Foie gras: 1e plainte en Californie

Une association de défense des animaux a porté plainte   contre un restaurant californien qui continuait à servir du foie gras à ses clients en dépit d’une interdiction entrée en vigueur le 1er juillet. Il s’agirait de la première plainte du genre. Le restaurant Hot’s Kitchen de Hermosa Beach, poursuivi par le groupe People for Ethical Treatment of Animals (PETA) affirme avoir arrêté la vente de foie gras mais continuait à l’offrir en complément d’un de ses plats.

Par une loi votée en 2004 à l’initiative d’associations opposées au gavage des oies et des canards, la Californie a interdit à compter du 1er juillet 2012 la production et la commercialisation de foie gras sur son territoire.

Le groupe Hot’s Restaurant, dont fait partie Hot’s Kitchen, a été en pointe dans l’opposition à cette loi, qu’il juge trop vague donc contestable d’un point de vue constitutionnel. « Hot’s s’en tient à ses précédentes déclarations sur le fait que le foie gras peut être fabriqué de manière humaine », a déclaré une représentante du restaurant visé.

Le Figaro 

Publicités

Cinéma: «A.L.F., Animal Liberation Front», de Jérôme Lescure – 20minutes.fr

 

 

CINEMA – Pour sa première fiction, Jérôme Lescure (déjà réalisateur d’un documentaire sur la corrida) nous plonge dans l’univers de l’A.L.F., comprenez Front de Libération Animale. L’histoire? Un groupe d’activistes force les portes d’un élevage en vue de libérer des chiens destinés à la vivisection. Franck Kovick, l’un d’entre eux, est arrêté et se retrouve en garde à vue…

 

En salle dès le 7 novembre.

 

Dans sa cellule, Kovick retrace l’itinéraire qui les a menés, lui et son équipe, jusqu’à cette nuit d’action. Sa motivation? Des images d’animaux enfermés dans des cellules en acier qu’il garde en tête. L’action se focalise ensuite sur la confrontation entre Franck Kovick et le capitaine Chartier, chargé de l’interroger au poste.

 

«Le but premier de ce film est de permettre à un public le plus large possible, quel que soit son âge, son milieu social, sa religion, ses a priori, d’être informé, confie le réalisateur Jérôme Lescure. La détresse et la souffrance animale (et plus particulièrement la détention d’animaux dans les laboratoires), sont systématiquement cachées, dissimulées, voire niées.»

 

Résultat? «A.L.F.» pose plusieurs (bonnes) questions fondamentales (Peut-on considérer comme «éco-terroristes», des activistes qui tentent de libérer des animaux enfermés dans d’atroces conditions?…). Le film ne prend pas vraiment parti et reste dans un juste milieu. L’intrigue est bien ficelée.

 

Que penser des membres de l’A.L.F., souvent qualifiés d’ «éco-terroristes»?

 

D’après Jérôme Lescure, «l’A.L.F. a presque toujours été décrite de façon négative, qualifiée de radicale et d’ultra violente, alors que la plupart de ces activistes sont des pacifistes avérés et ne font que délivrer de l’horreur quelques-uns des millions d’animaux suppliciés.» Une position partagée par Brigitte Bardot qui a apporté son soutien au film.

 

Pourtant, dès 2002, le FBI comptait l’ALF et l’ELF (Front de libération de la Terre) dans les menaces éco-terroristes les plus élevées aux États-Unis.

 

Plus d’infos sur le site internet du Front de libération animale: www.animalliberationfront.com

 

Pour rappel

 

Si le film parle de 25 animaux qui meurent torturés chaque seconde dans les labos du monde entier, aucun chiffre précis n’est disponible, d’autant qu’il ne faut pas oublier la souffrance animale dans les abattoirs, les élevages de poules (enfermées dans des cages grandes comme une feuille A4), ou dans les pièges (comme pour les «nuisibles»: renards, fouines, martres…).

 

Du côté des bonnes nouvelles, on rappelle toutefois l’article 521-1 du Code pénal qui condamne les actes de cruauté envers les animaux (peu appliqué, on vous l’accorde), ou les Trophées du bien être animal 2012 organisés par l’ONG CIWF qui montrent que quelques entreprises agroalimentaires se bougent (King Europe, Marks & Spencer France, Ben & Jerry Etats-Unis…).

 

Non à la vivisection des animaux de laboratoire

 

Delphine Rabasté

viaCinéma: «A.L.F., Animal Liberation Front», de Jérôme Lescure – 20minutes.fr.

Teaser du film A.L.F. (Animal Liberation Front) – YouTube

Teaser du film A.L.F. (Animal Liberation Front) – YouTube.

 

13 ans après Microcosmos : la Clé des champs


Au cinéma le 21 décembre 2011

13 ans après Microcosmos : la Clé des champs

En partenariat avec DISNEY, participez à notre concours photo et gagnez vos places de cinéma

mercredi 21 décembre 2011
Posté par David

Si vous avez aimé Microcosmos, n’hésitez pas à emmener vos enfants au cinéma à partir d’aujourd’hui, 21 décembre, pour voir la Clé des champs, un très joli documentaire sur l’écosystème d’une mare vu par des enfants. Dans un village de la campagne française, un jeune garçon rêveur et solitaire est en vacances chez des cousins. Il est seul et cherche à dissiper son ennui. Il découvre à l’écart du village une mare abandonnée qui devient bientôt son éden secret. Il y revient, fasciné, jour après jour, et découvre tout un monde inconnu, peuplé de créatures étranges. À mesure qu’il explore son « royaume » et que son imagination débordante le transporte, il progresse dans une sorte de voyage initiatique et magique. Un jour, il s’aperçoit que quelqu’un est venu visiter « sa » mare en son absence. Une petite fille, en vacances au village avec ses parents. Peu à peu, celle qu’il a perçue comme une intruse devient une complice. Les deux enfants, murés dans leur silence et leur solitude, ont élu le même lieu comme paradis et se sont reconnus comme des semblables.

Loin du monde énigmatique des adultes, en observant la nature, les animaux, ils apprivoisent peu à peu la vie, laissant libre cours à une imagination que seuls des enfants comme eux peuvent développer et qui s’offre à nos yeux ébahis de spectateurs de cinéma … A travers une réalisation unique qui les caractérise, Claude Nuridsany et Marie Pérennou, les créateurs de Microcosmos, nous embarquent dans une aventure hors du temps, un voyage au cœur d’un écosystème proche de nous, mais pourtant totalement inconnu à nos yeux.

 

La suite ICI

%d blogueurs aiment cette page :