Tarn-et-Garonne : Nouvel incident à la centrale nucléaire de Golfech

Une fuite de vapeur sur un robinet survenue le 5 juin à la centrale nucléaire de Golfech, dans le Tarn-et-Garonne, a entraîné la déclaration d’un incident de niveau 1

Source : Tarn-et-Garonne : Nouvel incident à la centrale nucléaire de Golfech

Incendie à la centrale de Belleville-sur-Loire

L’alerte a été donnée dans la nuit du jeudi au vendredi. Un incendie sans gravité selon EDF.

Source : Incendie à la centrale de Belleville-sur-Loire

Nucléaire, non merci !

Vendredi 05 juin 2020, regarderez-vous Nucléaire, non merci ! sur arte ?

Source : Nucléaire, non merci !

Avis n° 2020-AV-0348 du 11 février 2020 de l’Autorité de sûreté nucléaire sur le projet de décret modifiant le décret n° 2007-534 du 10 avril 2007 autorisant la création de l’installation nucléaire de base dénommée Flamanville 3, comportant un réacteur nucléaire de type EPR, sur le site de Flamanville (Manche) | Legifrance

Saisie par la ministre de la transition écologique et solidaire, par courrier du 23 décembre 2019, d’un projet de décret modifiant le décret du 10 avril 2007 susvisé ;Considérant qu’EDF a demandé que l’article 3 du décret du 10 avril 2007 susvisé soit modifié pour prolonger de quatre ans le délai de mise en service de l’installation nucléaire de base dénommée Flamanville 3 ; que ce délai est jusqu’à maintenant fixé à treize ans à compter de la publication du décret susmentionné ;

Source : Avis n° 2020-AV-0348 du 11 février 2020 de l’Autorité de sûreté nucléaire sur le projet de décret modifiant le décret n° 2007-534 du 10 avril 2007 autorisant la création de l’installation nucléaire de base dénommée Flamanville 3, comportant un réacteur nucléaire de type EPR, sur le site de Flamanville (Manche) | Legifrance

Décret n° 2020-129 du 18 février 2020 portant abrogation de l’autorisation d’exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim | Legifrance

Les dispositions de l’article 1er prennent effet à compter des dates d’arrêt définitif mentionnées dans la déclaration de l’exploitant du 27 septembre 2019 susvisée :

  • le 22 février 2020 pour le réacteur n° 1 ;
  • le 30 juin 2020 pour le réacteur n° 2.

Source : Décret n° 2020-129 du 18 février 2020 portant abrogation de l’autorisation d’exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim | Legifrance

Nucléaire : A La Hague, sous le gazon, 527.225 m³ de déchets radioactifs

Le centre de stockage de la Manche (CSM) a 50 ans et encore la vie devant soi. Au moins 300 ans. Car sous ce plateau engazonné, au bout du Cotentin, ont été stockés définitivement 527.225 m³ de déchets radioa

Source : Nucléaire : A La Hague, sous le gazon, 527.225 m³ de déchets radioactifs

Incident de niveau 2 dans une centrale nucléaire de Seine-Maritime, des pièces électriques en cause – Le Parisien

Cet incident pourrait concerner d’autres centrales, a indiqué l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). 28 pièces électriques liées aux systèmes

Source : Incident de niveau 2 dans une centrale nucléaire de Seine-Maritime, des pièces électriques en cause – Le Parisien

Ma vie à côté de la centrale

Mardi 22 octobre 2019, regarderez-vous Ma vie à côté de la centrale sur france-2 ?

Source : Ma vie à côté de la centrale

La centrale nucléaire de Fessenheim sera définitivement arrêtée en juin 2020, annonce EDF

Sa fermeture, une promesse de l’ex-président François Hollande, devait intervenir initialement fin 2016, mais a été reportée à plusieurs reprises.

Source : La centrale nucléaire de Fessenheim sera définitivement arrêtée en juin 2020, annonce EDF

Centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire) : EDF définitivement condamné pour des irrégularités – France 3 Centre-Val de Loire

EDF et l’ancien directeur de la centrale nucléaire de Chinon en Indre-et-Loire ont été définitivement condamnés mardi à des amendes pour une série de dysfonctionnements, après le rejet de leurs pourvois en cassation.

Source : Centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire) : EDF définitivement condamné pour des irrégularités – France 3 Centre-Val de Loire

Nucléaire : l’un des réacteurs de la centrale de Dampierre (Loiret) a des problèmes de fabrication reconnait EDF – France 3 Centre-Val de Loire

EDF a annoncé ce mercredi que six réacteurs nucléaires en exploitation en France étaient concernés par des problèmes de fabrication de certains composants découverts la semaine dernière, mais qu’ils étaient jugés à ce stade « aptes au service ».

Source : Nucléaire : l’un des réacteurs de la centrale de Dampierre (Loiret) a des problèmes de fabrication reconnait EDF – France 3 Centre-Val de Loire

Nucléaire : EDF signale des problèmes de fabrication sur six réacteurs en activité, mais les juge aptes au service

L’Autorité de sûreté nucléaire devrait statuer dans moins d’un mois, avec la possibilité d’arrêter les réacteurs si nécessaire.

Source : Nucléaire : EDF signale des problèmes de fabrication sur six réacteurs en activité, mais les juge aptes au service

Greenpeace dénonce des surcoûts « cachés » des déchets nucléaires

L’ONG estime que « les volumes de déchets de haute activité à vie longue sont cinq à sept fois supérieurs aux chiffres officiels ».

Source : Greenpeace dénonce des surcoûts « cachés » des déchets nucléaires

Le CNRS négationniste sur les dangers des faibles doses – Fukushima 福島第一

Source : Le CNRS négationniste sur les dangers des faibles doses – Fukushima 福島第一

Canicule : les centrales nucléaires du Centre-Val de Loire devront-elles couper leurs réacteurs ? – France 3 Centre-Val de Loire

Les centrales sont particulièrement vigilantes à la température de la Loire, essentielle à leurs circuits de refroidissement.

Source : Canicule : les centrales nucléaires du Centre-Val de Loire devront-elles couper leurs réacteurs ? – France 3 Centre-Val de Loire

Bure: Huit opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires évacués d’un bois

Neuf autres militants antinucléaire avaient été interpellés jeudi sur le futur site de stockage Cigéo de Bure

Source : Bure: Huit opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires évacués d’un bois

La justice interdit à Greenpeace de s’approcher des convois de matières radioactives sur le territoire français jusqu’au 25 septembre

L’ONG et toutes les personnes placées sous son autorité devront s’en abstenir jusqu’au 25 septembre, date de fin du débat public sur la gestion des matières radioactives.

Source : La justice interdit à Greenpeace de s’approcher des convois de matières radioactives sur le territoire français jusqu’au 25 septembre

Centrales nucléaires: Du tritium dans l’eau potable de 6,4 millions de personnes

La contamination radioactive, qui ne présenterait pas de danger sanitaire, concerne principalement l’Ouest de la France et la région parisienne

Source : Centrales nucléaires: Du tritium dans l’eau potable de 6,4 millions de personnes

Climat : faut-il sortir du nucléaire pour sauver la planète ? Sept arguments pour comprendre le débat

Le nucléaire serait donc des plus vertueux au regard des émissions de gaz à effet de serre, même si, relève le magazine Bastamag, « ces calculs ne prennent pas en compte l’ensemble du cycle nucléaire : extraction du minerai d’uranium, transport vers les usines de transformation du minerai en combustible puis vers les centrales et, enfin, traitement ou enfouissement des déchets radioactifs ».

Source : Climat : faut-il sortir du nucléaire pour sauver la planète ? Sept arguments pour comprendre le débat

Décret n° 2019-520 du 27 mai 2019 modifiant le décret n° 2014-1049 du 15 septembre 2014 relatif à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français | Legifrance

Source : Décret n° 2019-520 du 27 mai 2019 modifiant le décret n° 2014-1049 du 15 septembre 2014 relatif à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français | Legifrance

La Criirad boycotte le débat sur la gestion des déchets nucléaires

« Informations tronquées et tendancieuses », « partialité », « désinformation », »arnaque », « déni de démocratie ». La Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) met en cause l’honnêteté et la sincérité des services de l’État mais aussi celle des ingénieurs et techniciens qui réalisent les mesures. Son directeur de laboratoire s’explique à Lyon Capitale.

Source : La Criirad boycotte le débat sur la gestion des déchets nucléaires

Va-t-on se retrouver avec des déchets nucléaires recyclés dans nos objets du quotidien ?

L’État va poser la question du recyclage des déchets nucléaires faiblement radioactifs à l’occasion d’une nouvelle consultation publique en mars.

Source : Va-t-on se retrouver avec des déchets nucléaires recyclés dans nos objets du quotidien ?

Décision n° 2018-DC-0638 du 17 juillet 2018 modifiant la décision n° 2016-DC-0550 du 29 mars 2016 fixant les valeurs limites de rejet dans l’environnement des effluents de l’installation nucléaire de base n° 75 exploitée par Electricité de France – Société anonyme (EDF-SA) dans la commune de Fessenheim (département du Haut-Rhin) | Legifrance

Source : Décision n° 2018-DC-0638 du 17 juillet 2018 modifiant la décision n° 2016-DC-0550 du 29 mars 2016 fixant les valeurs limites de rejet dans l’environnement des effluents de l’installation nucléaire de base n° 75 exploitée par Electricité de France – Société anonyme (EDF-SA) dans la commune de Fessenheim (département du Haut-Rhin) | Legifrance

Edouard Philippe, impliqué dans le pillage de l’uranium du Niger par Areva et (…) – Observatoire du nucléaire

Edouard Philippe, impliqué dans le pillage de l’uranium du Niger par Areva… … et dans un conflit d’intérêt en tant que maire du Havre au profit de son (…)

Source : Edouard Philippe, impliqué dans le pillage de l’uranium du Niger par Areva et (…) – Observatoire du nucléaire

Avis n° 2017-AV-0287 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 7 février 2017 sur le projet de décret modifiant le décret n° 2007-534 du 10 avril 2007 autorisant la création de l’installation nucléaire de base dénommée Flamanville 3, comportant un réacteur nucléaire de type EPR, sur le site de Flamanville (Manche) | Legifrance

Source : Avis n° 2017-AV-0287 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 7 février 2017 sur le projet de décret modifiant le décret n° 2007-534 du 10 avril 2007 autorisant la création de l’installation nucléaire de base dénommée Flamanville 3, comportant un réacteur nucléaire de type EPR, sur le site de Flamanville (Manche) | Legifrance

NUCLÉAIRE Feu vert du Parlement aux déchets à Bure – 12/07/2016 – La Nouvelle République France-Monde

Source : NUCLÉAIRE Feu vert du Parlement aux déchets à Bure – 12/07/2016 – La Nouvelle République France-Monde

« Il est prévu de distribuer des pastilles d’iode à tous les habitants de France, au-delà du cercle de 10 km autour des centrales, mais person… Vienne

Source : « Il est prévu de distribuer des pastilles d’iode à tous les habitants de France, au-delà du cercle de 10 km autour des centrales, mais person… – 23/09/2015 – La Nouvelle République Vienne

Rejets délibérés de plutonium dans l’environnement : l’Observatoire du nucléaire porte plainte en justice contre EDF

Rejets délibérés de plutonium dans l’environnement : l’Observatoire du nucléaire porte plainte en justice contre EDF.

A Flamanville, le chantier de l’EPR terni par les procédures judiciaires

Par Francine Aizicovici

L'opération de pose du dôme sur le bâtiment de l'EPR à Flamanville, en juillet.

A Flamanville dans la Manche, le chantier du réacteur nucléaire EPR, dit de troisième génération, avance. Après la pose du dôme de près de 300 tonnes sur le bâtiment en juillet, la cuve en acier est arrivée le 7 octobre sur le site. Mais les ennuis ne sont pas terminés pour autant pour ce chantier qui devrait se terminer en 2016, avec quatre ans ans de retard. Outre les aléas techniques, les procédures judiciaires se multiplient.

Mardi 12 novembre, Bouygues, le géant du BTP chargé du génie civil, ainsi que deux entreprises sous-traitantes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Cherbourg pour homicide involontaire, après la mort en 2011 d’un soudeur sur le chantier. EDF n’est en revanche pas poursuivie.

Le 24 janvier 2011, ce père de famille de 37 ans avait fait une chute mortelle de 18 mètres, la passerelle sur laquelle il se trouvait ayant été percutée par le chargement d’une grue. Bouygues est poursuivi « en sa qualité de responsable de la coordination de sécurité et attributaire du lot génie civil » du chantier, selon Eric Bouillard, procureur de la République de Cherbourg, indique l’AFP.

Quant au grutier, âgé de 36 ans au moment des faits et qui était sous l’emprise du cannabis, il est également poursuivi, ainsi que son employeur Euridis-Normetal et la société Tissot, qui a mis à disposition la passerelle. Les trois entreprises sont accusées en tant que personnes morales pour « mises à disposition d’équipement de travail non conforme » et « insuffisance » du plan de sécurité, des « fautes » constitutives de « l’homicide involontaire ». Deux autres accidents mortels du travail étaient survenus sur ce chantier en 2011, dont un accident de la route d’un ouvrier qui rentrait chez lui.

« TRAVAIL ILLÉGAL » ET COTISATIONS NON PAYÉES

Bouygues n’en est pas à ses premiers soucis judiciaires. En février, le groupe avait été condamné par le conseil des prud’hommes pour le licenciement sans cause réelle ni sérieuse en 2010 de son chef de la sécurité sur le chantier. Il avait été renvoyé après avoir utilisé son « droit de retrait », prévu en cas de risque grave et imminent pour la santé et la sécurité. L’ex-chef de la sécurité avait décrit un « état sécuritaire du chantier où la notion de danger grave et imminent [était] permanente ». Le groupe a fait appel.

Un autre procès concernant Bouygues et deux sous-traitants du chantier de l’EPR pourrait avoir lieu en 2014 en correctionnelle, pour « travail illégal », selon une source judiciaire. « Les charges sont sérieuses », avait indiqué le procureur de la République de Cherbourg, Eric Bouillard, le 27 juin, après deux ans d’enquête préliminaire. Il décidera, d’ici à la fin de l’année, s’il engage ou non des poursuites.

Deux sous-traitants de Bouygues sont accusés de ne pas avoir payé leurs cotisations sociales : le roumain Elco et le chypriote Atlanco, avec qui Bouygues avait rompu son contrat en 2011. Les deux sociétés auraient une dette d’au moins 10 millions d’euros de cotisation à l’égard de l’Urssaf, en grande partie liée à l’EPR, selon le parquet. EDF n’est pas non plus inquiété sur ces affaires. Les prud’hommes de Cherbourg doivent rendre le 4 décembre une décision concernant la plainte de 62 salariés polonais de l’EPR, pour des problèmes similaires, dont 16 contre Bouygues, selon leur conseil.

ACCIDENTS DU TRAVAIL NON DÉCLARÉS

Dans cette affaire, il est aussi question de sous-déclaration d’accidents du travail. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait établi qu’en 2010 un accident du travail sur quatre n’avait pas été déclaré. L’ASN avait ainsi constaté, dans le registre de l’infirmerie du chantier, l’existence de feuillets volants portant le nom et la signature de salariés affirmant « refuser de déclarer l’accident survenu ».

Les infirmières affirmaient « avoir observé » qu’un nombre important de salariés « ne souhaitaient pas que le fait qu’ils avaient été victimes d’un accident du travail soit connu » et leur avoir fait formaliser ce refus. Au minimum, entre juin 2010 et février 2011, 34 accidents n’ont pas fait l’objet, comme ils l’auraient dû, d’une déclaration à la caisse d’assurance-maladie.

Bouygues Construction avait récusé fermement « toute démarche intentionnelle de non-déclaration des accidents […]. Les éventuelles absences de déclaration qui sont évoquées ne peuvent être que la conséquence d’initiatives malencontreuses du personnel de l’infirmerie ».

Francine Aizicovici
Journaliste au Monde

viaA Flamanville, le chantier de l’EPR terni par les procédures judiciaires.

Un flash de radioactivité touche six ouvriers à Civaux

L'ouvrier le plus touché se trouvait à proximité de la piscine où se trouve le combustible usagé ou à recharger. L’ouvrier le plus touché se trouvait à proximité de la piscine où se trouve le combustible usagé ou à recharger. – (Photo d’illustration)

Six prestataires d’EDF ont été légèrement touchés hier, par un mystérieux flash de radioactivité à la centrale nucléaire de Civaux, dans la Vienne.

Quatre minutes. C’est le temps qu’aura duré le mystérieux flash de radioactivité détecté hier matin par les appareils de mesure portés par les employés de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne).

5 % de la dose maximale annuelle et autorisée

Il est 10 h, hier matin, quand l’alarme retentit. Quatorze personnes, des employés d’EDF et des prestataires extérieurs se trouvent dans le bâtiment du réacteur n° 1, actuellement arrêté pour maintenance.
Six dosimètres individuels qui mesurent en instantané la radioactivité ambiante se déclenchent. Ils sont portés par des prestataires extérieurs.
« Conformément aux procédures », indique le service communication de la centrale de Civaux, « tous les salariés présents ont été évacués. Les six salariés concernés ont été pris en charge par le service de radioprotection. »
Ils ont été exposés à des degrés divers. Le plus touché se trouvait près de la piscine où se trouve le combustible à retraiter, ou à recharger.
Son appareil a mesuré une dose correspondant à 5 % de la dose annuelle maximale autorisée.
Cinq autres, qui se trouvaient à d’autres endroits, ont enregistré des doses très réduites correspondant à un ou deux centièmes de la dose annuelle.
A 19 h 45, hier soir, les vérifications effectuées sur les dosimètres confirmaient l’incident. Les appareils ont bien mesuré une pointe fugace de radioactivité.
Désormais, la question est de savoir quelle en est la cause. Des investigations sont en cause. « Les mesures effectuées par la suite ont montré l’absence d’un niveau anormal de radioactivité », indique Civaux. Ce qui écarte donc toute fuite.
Le président de la commission locale d’information (CLI), Robert Gil, évoque la piste « d’un point chaud ». « C’est le nom que les techniciens donnent à ce type de problème qui est connu. C’est souvent une particule, un petit fragment échappé du cœur, qui a migré dans le circuit primaire. »
Cet incident intervient dans un contexte très particulier après que l’autorité de sûreté nucléaire a souligné, dans des termes mal ressentis localement, un certain manque de rigueur interne.
La préfète avait appelé tout le monde à la mesure dans son expression. C’était la semaine dernière…

(1) Rien n’indique que l’ouvrier se trouvait à un endroit où il n’aurait pas dû être, indique EDF.

Emmanuel Coupaye

viaUn flash de radioactivité touche six ouvriers à Civaux – 28/06/2013 – La Nouvelle République France-Monde.

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :