Pourquoi la candidature « La République En Marche » de Marie Sara, ancienne torera, nous révolte

Nous nous opposons fermement à l’investiture de Marie Sara en demandant son remplacement.

Source : Pourquoi la candidature « La République En Marche » de Marie Sara, ancienne torera, nous révolte

Candidats législatives 2017 – Parti animaliste

Liste des candidats du Parti animaliste pour les élections législatives des 11 et 18 juin 2017.

Source : Candidats législatives 2017 – Parti animaliste

Législatives et torera investie. Je réagis !

Source : Législatives et torera investie. Je réagis !

Présidentielle : la cause animale pourrait influencer plus d’1 électeur sur 3 ! – Fondation 30 Millions d’Amis

Pour la prochaine élection présidentielle, les Français sont très largement sensibles aux engagements que prendront les candidats en faveur des animaux. Les résultats d’un sondage Ifop pour le collectif AnimalPolitique dont fait partie la Fond

Source : Présidentielle : la cause animale pourrait influencer plus d’1 électeur sur 3 ! – Fondation 30 Millions d’Amis

Frédéric Nihous, leader de CPNT, sur la liste Les Républicains de Xavier Bertrand pour les élections régionales en Nord-Pas de Calais/Picardie

« Ca participe d’un accord plus large », assure un proche de l’ancien ministre. « Nihous représente CPNT, mais on a conclu un accord avec les cinq fédérations de chasse de chaque département« . Plus encore, Xavier Bertrand « confiera la présidence de la commission environnement de la région à un chasseur » en cas de victoire.

Frédéric Nihous, leader du mouvement Chasse Pêche Nature et Traditions (CPNT), est officiellement associé à l’UMP depuis 2012. Il est depuis 2010 conseiller régional d’Aquitaine…

Source : Frédéric Nihous, leader de CPNT, sur la liste Les Républicains de Xavier Bertrand pour les élections régionales en Nord-Pas de Calais/Picardie – France 3 Picardie

Nicolas Sarkozy promet des postes-clés aux chasseurs en cas de victoire électorale

Si l’on en croit le journal « Plaisirs de la Chasse », une publication pro-chasse qui est souvent bien informée sur les dessous et les coulisses de ce milieu, « Nicolas Sarkozy a pris l’engagement auprès de Bernard Baudin, président de la Fédération Nationale des Chasseurs, qu’il veillerait «personnellement» à ce que dans les régions gagnées par Les Républicains en décembre prochain, les chasseurs prennent des responsabilités, à travers la présidence de la commission Environnement ».

Des promesses électorales qui ne plaisent pas aux défenseurs des animaux, à l’instar de Pierre Athanaze (Président d’Action Nature France), qui s’indigne : « Cela promet, car si on en croit les observateurs politiques, pas mal de régions devraient  » basculer « à droite. Ce serait alors autant de vices-présidences « Environnement » pour les chasseurs ».

Une réelle menace pour les animaux forestiers

Les postes promis par Les Républicains sont en effet des postes clés dans la gestion de la faune et de la flore d’une région. Il est clair que si ils tombaient entre les mains de chasseurs, les habitants des forêts concernées auraient du souci à se faire…

« Ça va être terrible, le peu qui a été gagné au cours des dernières années va disparaître. Et comme les chasseurs seront directement aux commandes, et qu’on sait qu’ils savent se servir, on peut craindre le pire », s’alarme Pierre, qui évoque un réel « danger » et appelle les personnes sensibles à la cause animale a bien prendre cette information en compte avant d’entrer dans l’isoloir lors des élections régionales à venir, et ce, « quelles que soient vos opinions politiques ».

« Il faut informer le plus de monde possible, y compris bien sûr les adhérents ou sympathisants des «Républicains», afin qu’ils fassent pression auprès des instances de ce parti », préconise-t-il.

viaNicolas Sarkozy promet des postes-clés aux chasseurs en cas de victoire électorale.

Bilan en matière de chasse du quinquennat de Nicolas Sarkozy

Bilan en matière de chasse du quinquennat de Nicolas Sarkozy

Chasser plus d’espèces, dans davantage de lieux, toujours plus longtemps ;
Favoriser l’exercice de la chasse, disposer de nouveaux droits, privilèges et avantages divers ;
Réduire les droits des associations s’opposant à la chasse et des non-chasseurs.
… telles sont les principales revendications des organismes représentatifs des chasseurs.

Alors que les sondages démontrent que les Français-es considèrent la protection de la biodiversité comme un enjeu majeur, qu’ils sont majoritairement opposés à la chasse et souhaitent la reconnaissance du caractère « sensible » des animaux sauvages (avec les mesures de protection contre les mauvais traitements qui en découlent), force est de constater la manière assidue et appliquée du gouvernement UMP à répondre ces cinq dernières années aux réclamations des chasseurs, pourtant minoritaires (à peine 1,7% de la population). Jamais autant de nouveaux privilèges ne leur ont été accordés que pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, en pleine contradiction avec la préservation de la biodiversité, l’intérêt général et les valeurs éthiques partagées par la majorité des citoyen-ne-s. Plus d’une quarantaine de mesures correspondant aux souhaits des chasseurs ont été prises. A l’inverse, seules 3 leur étant défavorables ont été prises… dont 2 annulées par la suite.

Les périodes de chasse ont été plusieurs fois augmentées (notamment celles des oiseaux d’eau et de passage). La liste des espèces chassables également (ajout d’une espèce et promesse d’en ajouter deux autres sous peu). Les territoires chassables ont de même été élargis (possibilité de chasser toutes les espèces dans le domaine maritime public, possibilité de chasser dans des espaces protégés notamment dans tous les nouveaux Parcs Nationaux).
Une convention de partenariat entre les ministères de l’Education Nationale, de l’Ecologie et la Fédération Nationale des chasseurs a été établie, permettant aux chasseurs d’effectuer des actions en milieu scolaire, lesquelles sont généralement, ainsi qu’en témoignent les articles de presse, entachées de prosélytisme pro-chasse et donc en violation du principe de neutralité de l’enseignement. Les Fédérations des chasseurs, associations représentant pourtant une activité à l’origine d’un important préjudice écologique1, sont maintenant reconnues comme des organismes de « protection de la nature ». L’article de loi qui prévoyait un décret fixant les règles de sécurité à la chasse a été supprimé, les chasseurs décidant désormais de leurs éventuelles règles de sécurité. Le pouvoir des fédérations de chasseurs a été à plusieurs reprises renforcé et la représentativité des chasseurs a été accrue.
La législation concernant le statut de « nuisible » a été modifiée, principalement pour empêcher les recours des associations de protection de la nature en cas de classements abusifs et illégaux. Un délit d’obstruction à un acte de chasse a été instauré afin de condamner les opposants aux chasses à courre, qui organisaient sur le terrain des actions pacifiques. Les Préfets peuvent maintenant imposer à un propriétaire de faire chasser les animaux sur sa propriété sous peine d’engager sa responsabilité financière. Il s’agit d’un grave recul sur la reconnaissance du droit de « non-chasse » qu’ont les citoyens, au nom des convictions personnelles et de l’objection de conscience.

Nous avons dressé ci-dessous la liste des principaux arrêtés, décrets et lois concernant la chasse, parus pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Liste non-exhaustive d’avantages et de nouveaux droits accordés aux chasseurs ces cinq dernières années :

•  Autorisation pour les jeunes de 15 à 16 ans en chasse accompagnée de chasser à l’arc (arrêté du 18 août 2008)
•  Suppression du décret fixant les mesures de sécurité, les chasseurs décident désormais de leurs éventuelles règles de sécurité (loi du 18 décembre 2008)
•  Réduction de moitié du montant de la redevance du permis de chasser pour les chasseurs nouveaux ou âgés de 16 à 18 ans (loi du 18 décembre 2008)
•  Pour beaucoup d’infractions, le retrait du permis de chasser ne peut désormais se faire que sur demande d’un juge (loi du 18 décembre 2008)
•  Facilitation des conditions de vente des animaux tués, suppression des formalités de transport (loi du 18 décembre 2008)
•  Autorisation d’utilisation de grands ducs artificiels pour la chasse et la destruction des dits nuisibles (loi du 18 décembre 2008)
•  Reconnaissance des fédérations des chasseurs comme organisme de protection de la nature (loi du 18 décembre 2008)
•  Retrait du loup de cette liste des espèces menacées d’extinction en France ce qui en facilite la destruction (arrêté du 27 mai 2009)
•  Il n’est plus nécessaire d’être piégeur agréé, ni de tenir un relevé, pour piéger les corvidés (arrêté du 18 septembre 2009)
•  Prolongation de 5 ans de la limite d’âge pour les lieutenants de louveterie (décret du 22 septembre 2009)
•  Autorisation de l’utilisation de téléphones et de talkie-walkie pour la chasse au grand gibier (arrêté du 19 janvier 2010)
•  Convention entre ministères de l’éducation et de l’écologie et la Fédération nationale des chasseurs autorisant ces derniers à intervenir dans les écoles (4 mars 2010)
•  Condamnation des opposants à la chasse par un délit d’obstruction à un acte de chasse (Décret du 4 juin 2010)
•  Possibilité de tirer les chevreuils avec des plombs (arrêté du 9 juin 2010)
•  Réaffirmation et renforcement des droits des lieutenants de louveterie (arrêté du 14 juin 2010)
•  Modification des limites du nombre d’appelants, permettant d’utiliser théoriquement jusqu’à 2 fois plus de colverts (arrêté du 3 janvier 2011)
•  Avancement au 1er juin au lieu du 15 août de la chasse en battue du sanglier (décret du 31 mai 2011)
•  Affirmation et facilitation de la chasse au grand tétras (nouvelle Stratégie Nationale en faveur du Grand Tétras du 8 juillet 2011)
•  Avancée de l’ouverture de la chasse des oiseaux d’eau dans plusieurs territoires (arrêtés du 20 juillet et du 5 août 2011)
•  Prolongation de la chasse au pigeon ramier jusqu’au 20 février dans certains départements (arrêté du 13 décembre 2011)
•  Inscription d’une nouvelle espèce chassable, la bernache du Canada (arrêté du 23 décembre 2011)
•  Possibilité de chasser toutes les espèces chassables sur le domaine maritime public (seuls les oiseaux d’eau, et le sanglier depuis 2010, l’étaient) (arrêté du 11 janvier 2012)
•  Suppression de l’obligation du poste fixe pour la chasse des grives du 10 au 20 février (arrêté du 12 janvier 2012)
•  Autorisation de la chasse par temps de neige des oiseaux issus d’élevage dans les chasses commerciales (arrêté du 13 janvier 2012)
•  Suspension du moratoire de deux espèces d’oiseaux vulnérables (arrêté du 3 février 2012)
•  Prolongement de la période de chasse des oies en contournant la législation européenne sous prétexte de fins scientifiques (arrêté du 3 février 2012)
•  Réaffirmation de la reconnaissance des chasseurs comme protecteurs de la nature et gestionnaires de la biodiversité (loi du 7 mars 2012)
•  Réaffirmation du rôle des chasseurs dans l’éducation (en particulier les interventions scolaires, souvent entachées de propagande) (loi du 7 mars 2012)
•  Réduction de moitié du montant de la redevance du permis de chasser pour la première validation (loi du 7 mars 2012)
•  Possibilité d’imposer à un propriétaire de faire chasser les animaux sur sa propriété et d’engager sa responsabilité financière (loi du 7 mars 2012)
•  L’éventuel quota d’animaux de certaines espèces pouvant être tués n’est plus fixé « après avis » mais « sur proposition » de la fédération des chasseurs (loi du 7 mars 2012)
•  Augmentation de la période de chasse dans les chasses commerciales des perdrix et faisans élevés à cet effet (loi du 7 mars 2012)
•  Augmentation et assouplissement des tirs de loups (arrêté du 16 mars 2012)
•  Modification de la législation relative au classement des espèces dites nuisibles en un sens favorable aux attentes des chasseurs (décret du 23 mars 2012)
•  Augmentation des calibres de fusil autorisés pour la chasse (spécification dans la loi sur les armes du 27 février 2012)
 
A venir d’ici peu :
 
•  Avancement de l’ouverture générale de la chasse dans 11 régions
•  Avancement de l’ouverture de la chasse du vanneau huppé
•  Prolongation de la période de chasse des merles, des grives et des pigeons ramiers dans plusieurs départements
•  Prolongation de la période de chasse des oiseaux d’eau dans plusieurs départements du sud
•  Utilisation des corvidés comme appelant vivant pour la chasse
•  Révision de la notion de « dérangement de la chasse » (en vue notamment de pratiquer la chasse dans les zones sensibles et protégées)
•  Revue d’étude sur le pinson et le bruant ortolan pour trouver des éléments permettant de légaliser leur chasse
•  Affirmation du maintien voire facilitation de la chasse du grands tétras dans les Pyrénées, espèces fortement menacées
•  Utilisation d’appelants vivants pour la chasse des corvidés

Liste des mesures en faveur de la faune sauvage adoptées :

•  Retrait de la martre et de la belette de la liste des dits nuisibles (arrêté du 2 décembre 2008)… réinsérées 3 mois plus tard ! (arrêté du 18 mars 2009)
•  Suspension pour cinq ans de la chasse de 3 espèces menacées (arrêté du 30 juillet 2008)… annulée trois ans plus tard ! (arrêté du 3 février 2012)
•  Interdiction, pour se mettre en conformité avec la législation européenne, du piège non-sélectif nommé « assommoir perché » (arrêté du 29 juin 2011)

 

Le 17 janvier 2012, Nicolas Sarkozy a réaffirmé que « la chasse demeure une priorité »…

Pour en savoir plus sur la position des autres candidats en matière de chasse, consultez le site : http://www.politique-animaux.fr/chasse

 

Le Rassemblement pour l’Abolition de la Chasse (RAC)
www.abolition-chasse.org

 

1. http://www.abolition-chasse.org/rapport_chasse_biodiversite.pdf

 

Collectif pour l’Abolition de la Chasse à Courre

Les candidats de gauche à l’élection présidentielle se sont à présent prononcés sur la condition animale et, en ce qui concerne notre collectif, sur la chasse à courre.

Pour P. Poutou (NPA) la chasse à courre doit être abolie en France comme dans les autres pays européens (1).

N. Arthaud (LO) souhaite l’interdiction de ce « loisir cruel de riches oisifs en mal de distraction » (2).

J.L. Mélenchon (Front de gauche) vient de se positionner contre la chasse à courre et contre le déterrage (3).

E. Joly (EELV) soutient la proposition d’abolition de la chasse à courre déposée par les députés écologistes, au titre de l’opposition aux chasses « cruelles » (4).

F. Hollande (PS) reste donc le dernier candidat à se réclamer de la gauche sans s’être engagé pour l’abolition, bien qu’il ait admis « la brutalité » de ce mode de chasse qui « fait débat chez nombre de nos concitoyens », comme il nous l’a écrit. Une poignée d’aristocrates et de capitaines d’industrie(0,001% de la population) reste accrochée à cette tradition archaïque alors que l’immense majorité des Français (79%) souhaite son abolition. François Mitterrand l’avait promise.

Elle doit maintenant disparaître à jamais, comme dans la plupart des pays d’Europe.

Les adversaires de la chasse à courre prêts à voter au premier tour des élections pour un des candidats ayant déjà pris position ne pourront reporter leur voix sur F. Hollande au second tour tant que celui-ci n’aura pas pris une position claire.

2012 DOIT ÊTRE L’ANNÉE DE L’ABOLITION DE LA CHASSE A COURRE.
M. HOLLANDE, PRONONCEZ-VOUS !

(1)http://www.politique-animaux.fr/chasse/poutou-npa-souhaite-interdire-chasse-courre-mais-n-pas-d-avis-sur-le-deterrage-des-nuisibles
(2)http://www.politique-animaux.fr/chasse/pour-l-abolition-de-chasse-courre
(3)http://www.nos-voix-pour-les-animaux.fr/sites/www.nos-voix-pour-les-animaux.fr/files/pieces-jointes/rep-melenchon.pdf
(4)http://www.politique-animaux.fr/chasse/eva-joly-pour-l-abolition-des-chasses-cruelles

viaCollectif pour l’Abolition de la Chasse à Courre.

LOBBYING – Les candidats à la présidentielle sont-ils sensibles à la cause animale ? | Big Browser

LOBBYING – Les candidats à la présidentielle sont-ils sensibles à la cause animale ?

C’est une question à laquelle tente de répondre le site internet « Politiques et animaux ». Les treize candidats sont classés selon quatre catégories : « agit pour les animaux », « penche pour les animaux », « penche contre les animaux », « agit contre les animaux ».

Corrida, fourrures, chasse ou encore élevage, les positions des candidats sur les thèmes phares de la cause animale sont passées au cribles par le site internet fondée par Brigitte Gothière de l’association L214.

L’on apprend ainsi que Philippe Poutou est contre l’élevage des animaux pour leurs fourrures ou encore que Nicolas Dupont-Aignan s’est prononcé à plusieurs reprises contre l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques.

Le candidat qui remporte le plus mauvais bilan selon le site est Nicolas Sarkozy qui « n’a eu de cesse durant la durée de son mandat de satisfaire les demandes des chasseurs, des aficionados et du secteur de l’élevage ».

Selon Mme Gothière, interrogée par l’AFP, « on a une vue caricaturale des positions des candidats sur la cause animale mais on n’a pas une vue globale. Notre site relate tous ce qu’ils ont fait plutôt que ce qu’ils ont dit ». 

« Marine Le Pen est connue pour être pro-animaux mais quand on regarde ses positions sur l’abattage rituel, elle est plus anti-musulmans que pour la protection des animaux. Le bilan du mandat de Nicolas Sarkozy est catastrophique pour les bêtes, il a notamment bloqué l’étiquetage de la mention ‘abattage avec ou sans étourdissement’. Quant à François Hollande, ses positions reflètent une volonté de ne pas s’engager sur la chasse ou la corrida », affirme-t-elle.

viaLOBBYING – Les candidats à la présidentielle sont-ils sensibles à la cause animale ? | Big Browser.

Présidentielles : le lobby de la cause animale se met en place

DDA donne des consignes de vote !

Communiqué

Aux militants animalistes,

Le tabou de la consigne de vote par le secteur associatif sera brisé par DDA cette année. Bien peu d’associations sont jusqu’à présent intervenues sur ce terrain, pourtant capital.

Nous estimons en effet que la non prise en compte des électeurs pro-animaux (et donc de la question animale) n’a que trop duré. Par cette initiative, nous espérons contribuer à une prise de conscience du personnel politique, qui jusqu’à présent ne répond qu’aux demandes de nos adversaires.

Nous appellerons au vote en faveur des candidates et candidats pro-animaux, actuellement recensés comme suit : POUTOUX (NPA), GOVERNATORI (AEI), LEPAGE (Cap21 : sous réserve d’un projet sensiblement favorable, qui doit être rendu public très prochainement).

Nous déconseillerons par conséquent les votes de premier tour PS, UMP, FN, MODEM (tous pro-chasse et/ou indifférents à la question animale, soit qu’ils restent sourds à nos courriers soit qu’ils y répondent défavorablement).

La position des autres partis est en cours d’évaluation.

Note : EELV est généralement favorable aux animaux mais sa candidate a tenu des propos qui méritent d’être relevés et sanctionnés par un appel au boycott de sa candidature.

Sur le pure player Rue89, E. Joly s’est effectivement prononcée :
- contre l’abolition de la chasse à courre ;
- contre l’abolition de la corrida ;
- pour des menus végétariens mais uniquement pour des raisons écologiques et sociales et sans aucune considération pour la condition animale.

Nous lui laissons l’occasion de clarifier sa position une dernière fois par retour à un émail dans lequel nous lui demandons de confirmer on d’infirmer (toute non réponse étant assimilée au maintien de ses propos) :
- qu’elle est contre l’abolition de la chasse à courre ;
- qu’elle est contre l’abolition de la corrida ;
- qu’elle considère que la condition des animaux d’élevage ne constitue pas en soi un problème politique.

Tout collectif ou association désirant se joindre à notre démarche sera le bienvenu. Il lui suffira de signer et répercuter la consigne que nous lancerons dans les semaines ou les mois qui viennent.

Nous vous remercions par avance de bien vouloir faire circuler cette annonce.

Merci de votre attention,

L’équipe de Droits des Animaux

viaPrésidentielles : le lobby de la cause animale se met en place.

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :