvelle République France-Monde

Le monde de Dory : n’achetez pas de poissons-chirurgiens ! – Fondation 30 Millions d’Amis

La jolie petite Dory, reine du nouveau film de Pixar, pourrait bien déclencher des vagues d’achats compulsifs de poissons chirurgiens. Mise en garde de la Fondation 30 Millions d’Amis sur un effet de mode qui pourrait fragiliser cette espèce en péril.

Le poisson-chirurgien est une espèce rare et fragile. © Natalia Shcherbakova – Fotolia.com

Des nuances incroyables de bleu, de noir et de jaune… C’est sûr, Dory a de quoi plaire ! Ce poisson-chirurgien, star du nouveau film de Pixar Le Monde de Dory sorti le 22 juin 2016 au cinéma est un poisson tropical qui pourrait bien susciter la convoitise des enfants… aux dépens de l’espèce. La Fondation 30 Millions d’Amis met en garde ceux qui voudraient se le procurer : ce poisson est rare ! La Fondation déconseille donc fortement d’acheter cet animal qu’il faut préserver. « C’est un poisson fragile prélevé dans l’océan indien. Il succombe d’ailleurs souvent lors de l’importation à cause du stress des conditions de voyage » détaille Franck Lalande, du magasin Tropical Fish (77) qui a longtemps vendu des poissons d’eau de mer. De plus, ce poisson a des besoins très particuliers : « Il est végétarien et a besoin d’un aquarium d’eau de mer d’au moins 300 à 400 litres. Par ailleurs, il peut vivre entre 15 et 20 ans en captivité donc c’est un investissement sur la durée ! » poursuit-il.

Prélevés dans la nature

Le poisson-chirurgien est prélevé en pleine mer, principalement en Indonésie et aux Philippines. Mais sa pêche est loin de respecter la nature : les scientifiques américains dénoncent l’utilisation du cyanure, un moyen rapide et efficace d’étourdir un poisson pour l’attraper plus facilement. Une méthode qui provoque la mort du corail et des autres poissons qui y vivent. Même le poisson capturé pourra mourir d’intoxication dans les semaines qui suivent.

Le précédent Nemo

En 2003, après la sortie du dessin animé Le Monde de Nemo, les États-Unis et l’Angleterre avaient été confrontés à une augmentation de 30 à 40 % des ventes de poissons-clowns. Vendus à des personnes inexpérimentées, ces poissons ont rapidement succombé ! Il semblerait que la France ait échappé à un tel boom : « Nous avions diffusé une communication pour mettre en garde contre l’achat compulsif des poissons-clowns mais elle s’est avérée inutile car les professionnels étaient bien formés et ont refusé de vendre ces poissons. précise Luc Ladonne, délégué général du Synapses, le syndicat national des animaleries. Nous n’avons donc pas observé de hausse de vente en 2003. »

« Nous nous sommes heurtés à l’incompréhension des gens non-aquariophiles à qui nous refusions de vendre des poissons-clowns parce qu’ils n’avaient pas la capacité de les accueillir. Mais il était hors de question que des poissons soient sacrifiés sur l’autel de la pub ! » précise Franck Lalande, du magasin Tropical Fish.

Soyons responsables !

Heureusement, le poisson-chirurgien étant vendu à un prix assez coûteux (minimum 50 €) et l’offre étant limitée, il ne devrait pas non plus faire l’objet d’une hausse des ventes. « Le coût d’acquisition de ce poisson et du matériel qu’il nécessite ainsi que son adaptation à l’aquarium est dissuasif », explique Luc Ladonne.

« Pour l’instant, nous n’avons constaté aucune demande pour les poissons-chirurgiens mais il est encore tôt pour faire un vrai bilan » assurent-on du côté de la communication des animaleries Truffaut et du magasin All Marine, spécialiste des poissons d’eau de mer à Collégien (77).

Bien que le poisson soit l’animal de compagnie le plus répandu en France avec près de 35 millions d’individus, la Fondation 30 Millions d’Amis rappelle que tout animal est un être vivant et sensible. Il a des besoins spécifiques et doit faire l’objet d’une acquisition responsable… et réfléchie !

Source : Le monde de Dory : n’achetez pas de poissons-chirurgiens ! – Fondation 30 Millions d’Amis

ENVIRONNEMENT Surpêche : rendez-vous avec Greenpeace devant L’Aquarium – 23/04/2016 – La Nouvelle République Indre-et-Loire

Source : ENVIRONNEMENT Surpêche : rendez-vous avec Greenpeace devant L’Aquarium – 23/04/2016 – La Nouvelle République Indre-et-Loire

La société protectrice des animaux accuse le ministère de l’Agriculture israélien: la pêche tue 100 000 animaux protégés par année | Coolamnews

La Nature Society a saisi la Haute Cour contre le ministère de l’Agriculture et du Développement rural  en demandant que la Cour ordonne à l’Office de mettre en œuvre une politique visant à mettre fin à la grave détérioration de la situation des poissons de la Méditerranée. Selon la pétition, la pêche non contrôlée blesse annuellement cent mille animaux qui sont protégés par la loi de protection des animaux et la faune, y compris des milliers de tortues de mer.La pétition a été accompagné des avis du Dr Menachem Goren, professeur à l’Université de Tel Aviv. Il note que, selon les données actuelles, le volume des prises a diminué les deux dernières décennies de 40%. Plus de 70% de la pêche en Israël est fait par 23 chalutiers qui représentent environ la moitié des prises de poisson.

viaLa société protectrice des animaux accuse le ministère de l’Agriculture israélien: la pêche tue 100 000 animaux protégés par année | Coolamnews.

Nouvelle action de Greenpeace pour la sauvegarde du thon

 

Un vidage symbolique des rayons de leurs boîtes Petit Navire.

Poitiers

Une quinzaine de militants de Greenpeace ont investi hier matin les rayons de l’hypermarché Géant pour sensibiliser les consommateurs à la destruction des thons dans l’Océan indien. La marque Petit Navire, qui représente 75 % de la production française de thon en boîte, était spécialement visée par cette opération vidage de rayons.

Petit Navire est accusé de recourir à une technique de pêche qui permet des prélèvements massifs en peu de temps mais s’avère extrêmement préjudiciable aux jeunes thons et aux autres espèces marines, rejetés morts à la mer.

viaNouvelle action de Greenpeace pour la sauvegarde du thon – 26/10/2014 – La Nouvelle République Vienne.

Hérault : lourdes condamnations pour des quotas frauduleux à la pêche au thon

Pa.C.

Hérault : lourdes condamnations pour des quotas frauduleux à la pêche au thon
De 2007 à 2013, le quota français a été réduit chaque année de façon à ce que les thoniers « remboursent » la surpêche.

ILLUSTRATION

 

S ix armements, sétois et agathois, sont poursuivis pour des « déclarations mensongères » qui leur auraient permis de dépasser frauduleusement le quota fixé par la Commission pour la conservation des thonidés en 2007.

Le 11 juin, le tribunal correctionnel de Montpellier avait examiné le cas de six patrons de thoniers, poursuivis pour “déclarations mensongères à une administration publique en vue d’obtenir un avantage indu”. En d’autres termes, ces armements, sétois et agathois, étaient suspectés d’avoir sous-déclaré leur volume de pêche lors de la campagne 2007 afin de ne pas tomber sous le coup des quotas imposés par l’Iccat (Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique). D’autres auraient vendu leur quota-papier (c’est-à-dire leur quota de pêche), à des armements étrangers, déclarant pour leur part une pêche fictive.

L’ensemble des thoniers français avait dépassé le quota de près de 4 700 tonnes

Pour mémoire, en 2007, la Commission européenne avait reproché à la France d’avoir pêché 10 000 tonnes de thon rouge, soit presque deux fois le quota qui lui avait été alloué (5 593 tonnes). Et la France avait d’ailleurs admis ce « large dépassement des quotas ». Mais c’était encore l’Italie et l’Espagne qui étaient en tête des dépassements. Dès l’automne 2007 et alors que l’Europe avait mis fin prématurément à la campagne, le président du Syndicat des thoniers méditerranéens, Mourad Kaloul, avait estimé que « si des bateaux ont fraudé, ils devront être sanctionnés ».

De lourdes peines : jusqu’à 24 mois de prison avec sursis, 50 000 euros d’amende, 100 000 euros de confiscation… 

C’est chose faite, presque 7 ans plus tard. Faisant suite aux lourdes réquisitions formulées au début du mois de juin (*), le tribunal correctionnel de Montpellier a condamné hier cinq des six patrons cités, après avoir rejeté les exceptions de nullité de la défense, à savoir l’invocation de vices de forme dans la procédure. Les peines vont de 8 à 24 mois de prison avec sursis, de 15 000 à 50 000 € d’amende et de 15 000 € à 100 000 € de confiscation de valeur (cette mesure évite la confiscation du navire mais la somme versée n’est pas récupérable). Les armements ont dix jours pour faire appel, ce dont certains d’entre eux, sétois notamment, ne se sont pas privés. Notons en outre que les 4 671 tonnes de dépassement de 2007 ont été “remboursées” par les armements, le quota français ayant été amputé, annuellement, de 500 à 1500 tonnes.

viaHérault : lourdes condamnations pour des quotas frauduleux à la pêche au thon.

La quête du Graal pour protéger les poissons à la foire du trône

Gagner un petit poisson rouge à la Foire du trône serait «un cas flagrant de maltraitance» selon plusieurs associations de défense des animaux. S’appuyant sur le code rural qui interdit l’attribution de tout animal vivant en tant que lot ou prime, ainsi que la vente d’animaux de compagnie en dehors d’expositions «non spécialement consacrées aux animaux», le Groupement de réflexion et d’action pour l’animal (Graal) cherche à mettre fin au calvaire de ces poissons exposés «en plein soleil» et nageant entre «bouts de pains et mégots». «Il n’y a pas de petite souffrance. Un animal en vaut un autre», a souligné Marie-Françoise Lheureux, présidente du Graal, qui veut faire appliquer l’interdiction du poisson rouge comme lot de foire. Interdiction ignorée par les forains.

Ol.K.

viaLa quête du Graal pour protéger les poissons à la foire du trône – Libération.

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :