La chasse aux blaireaux dans le collimateur des associations  

Le déterrage consiste à traquer les animaux sous terre avec des chiens, puis à les extirper et les tuer.

Source : La chasse aux blaireaux dans le collimateur des associations  

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : «Il faut mettre fin à la vénerie sous terre, autrement dit à la destruction par déterrage des blaireaux»

Tandis qu’un projet d’arrêté du Ministère de la Transition Écologique et solidaire visant à modifier les règles de ce mode de chasse est actuellement soumis à la consultation du public, France Nature Environnement demande son interdiction pure et simple.

Source : BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : «Il faut mettre fin à la vénerie sous terre, autrement dit à la destruction par déterrage des blaireaux»

Faune -Quels sont les animaux classés comme nuisibles en France ? | service-public.fr

Fouine, corneille noire, putois, corbeau freux… Quels sont les animaux nuisibles en France et comment les éliminer ? Un arrêté du 30 juin 2015 précise les espèces concernées et les modalités de leur destruction.

Source : Faune -Quels sont les animaux classés comme nuisibles en France ? | service-public.fr

Chasse. Déterrage de blaireaux, le 16 juin – Crédin – LeTelegramme.fr

. Les chasseurs sont invités à participer le samedi 16 juin à un déterrage de blaireaux,© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/morbihan/credin/chasse-deterrage-de-blaireaux-le-16-juin-08-06-2018-11986710.php#rgM2dOr0advhMMFd.99

Source : Chasse. Déterrage de blaireaux, le 16 juin – Crédin – LeTelegramme.fr

Chasser le renard ? Pas très rusé ! – Nature d’ici et d’ailleurs

Source : Chasser le renard ? Pas très rusé ! – Nature d’ici et d’ailleurs

Indre Nature part en guerre contre la chasse au blaireau

C’est le nouveau combat d’Indre Nature : la défense des blaireaux ! L’association écologiste a déposé un recours cet été contre l’allongement de la période de chasse. La méthode, la vénerie sous terre, est dans leur viseur.

Source : Indre Nature part en guerre contre la chasse au blaireau

Côte d’Or | « La vénerie sous terre en toute transparence »

D’Hugues Baudvin, de Beurizot

Source : Côte d’Or | « La vénerie sous terre en toute transparence »

Région | De jour comme de nuit pas de répit pour le renard

Source : Région | De jour comme de nuit pas de répit pour le renard

La rage de tuer | Le Club de Mediapart

Vènerie sous terre A l’heure où l’opinion publique évolue et prend conscience du caractère sensible de l’animal, où la nature se meurt, où les philosophes pensent, enfin, la condition du vivant, quelques milliers de tortionnaires s’adonnent, avec la caution lâche des préfets et des politiciens, à une forme de chasse dont la nocivité et la cruauté atteignent des paroxysmes.

En avril et mai, pour assouvir leurs pulsions de tuer, piégeurs et chasseurs s’amusent à introduire des chiens dans des terriers abritant des familles de blaireaux, en période de reproduction. Pendant que les chiens mordent les blaireaux acculés au fond du terrier, les tortionnaires creusent le sol et finissent par atteindre leurs victimes ensanglantées qu’ils saisissent avec des pinces métalliques et achèvent à la fourche.

 

Les décideurs administratifs, les politiciens, veulent ignorer la barbarie insondable de cette « vénerie sous terre » et feignent d’invoquer la « gestion », la « régulation », des populations de blaireaux. Nous savons que la méchanceté, l’inaccessibilité à la compassion, l’hypocrite tolérance à la souffrance d’autrui lorsque des alibis ouvrent la porte à la férocité, caractérisent l’espèce humaine.

 

Et pourtant, s’il fallait faire un jour le procès de NUREMBERG des criminels contre nature, combien de décideurs auraient à répondre, « qu’ils ne savaient pas » ? L’horreur de ces pratiques insulte à la dignité des hommes. Prendre son plaisir à tuer révèle le sadisme. Ajouter le raffinement dans la cruauté fait peur: le nazisme est déjà en place à l’Assemblée Nationale et au Sénat, nul besoin d’un FN.

 

Qu’ils sont minables ces politiciens à genoux devant l’arriération du lobby chasse pendant que la faune s’éteint !

 

Source : La rage de tuer | Le Club de Mediapart

La chasse cruelle et inutile du blaireau en France (vidéo) – notre-planete.info

La saison de chasse se termine pour les uns et s’ouvre pour les autres… Le blaireau est le prochain sur le calendrier alors que ses populations sont fragilisées par une pression de plus en plus forte. Il fait l’objet d’une chasse

Source : La chasse cruelle et inutile du blaireau en France (vidéo) – notre-planete.info

Chasse sous terre : réaction des défenseurs des animaux – 30/05/2015 – ladepeche.fr

Environnement – Réponse

 

L’article consacré à la «chasse sous terre» et paru le jeudi 21 mai dans nos colonnes a sucité de nombreuses réactions de la part de nos lecteurs. Les défenseurs des droits des animaux considèrent cette pratique «barbare» et «d’un autre âge».

Extraits de courriers

«“Cueillir”, “acculer”, “extraire”, “prélever”, “déterrer”… Votre journaliste multiplie les euphémismes pour ne pas avoir à dire explicitement qu’il s’agit de tuer de façon violente et barbare les renards et blaireaux dont il est fait mention… Dans un article supposé mettre à l’honneur cette pratique, on constate qu’elle n’est absolument pas assumée.

Et il y a de quoi ! Il s’agit ni plus ni moins que de lâcher des chiens pour acculer le mammifère au fond de son terrier, de lui faire endurer de longues heures de stress pendant le creusage, puis de l’extirper à l’aide d’énormes pinces métalliques qui lui infligent de douloureuses blessures, avant de l’achever ou de le donner vivant aux chiens qui finissent le travail en l’éviscérant.

Ces pratiques d’un autre âge sont honteuses, ne relèvent d’aucun patrimoine culturel et doivent cesser (…)».

La Dépêche du Midi

viaChasse sous terre : réaction des défenseurs des animaux – 30/05/2015 – ladepeche.fr.

Brutal, barbare, insoutenable : STOP au déterrage de blaireau ! – Association Nature Alsace Bossue

Brutal, barbare, insoutenable : STOP au déterrage de blaireau ! – Association Nature Alsace Bossue.

Projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 18 mars 1982 relatif à l’exercice de la vénerie – Les consultations publiques du ministère du Développement durable

La pratique de la vénerie sous terre utilisée notamment pour la destruction des blaireaux est ouverte du 15 septembre au 15 janvier. En application de l’article R 424-5 du code de l’environnement, le préfet peut, sur proposition du Directeur départemental des territoires et après avis de la Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage et de la Fédération départementale des chasseurs, autoriser l’exercice de la vénerie du blaireau pour une période complémentaire à partir du 15 mai.

L’article 3 de l’arrêté du 18 mars 1982 précise les conditions d’exercice de cette chasse qui consiste « à capturer par déterrage l’animal acculé dans son terrier par les chiens qui y ont été introduits ou à l’y faire capturer par les chiens eux-mêmes. Seul est autorisé pour la chasse sous terre l’emploi d’outils de terrassement, des pinces destinées à saisir l’animal et d’une arme pour sa mise à mort, à l’exclusion de tout autre procédé, instrument ou moyen auxiliaire, et notamment des gaz et des pièges. Les meutes doivent comprendre au moins trois chiens créancés sur la voie du renard et du blaireau ».

Il existe environ 1500 équipages regroupés au sein de l’association française des équipages de vénerie sous terre (AFEVST). Cette chasse regroupe près de 40 000 pratiquants regroupés au sein de l’association des déterreurs (ADD) qui utilisent environ 70 000 chiens de terrier. L’ADD organise les concours et autres événements de vénerie sous terre pour le compte de l’AFEVST car elle est agréée par la Société centrale canine.

Cette pratique ancienne trouve sa justification dans la nécessité de réguler les populations d’une espèce qui peut causer des dégâts voire représenter un risque sanitaire pour le bétail, mais dont le comportement nocturne et le mode de vie ne permettent pas facilement les opérations de régulation. Il s’agit aussi d’une forme traditionnelle de chasse qui perdure avec de nombreux équipages qui utilisent des chiens de terrier créancés .

L’arrêté en vigueur étant ancien (1982) et des comportements peu acceptables ayant été constatés, il apparaît aujourd’hui indispensable de mettre en place un encadrement renforcé de la pratique de la vénerie sous terre.

Tel est l’objet du présent projet d’arrêté qui précise :

  • les moyens autorisés pour le déterrage et les armes utilisées pour la mise à mort ;
  • la nécessité d’interrompre les opérations de déterrage en cas de présence d’une espèce protégée ;
  • l’interdiction des championnats et compétitions remplacés par des journées de formation et d’entraînement des chiens ;
  • la possibilité pour le préfet de suspendre ou retirer l’attestation de meute en cas de manquement grave aux prescriptions de l’arrêté.

Télécharger :

viaProjet d’arrêté modifiant l’arrêté du 18 mars 1982 relatif à l’exercice de la vénerie – Les consultations publiques du ministère du Développement durable.

Joëlle Huillier interpelle le gouvernement sur la pratique du déterrage du blaireau | Politique & animaux

Dans une question parlementaire Joëlle Huillier députée de l’Isère demande s’il est envisagé la suppression de la période complémentaire de chasse voire l’interdiction de la pratique du déterrage du blaireau en France :

« Mme Joëlle Huillier attire l’attention de M. le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur la pratique du déterrage du blaireau. Classé parmi les gibiers, le blaireau peut être chassé pendant la période légale de chasse. Mais en application de l’article R. 424-5 du code de l’environnement, il peut aussi, sur autorisation du préfet, être chassé par déterrage ou vénerie sous terre pendant une période complémentaire à partir du 15 mai. Cette espèce peut donc être chassée en France neuf mois et demi par an, notamment pendant la période de reproduction et de dépendance des jeunes blaireautins, alors que cette chasse est beaucoup plus limitée et la pratique du déterrage parfois interdite dans les autres pays européens. Elle demande à la ministre de lui indiquer les raisons qui ont pu justifier l’attribution d’une période complémentaire de chasse pour cette espèce. Elle lui demande aussi si elle envisage de supprimer cette période, voire d’interdire la pratique du déterrage en France ».

Source : Assemblée Nationale

viaJoëlle Huillier interpelle le gouvernement sur la pratique du déterrage du blaireau | Politique & animaux.

Déterrage du blaireau – Sénat

Question écrite n° 07380 de Mme Laurence Rossignol (Oise – SOC)

publiée dans le JO Sénat du 11/07/2013 – page 2038

Mme Laurence Rossignol attire l’attention de M. le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur la pratique du déterrage des blaireaux.
Le blaireau est un gibier à activité nocturne classé « non nuisible » pouvant être chassé durant les périodes générales d’ouverture de la chasse, de la mi-septembre à fin février, auxquelles peut se rajouter une « période complémentaire » par simple décision préfectorale.

C’est ainsi que le blaireau se retrouve chassé pendant plus de neuf mois par an dans soixante-quatorze départements français.
Cette période complémentaire ne concerne qu’un seul mode de chasse : la vènerie sous terre, ou déterrage, qui connaît un très fort engouement avec plus de 3 000 équipages revendiqués par la fédération nationale des chasseurs.
Loin d’être un « outil de gestion », ce mode de chasse est un loisir dont la brutalité heurte nombre de nos concitoyens. Des concours de déterrage sont même organisés, comme cette année du 27 au 29 septembre 2013 sur le territoire de la communauté de communes du Castelbriantais.
Ces pratiques particulièrement cruelles n’ont rien à voir avec la gestion ou la régulation des populations mais visent uniquement à honorer les meilleurs déterreurs, ou meilleurs chiens de terrier au nom d’une tradition séculaire.
Compte tenu de ces éléments, elle lui demande de bien vouloir lui préciser sa position sur le sujet et s’il envisage d’appliquer des mesures restrictives pour protéger cet animal, à l’instar de la réglementation de nombreux pays européens.

En attente de réponse du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

viaDéterrage du blaireau – Sénat.

Chasse aux blaireaux : arrêtons le massacre

Savez-vous ce qu’est la vènerie sous terre ? C’est une chasse aux blaireaux, la plus cruelle des chasses qui existent en Europe et que dénonce Pierre Athanaze dans  son livre « Le livre noir de la chasse », paru aux éditions Le Sang de la Terre. Une pétition est en ligne pour stopper ce massacre et demander aux autorités compétentes la protection des blaireaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n’y a pas que la chasse à courre qui soit affreuse et sanglante. La vénerie sous terre, activité autrefois marginale, est moins connue, pourtant elle connait de plus en plus de succès. Ce « jeu » avait même un championnat de France  ! Le but est de déterrer les blaireaux, en envoyant des chiens de terriers et de les coincer pendant qu’ils se font mordre. Pendant ce temps-là, les chasseurs creusent, ce qui peu prendre beaucoup de temps… jusqu’à huit heures. Une fois que l’animal stressé arrive à proximité, il est saisit avec de grandes pinces en fer avant d’être poignardé. Il faut souligner que cette espèce est protégée dans la plupart des pays européens comme l’Angleterre, la Belgique et l’Allemagne. Pendant 9 mois et demi de l’année, ces animaux sont persécutés et massacrés juste pour le plaisir de certains. C’est pourquoi une pétition circule en ce moment sur l’Internet pour attirer l’attention du ministère de l’Environnement. N’hésitez pas à la signer pour faire cesser cette chasse et demander aux autorités la protection des blaireau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article(s) sur le même sujet

Donner son avis
S’ENGAGER

viaChasse aux blaireaux : arrêtons le massacre | NEOPLANETE.

ASPAS Nature – Chasse au blaireau, ou acharnement sanguinaire ?


Espèce protégée dans la plupart des pays européens, le blaireau est déjà l’objet d’une chasse acharnée en France. Mais afin de satisfaire à la pratique de la « vénerie sous terre » , ou déterrage, (plus de 3000 équipages en France !), mode de capture et de mise à mort sans conteste le plus cruel d’Europe, elle est aussi l’objet d’une « période complémentaire » qui allonge cette période de chasse à 9 mois et demi par an ! Cela ne suffit toujours pas…
Le blaireau est classé « gibier ». À ce titre l’espèce est chassée de mi septembre à fin février. La « période complémentaire » allonge cette chasse de la mi-mai jusqu’à l’ouverture de la chasse, mi-septembre. Mais cela ne suffit pas aux chasseurs hauts savoyards, qui ont obtenu du préfet de leur département, un arrêté totalement illégal, autorisant la destruction de blaireaux du 8 mars à fin juin, ne laissant aux blaireaux que huit jours de répit ! L’ASPAS a bien sûr attaqué cet arrêté.

Aussi, le jour même de l’audience, le préfet a abrogé son arrêté, rendant sans objet ce contentieux. L’ASPAS a ensuite été informée que trois autres arrêtés, tout aussi illégaux, avaient été signés !

À la demande de l’ASPAS, le tribunal administratif de Grenoble a suspendu ces arrêtés le 21 avril 2011.
Il est de notoriété publique que la France connaît de sérieux problèmes quant à sa relation avec sa faune sauvage. Notre pays a, de très loin, le plus grand nombre d’espèces chassables (90 !). Mais nous avons également de très gros problèmes avec les chasseurs, pour les suffrages desquels nos parlementaires multiplient les petits cadeaux entre amis.
Dernier épisode en date : deux propositions de loi, portées, l’une par le groupe chasse à l’Assemblée Nationale, l’autre par le Groupe chasse au Sénat ( !!!) seront discutées parallèlement au Sénat, le 5 mai, et à l’Assemblée nationale le 10 mai. Ces deux lois, sur le même sujet, seront discutées en même temps : du jamais vu pendant la cinquième République !!! 
Il serait plus que temps que nos élus et hauts fonctionnaires s’émancipent du monde de la chasse et prennent la mesure de l’état de conservation de la nature en France, ainsi que de la demande sociale plus axée sur la protection. L’année de la biodiversité est passée et les discours post-grenelliens sont oubliés. Mais les Français, eux, attendent qu’enfin toutes ces promesses soient tenues pour une véritable prise en compte de la nature et de l’environnement.


Contact presse : Pierre Athanaze – Président de l’ASPAS
Tél. : 06 08 18 54 55  

 

viaASPAS Nature – Chasse au blaireau, ou acharnement sanguinaire ?.

La Petition.be – Non à la journée de déterrage du blaireau en Haute-Marne

 

URL Courte : http://3940.lapetition.be/

PETITION

Non à la journée départementale de déterrage en Haute-Marne du 27 juin prochain

Monsieur le préfet de Haute-Marne
Malgré les protestations que nous n’avions pas manquées de proférer l’an dernier dans pareilles circonstances, la fédération des chasseurs de la Haute-Marne renouvelle le 27 juin prochain sa journée départementale de déterrage. Cette opération particulièrement traumatisante pour les animaux, consiste à acculer un blaireau au fond de son terrier à l’aide de chiens, puis à creuser une tranchée avec des pelles ou autres outils de terrassement, pour le saisir après plusieurs heures d’acharnement à l’aide de pinces métalliques. Nous nous insurgeons que de telles pratiques existent encore à l’heure du Grenelle de l’Environnement et alors même que la France s’est fortement engagée pour le maintien de la biodiversité.
En effet, s’il est encore chassé en France, le blaireau ne fait pourtant plus partie de la liste des espèces nuisibles depuis 1988. Dans de nombreux pays européens ( Belgique, Pays-Bas, Espagne, Italie, Irlande, Grèce, Grande-Bretagne, Luxembourg…) il bénéficie du statut d’espèce protégée dans la mesure où il est considéré comme indicateur de biodiversité et du bon fonctionnement de grands ensembles paysagers. Il facilite la régénération et la dispersion de certaines graines. Il participe sans doute à la régulation de pullulation de rongeurs en forêt. Espèce patrimoniale fragile, elle est référencée par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature parmi les espèces à surveiller. Nous nous étonnons donc de la tenue d’une telle journée en pleine période de reproduction. En outre, la destruction des terriers impacte également sur d’autres espèces ( chat forestier, chauves-souris, amphibiens…) qui profitent également de ces abris lorsqu’ils sont abandonnés par leurs premiers occupants.

Notamment accusé de véhiculer l’échinococcose, le renard est également concerné par ce type de chasse. Il est pourtant loin d’être prouvé que l’éradication du renard ferait disparaître ou même diminuer la fréquence de cette maladie qui peut être contractée par l’homme et avoir des conséquences graves ( une dizaine de décès par an ). On peut avancer, sans grand risque, que cette éradication dans notre région, aurait pour conséquence un appel à l’arrivée des renards contaminés venus d’Europe Centrale (notamment de Suisse, d’Autriche et d’Allemagne où se trouve le foyer de la maladie) qui occuperaient la niche écologique ainsi laissée vacante. D’autre part, le renard joue lui aussi un rôle indéniable dans la régulation des populations de rongeurs puisque chaque individu en consomme plusieurs milliers par an. Sans cette prédation, il est à craindre que les populations de rongeurs et notamment des campagnols viendraient à exploser. Or ces petits mammifères sont également des vecteurs importants de cette maladie qui verrait alors son aire de propagation s’étendre davantage.

Rien ne justifiant donc une telle opération, nous vous demandons donc de l’interdire considérant qu’elle va nuire à la faune sauvage en perturbant un nombre important d’animaux et en détruisant leurs terriers.

En vous remerciant par avance et avec nos salutations les plus distinguées.

Cette pétition est conjointement menée par la LPO Champagne-Ardenne et l’association Nature Haute-Marne

Signer la pétition / De petitie ondertekenen. Signer la pétition / De petitie ondertekenen.

viaLa Petition.be – Non à la journée de déterrage du blaireau en Haute-Marne.

%d blogueurs aiment cette page :