Bilou, un chat perdu à Brebières, retrouvé à 22 km de chez ses maîtres – La Voix du Nord

Cha(t)peau aux bénévoles de l’association SOS Animaux de Pecquencourt. Ils ont recueilli un chat épuisé, l’ont cajolé et diffusé sa photo sur internet. Sa propriétaire, une Brebiéroise, a pu retrouver son fidèle compagnon.

PHO_0_SOS_Animaux

Voila un chat qui a eu de la chance ! Bilou, surnommé Bébé chat, appartient à Virginie Mer et à sa fille Anaïs, 6ans. La famille s’est installée à Brebières il y a deux ans alors que Bilou avait trois ans. Un soir de septembre 2014, Bilou ne rentre pas à la maison. Virginie pose des affiches un peu partout, lance des recherches auprès des SPA, refuges, mairies, vétérinaires… Aucune nouvelle. La famille perd peu à peu l’espoir de retrouver son compagnon.

Mais Virginie ne capitule pas. Régulièrement, elle fait des recherches sur les réseaux sociaux et le 21 mai, elle voit une photo mise en ligne par l’association SOS Animaux. Y apparaît un chat amaigri qui ressemble à Bilou… Virginie prend contact avec les responsables de la structure pecquencourtoise « pour voir si c’est bien lui ». Et heureux constat, il s’agissait bien du chat disparu !

Il a été retrouvé par une bénévole de l’association à 22 km de son foyer. Aujourd’hui, il a retrouvé son panier à la maison, à Brebières.

Sa propriétaire salue le travail de l’association. « Les bénévoles font un travail admirable autour des animaux. Grâce à leur communication j’ai pu voir qu’il était là-bas ».

L’opération portes ouvertes de SOS Animaux Pecquencourt a été couronnée de succès. La météo encourageant à sortir les familles.

L’opération portes ouvertes est passée mais vous pouvez toujours contacter l’association SOS Animaux au 03 27 86 85 85. Le refuge est situé au bout de la rue de Chambéry, cité Lemay, à Pecquencourt. Ouvert du lundi au samedi de 14 h à 17 h 30.

viaBilou, un chat perdu à Brebières, retrouvé à 22 km de chez ses maîtres – La Voix du Nord.

La Brenne avec un âne

« Loulou », l’un des cinq ânes de Frédéric Beau, accompagne les sorties de découverte.

Rosnay. Frédéric Beau propose des sorties de découverte de l’environnement et du patrimoine au rythme d’un âne.

Lorsqu’on est installé au « Temple », on prêche forcément pour sa chapelle. Frédéric Beau vante donc les qualités de « Brindille », « Caroline », « Coccinelle », « Loulou » et « Rosalie », des animaux dociles, tardigrades, qui permettent de parcourir la Brenne dans des conditions idéales.

Avant d’arriver dans l’Indre, le jeune homme originaire de Charente travaillait dans l’environnement. Il a trouvé à Rosnay le terreau nécessaire à sa passion pour les ânes qui accompagnent depuis un an des sorties de découverte de la nature et du patrimoine.

Des animaux habitués au contact humain

« Je les ai éduqués pour cela, explique ce nouvel acteur du tourisme local. Ils sont habitués au contact humain et à être équipés d’un bât. Les gens partent en autonomie durant une demi-journée ou une journée entière sur des parcours de 5 à 18 km. L’animal porte leur équipement et, éventuellement, un enfant. »
Frédéric Beau encadre aussi des sorties guidées pour les groupes, les personnes handicapées ou les scolaires, et ses prestations sont par exemple indiquées dans les dépliants Brenne Nature et Berry Province. Le passage récent de journalistes belges devrait lui valoir des retombées supplémentaires et après avoir organisé, l’été dernier, des portes ouvertes, participé à l’opération De ferme en ferme, il envisage maintenant d’acheter un véhicule pour transporter ses ânes sur différents sites : « Toutes les randonnées partent actuellement du » Temple « et j’aimerais maintenant proposer d’autres circuits, pourquoi pas sur plusieurs jours ». Mais Frédéric Beau ne veut pas brûler les étapes et avance, comme ses animaux, à un train de sénateur. Sa nouvelle activité reste pour le moment complémentaire à des interventions en milieux naturalistes et sportifs.

Dep’Ane, « Le Temple », à Rosnay. Tél. 06.78.41.56.85. www.depanebrenne.com

Jean-Michel Bonnin

La Brenne avec un âne – 27/08/2014 – La Nouvelle République.

Dijon : ce chaton a parcouru 500 km sous le capot d’une voiture

 

| Eléonore Friess Vu 3804 fois

 

Photo SDR

Photo SDR

1 / 8

 

Les mécaniciens d’un garage de Chenôve ont fait mardi une découverte incroyable sous un capot de voiture : un chaton, qui a survécu à un trajet entre Montpellier et Dijon.

 

«J’ai passé plus d’une heure à démonter la voiture, je ne l’ai jamais trouvé », raconte Jérémy, 23 ans, avant d’ajouter : « Pourtant, je l’entendais miauler. »

Lundi soir, ce mécanicien de Norauto Chenôve voit un client arriver en affirmant : « Il y a un chat dans mon moteur. » Sceptique, le jeune homme décide alors « de lever la voiture » pour mettre la main sur l’animal. En vain. Après deux heures de recherche, lui et les propriétaires du Xsara Picasso décident de laisser à manger et à boire sous la voiture avant de fermer le garage.

« Le lendemain les gamelles étaient vides », rigole Jérémy. Impossible pourtant de trouver le chat dans les locaux. Seules quelques plumes d’oiseaux témoignent de sa présence. Plus tard dans la matinée, un des garagistes soulève le capot de la voiture électrique garée à côté du Xsara Picasso. « Il est là, ton chat », hurle-t-il à Jérémy, en voyant l’animal réfugié contre la batterie de l’engin. Le jeune homme prévient les propriétaires du Xsara, habitant à Chenôve. L’homme raconte alors à Jérémy avoir vu le chat dans des embouteillages à Montpellier et l’avoir de nouveau aperçu sur une aire d’autoroute, où il avait fait une halte, à Dijon : 496 kilomètres séparent Montpellier de la cité des Ducs.

« C’est incroyable qu’il ait survécu », s’exclame Jérémy. « Il aurait pu se faire déchiqueter par la courroie ou broyer par le ventilateur. Pire, il aurait pu être électrocuté par les lignes hautes tensions de la voiture électrique où il a été trouvé. »

Partie de cache-cache

Après vérification, le chaton n’est ni tatoué, ni pucé. Hervé Guerry, l’un des mécaniciens, décide donc de l’adopter. « Ma femme rêvait d’avoir un chat, je lui ai fait la surprise en rentrant à la maison », s’amuse-t-il. Lui aussi s’étonne de l’extraordinaire épopée de son nouveau protégé : « Il peut faire 90 ou 100° sous un capot de voiture en plein soleil, parfois même 150°. Il n’est d’ailleurs pas rare de retrouver des chatons morts à cet endroit ; ils arrivent à se faufiler par les roues. » Mercredi, Hervé a emmené le chaton chez le vétérinaire de Pontailler-sur-Saône, pour vérifier son état de santé. Depuis, l’animal prend ses marques dans la maison. Il a déjà élu domicile derrière le réfrigérateur. « C’est sa cachette préférée », explique Hervé, en essayant de le déloger. Vendredi, le chaton femelle a fait ses premiers pas dans le jardin d’Hervé, sous la haute surveillance d’Enjy, le labrador de la maison, qui semble l’avoir adoptée. Ses nouveaux maîtres lui ont même déjà trouvé un nom : elle a été baptisée Xsara, bien entendu.

viaDijon | Dijon : ce chaton a parcouru 500 km sous le capot d’une voiture – Le Bien Public.

Le coeur sur la patte – Indre

 

« Bandit » cherche un maître. « Bandit » cherche un maître.

 

 

Coucou, c’est « Bandit » ! Je suis un chien croisé griffon labrador, j’ai environ 6 ans. (puce n° 250 268 720 119 577). Je suis arrivé au refuge il y a bientôt deux ans. Beaucoup de mes copains sont partis et moi, j’attends toujours avec impatience que l’on m’emmène vers une nouvelle vie remplie de câlins et de balades !

Alors n’hésitez plus, venez vite me rencontrer, ainsi que tous mes amis qui attendent autant que moi.
> Chiens et chats trouvés errants. Type fox-terrier, mâle, robe blanche et sable, à Châteauroux ; jeune chien croisé beagle, robe fauve et blanche, à Thenay ; jeune chien croisé labrador, robe noire, au Blanc ; deux jeunes chiens croisés labrador, robe noire et robe sable, à Badecon-le-Pin ; type braque allemand, femelle, robe truitée marron, à Rosnay.
> Chiens et chat à adopter. Croisé jack russel, mâle, affectueux ; type dalmatien, femelle, besoin de se dépenser ; croisée griffon, femelle, douce ; croisée labrador, femelle, besoin d’espace ; chat européen, mâle castré, robe tigrée, aime la tranquilité.
Et de nombreux chiens et chats de toutes races (tous vaccinés et identifiés).

Contact  : SPA de l’Indre Refuge de Rosiers, ZI La Malterie 36130 Montierchaume Tél. 02.54.34.74.27. Ouvert tous les jours, sauf dimanches et jours fériés.

viaLe coeur sur la patte – 24 Heures – Actualité – Indre – Nouvelle République.

Miradoux. L’incroyable escapade de deux ânes – Gers

M. Peret et ses ânes qui ont décidé de fuguer en pleine nuit./ Photo DDM, Dominique Abbal. ()

M. Peret et ses ânes qui ont décidé de fuguer en pleine nuit./ Photo DDM, Dominique Abbal.

C’est une jolie et incroyable histoire que viennent de vivre Robert Peret et son épouse ces jours derniers. Robert est une personne chaleureuse et accueillante qui voue une véritable passion pour ses nombreux animaux (chiens, chèvres et ânes) qu’il élève avec amour et tendresse et qui le lui rendent bien. Dans l’enclos des ânes, des petits sont nés. L’âne le plus vieux a donc dû être cédé, contre bons soins, à un ami résidant à plus de 5 km de là. Robert, très attaché à son âne qu’il a prénommé «Prince», n’a pas voulu qu’il parte seul et lui a donc enjoint une compagne afin qu’il puisse finir ses jours heureux dans un pré, une retraite bien méritée en somme à faire la joie des enfants de son nouveau propriétaire.

De retour chez eux au cœur de la nuit

Peu de jours après, dans la nuit, un camion croise deux ânes sur la route menant de Castet-Arrouy à Miradoux. Le conducteur ébahi, jugeant la situation dangereuse a fait appel à la gendarmerie. Celle-ci s’est rendue sur les lieux, ne pouvant faire autrement qu’escorter les deux ânes cahin-caha à très petite vitesse. Arrivés à Miradoux, ils ont voulu, par prudence et en attendant de connaître les propriétaires de ces animaux, les placer dans la cour de l’école. Mais les ânes sont têtus, n’est-il pas ? Ils ont refusé de bouger et ce fut des ruades, de l’agitation. Alertée par le bruit, Mme Peret ouvrit la fenêtre et, affolée, vit la gendarmerie et les deux ânes qui, en entendant et reconnaissant sa voix, se sont mis à braire à 4 h 30 du matin. Les animaux étaient revenus chez eux et avaient parcouru plus de 6 km afin de retrouver leurs anciens propriétaires. Peu de temps après, les ânes ont été ramenés dans leur nouveau pré. Depuis, ils ont fait plusieurs autres tentatives d’évasion.

Après cela, on ne pourra plus dire que l’âne est un animal qui manque d’intelligence et le bonnet d’âne sera définitivement laissé aux oubliettes.

viaMiradoux. L’incroyable escapade de deux ânes – Gers : LaDépêche.fr.

Un chien retrouve sa famille après 3 ans d’absence et 1600 kilomètres de distance !

un basset hound retrouve sa famille après 3 ans d'absence

Molly, un Basset Hound, a retrouvé avec sa famille après trois années d’absence et plus de 1600 kilomètres de distance. Un véritable miracle réalisé grâce à un officier de police du service de contrôle animalier dans la vallée de Prescott aux Etats-Unis, qui a détecté une micro-puce en contrôlant l’animal.

Une micro-puce permet d’identifier l’animal et sa famille

Ainsi, le 7 juillet, l’officier de police Brandon Bonney, emmene le chien dans une fourrière de contrôle et découvre une micro-puce implantée sous la peau du chien. L’animal égaré, avait certainement vagabondé dans toute la région, tentant de retrouver son foyer.

Le jour suivant, le scanner du chien révèle l’identité du chien et de sa maîtresse. La chienne s’appelle Molly et avait été déclarée perdue par sa maîtresse, une jeune femme soldat, trois ans auparavant, en 2009.

A cette époque, la jeune femme avait laissé son Basset Hound à un ami car elle devait partir en mission quelques mois. Durant son absence, Molly s’était échappée de la maison de son ami censé la surveiller, et depuis ce jour, elle n’avait plus jamais entendu parler d’elle.

Une famille bientôt réunie

Après cette découverte, l’officier contacte la maîtresse de la chienne pour lui faire part de sa découverte. Folle de joie, la femme soldat, alors en mission, joint immédiatement des membres de sa famille situés non loin de là, dans la ville de Tucson, pour récupérer sa chienne.

Quand la maîtresse de Molly sera de retour, elle ira récupérer son fidèle toutou dans sa famille. Des retrouvailles qui promettent d’être intenses en émotions !

« Cette histoire est un succès et est le reflet de la nécessité de bien identifier nos animaux de compagnie«  explique l’officier Brandon Bonney « Il y a trop d’animaux non identifiés, un animal de compagnie est un membre d’une famille. De plus, un collier marqué ou une micro-puce est un moyen inestimable pour identifier des animaux perdus. ».

Une histoire qui finit bien et un nouveau rappel pour faire identifier son animal de compagnie (tatouage, puce électronique, collier). Parce que perdre son animal n’arrive pas qu’aux autres !

viaUn chien retrouve sa famille après 3 ans d’absence et 1600 kilomètres de distance ! – Insolite – Wamiz.

D’adorables suricates!

D’adorables suricates!.

 

Castres. Ils retrouvent leur chatte 10 mois après sa disparition – Tarn

Après 10 mois d'absence, «Poussy» a retrouvé les bras de ses maîtres Thierry et Valérie./Photo DDM, T. Antoine.

Après 10 mois d'absence, «Poussy» a retrouvé les bras de ses maîtres Thierry et Valérie./Photo DDM, T. Antoine.
Après 10 mois d’absence, «Poussy» a retrouvé les bras de ses maîtres Thierry et Valérie./Photo DDM, T. Antoine.

En août 2011, ce couple de Castrais a quitté l’avenue du Sidobre pour s’installer au Pesquié, où leur chatte a disparu. Ils viennent de la retrouver à Lambert, près du cimetière et du caveau familial.

L’histoire de «Poussy», c’est celle d’une minette qui ne s’est peut-être pas remise de l’absence de sa maîtresse Paulette, décédée en 2007. La chatte aux belles couleurs isabelle n’avait alors que 3 ans. Elle a grandi dans la maison familiale de l’avenue du Sidobre, où Thierry, quinquagénaire, le fils de Paulette, et sa compagne Valérie l’ont toujours choyée. En août 2011, le couple a décidé de déménager dans le secteur de Pesquié-Saint-Hippolyte, à près de 3 kilomètres de distance, en empruntant un itinéraire bien précis. Un véritable changement pour «Poussy». «Nous pensions qu’elle allait s’habituer et se plaire dans la cour intérieure de la nouvelle maison, confie Thierry. Mais le premier soir, elle a grimpé le long d’un arbre jouxtant une clôture et est passée par-dessus. Nous sommes allés la chercher. Le lendemain, confiants, nous l’avons laissée sous les ombrages, dans le jardin. Quand nous sommes rentrés, elle avait disparu.»

Des mois à la chercher

Malgré des affiches apposées dans le secteur de Saint-Hippolyte, après plusieurs allers-retours à Lambert et des appels à l’association Le chat dans la rue, Thierry et Valérie n’ont jamais retrouvé leur matou. «On a toujours espéré, on a aussi refusé une proposition d’adoption, on ne voulait pas la remplacer. Puis, Thierry a fini par penser qu’elle était morte, moi je pensais qu’elle était toujours en vie!» assure Valérie.

Dimanche dernier, comme souvent, le couple est allé se balader vers l’avenue du Sidobre, passant devant l’école de Lambert où travaille Thierry, puis le cimetière, où repose Paulette. Soudain, alors qu’il conduisait, Thierry a tourné la tête en direction du cimetière: «Mais c’est Poussy!» La chatte était assise près de l’entrée du cimetière, comme si elle attendait. «Nous l’avons appelée, elle n’a pas bougé, alors nous nous sommes approchés, elle s’est roulée par terre!»

«Poussy» a retrouvé son foyer, où elle s’est enfin adaptée. «Nous avons recréé son espace de vie. Elle a beaucoup d’appétit. Nous l’avons trouvée légèrement amaigrie et sale, elle a donc goûté à sa première douche et n’a pas aimé!» La minette est quand même restée docile, appréciant les câlins de toute la famille, venue constater son retour. «Il ne faut jamais perdre espoir, assure Valérie. C’est un signe, il faut qu’elle soit avec nous. Je savais qu’elle était vivante! Elle a quand même traversé trois collines, elle aurait pu partir à Lameilhé ou à la Pique…»

viaCastres. Ils retrouvent leur chatte 10 mois après sa disparition – Tarn : LaDépêche.fr.

Jeune huppe faciée chez moi. – YouTube

Jeune huppe faciée chez moi. – YouTube.

Une Allemande retrouve « Poldi », son chat disparu il y a seize ans

Une Allemande se préparait mercredi à des retrouvailles émues avec son chat « Poldi », disparu depuis 16 ans et qui aurait vécu depuis dans les bois, près de Munich, a indiqué le service local de protection des animaux.

« Poldi » a été retrouvé amaigri et identifié grâce à un tatouage derrière l’oreille, a affirmé à l’AFP Eveline Kosenbach, du service de protection des animaux qui a informé sa propriétaire. « Elle ne pensait vraiment pas qu’elle allait revoir son chat après si longtemps », a précisé Eveline Kosenbach, ajoutant que retrouver un chat vivant après une si longue période était « extrêmement rare ».

« Avec certitude », le chat est bien « Poldi », a-t-elle assuré, expliquant que l’animal disposait d’une puce avec un numéro d’identification unique. La propriétaire doit récupérer son chat jeudi.

viaUne Allemande retrouve « Poldi », son chat disparu il y a seize ans – Actu France en continu – TF1 News.

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :