CVN: des comportements de brutes

www.ecologie-radicale.org
Communiqué:
La CONVENTION VIE ET NATURE, rappelant que tout animal est un être sensible, dénonce les agissements dégradants de certains agriculteurs qui, ce mercredi 5 novembre, ont battus àmort et peints en rouge des ragondins, devant la préfecture de NANTES.
Des faits similaires se seraient produits dans d’autres villes, notamment TOULOUSE, lors des manifestations de la FNSEA dont les tracteurs vinrent déverser fumiers, lisiers, plumes, devant les sièges administratifs.
La presse régionale qui n’hésite pas à inventer une « violence des associations de protection animale » ne verra dans ces exactions que les témoignages sympathiques et raffinés de la souriante France rurale.
Ces agriculteurs protestent contre les normes environnementales, les contrôles et les règlements protecteurs de l’intérêt général.
Le malaise agricole vaut celui de l’industrie, de la fonction publique, de la jeunesse, du monde de la recherche, de la société entière confrontée, non pas à une crise, mais à un défi de mutation.
Le paysan doit redevenir un homme qui nourrit les hommes et non un exploitant qui pollue la terre, torture la faune sauvage, maltraite les animaux d’élevage dans des usines à viande ou à oeufs.
L’Union Européenne consacre un important pourcentage de son budget à la politique agricole commune, trop favorable aux gros exploitants et insuffisamment redistributive.
Il faut changer de politique afin d’orienter les productions en un sens conforme àla préservation de la biodiversité, de la santé publique et d’unemeilleure justice sociale au sein du monde agricole.
En particulier, les aides à l’agriculture de montagne doivent être subordonnées à la présence des grands prédateurs.
Ceux qui frappent à mort des ragondins, qui fulminent contre les loups, les ours,les lynx, les vautours et tout ce qui vit, font honte à ce pays et nuisent à l’image de l’agriculture qui vaut mieux que cela.
L’agriculture ne doit plus être une exploitation forcenée mais une alliance avec la nature.

 

Publicités

Les opposants à la chasse reçus au Cabinet du Ministre

COMMUNIQUE DE PRESSE

Un Collectif * vient d’être créé, qui rassemble à ce jour 15 associations de protection animale et de l’environnement, nombre qui ne cesse de croitre.

Les responsables de ce Collectif seront reçus au Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable le lundi 30 juin 2014 à 15h. Cette rencontre aura lieu pour la 3ème fois et sera mise à profit pour présenter 21 mesures simples mais urgentes.

Notre Collectif entend porter la parole d’une majorité de nos concitoyens excédés et choqués de la façon dont on traite aujourd’hui la faune sauvage.

En effet, chaque année en France, 30 millions d’animaux sont tués par la chasse (statistique de l’ONCFS) mais la chasse fait également des dizaines de morts chez les êtres humains. Sur les dix dernières années, nous comptabilisons 1883 accidents dont 232 mortels.

Alors que le Gouvernement français fait des efforts importants en matière de sécurité routière pour réduire le taux de mortalité sur nos routes, nous demandons qu’il en fasse autant en matière de sécurité aux abords des villes et villages, dans les campagnes et les forêts.

”Le Collectif du 21 Septembre” demande, parmi les 21 mesures, d’instaurer des jours sans chasse sur tout le territoire, à commencer par le dimanche.

“Les chasseurs ne sont pas seuls à avoir des droits ; il y a aussi les cueilleurs de champignons, les randonneurs, les promeneurs, les vététistes, les promenades familiales et tout simplement les amoureux de la nature.” déclare la porte-parole, Nadia POUPON.

Contacts presse:

Nadia POUPON tél: 06 12 06 72 26 ou 01 64 46 46 29
Christian MAILLETAS tél: 06 82 94 07 64 ou 05 45 67 82 93

mail: coll.21sept@gmail.com

* Associations membres du Collectif à ce jour : la CVN (Convention Vie et Nature), Animavie, le RAC (RAssemblement pour une France sans Chasse), CCE2A (Collectif Contre l’Expérimentation et l’Exploitation Animales), DDA (droits Des Animaux), l’association Stéphane LAMART, Combactive, L214, l’AVF (l’Association Végétarienne de France), Oïkos Kaï bios, Point Ours Loups Lynx, RAN (Respect de l’Animal et de la Nature), la Voie de l’Hirondelle, AVES France, La GRIFFE.

viaACTUALITES > Les opposants à la chasse reçus au Cabinet du Ministre | Association Stéphane Lamart.

CVN: communiqué:Abolition de la torture tauromachique.

www.ecologie-radicale.org
communiqué: Abolition de la torture tauromachique.
La CONVENTION VIE ET NATURE constate que des violences délictuelles ont été commises le samedi 24 août, à RION DES LANDES, lors d’un spectacle de corrida, à l’encontre de citoyens pacifiques qui protestaient contre cette infamie.
Deux militants ont été blessés dont l’un très gravement.
Ces faits, quels qu’en soient les auteurs, devront être sanctionnés par les tribunaux indépendants des mafias locales.
Que les lâches, ceux qui renvoient toujours dos à dos les agresseurs et leurs victimes, constatent que systématiquement, les blessés sont dans le camp des défenseurs du vivant, des opposants àla cruauté et à la mort spectacle.
En Europe, d’une part, en France, d’autre part, la majorité des citoyens condamne les actes de cruauté à l’encontre des taureaux et souhaite l’abolition des corridas.
Ces spectacles dégradants conservent un public très minoritaire, mais il faut rappeler que jusqu’en 1938 les décapitations publiques attiraient des amateurs.
Ce qui met obstacle à l’abolition des corridas réside nullement dans le nombre des tasts mort, mais dans l’influence des réseaux  entourant ces spectacles. 
La CONVENTION VIE ET NATURE appelle les parlementaires et le gouvernement à prendre leurs responsabilités en mettant fin à ces séances de tortures animales.
A défaut, les citoyens mobilisés accentueront la protestation des consciences.
             Gérard  CHAROLLOIS
       CONVENTION VIE ET NATURE

Contact/ TEL 06 76 99 84 65

CVN: communiqué

 www.ecologie-radicale.org

communiqué : le  29 juillet 2013 .

Plainte contre la France.

 

La CONVENTION VIE ET NATURE dépose plainte contre la France, auprès de la Commission Européenne, pour violations des articles 5 ET 7 de la directive européenne relative à la protection des oiseaux et à ses annexes I et II.

Les faits sont les suivants :

Il résulte d’un article circonstancié publié par le quotidien SUD-OUEST que se tint, dans le département des LANDES, le 27 juillet dernier, une assemblée générale d’une association de tueurs de petits oiseaux.

Quatre cents piégeurs d’ortolans et pinsons, espèces intégralement protégées par la directive européenne portant préservation des oiseaux, reçurent, selon la presse, l’appui du président du conseil général du département.

 

Soutenus par des politiciens locaux, otages des braconniers, les participants à cette sinistre réunion obtinrent des assurances selon lesquelles l’actuel ministre de l’écologie, Philippe  MARTIN, anciennement préfet des LANDES, puis président du conseil général du GERS, favoriserait le braconnage,  en soumettant au CONSEIL NATIONAL DE PROTECTION DE LA NATURE, avant novembre prochain une dérogation pour autoriser la chasse des pinsons dans les LANDES.

Par ailleurs, sera promue  une « « étude » » sur les populations d’ortolans, durant trois ans, avec entre temps dérogations et tolérance car, pour étudier les oiseaux, il faut bien les tuer.

 

Il s’agit-là d’une monstrueuse violation du droit et l’alignement de certains politiciens sur des pratiques irresponsables dont leur  pusillanimité entretient la persistance.

Cette violation du droit doit être sanctionnée par une action de l’Europe contre la France  qui ne sera pas la première du genre du fait dela calamiteuse chasse à la française.

 

De fausses « études » sur la biologie des oiseaux, conduites par les tueurs eux-mêmes, ne sont que des impostures grossières qui ne tromperont personne.

Il est indécent que des  politiciens flattent l’arriération de chasseurs qui perpétuent cette infame barbarie consistant à tuer des pinsons, des ortolans, des chardonnerets et autres merveilles ailées dont nous gratifie encore une nature qui se meurt.

Ces hommes politiques parce qu’éduqués, informés n’ont pas l’excuse d’une arriération autre que celle de la conscience.

La plus élémentaire dignité, la plus humble sensibilité, un peu d’élévation conduisent à aspirer à cet amour du vivant, source d’une nausée devant le fait d’anéantir les petits oiseaux chanteurs.

Honte à ces politiciens qui déshonorent ce pays !

La CONVENTION VIE ET NATURE ne les laissera pas insulter ainsi les aspirations de l’immense majorité de nos contemporains.

Gérard CHAROLLOIS

CONVENTION VIE ET NATURE

Contact/ TEL 06 76 99 84 65

CP : Encore deux personnes victimes de la chasse : les chasseurs sont reçus à Matignon. Pigeons de l’affaire, les protecteurs, eux, restent à la porte.



Communiqué de presse

Le 22 novembre 2012

Encore deux personnes victimes de la chasse :

les chasseurs sont reçus à Matignon.

Pigeons de l’affaire, les protecteurs, eux, restent à la porte.

Un nouvel accident de chasse impliquant des non-chasseurs s’est produit cette semaine. À Bertric-Burée (Dordogne), deux ramasseurs de champignons ont été gravement blessés par un chasseur de 82 ans qui les avait pris pour une faisane…
Trois mois seulement après l’ouverture de la chasse, cet accident porte à 12* le nombre d’usagers de la nature non-chasseurs victimes de ce loisir très dangereux, qui ne fait plus l’objet de la moindre réglementation en matière de sécurité. Complice par son apathie, le gouvernement refuse d’entendre les protecteurs.

Forte d’une pétition de plus de 300 000 signatures en faveur d’une trêve de la chasse le dimanche, l’ASPAS demande au gouvernement que des mesures de sécurité soient enfin prises, comme c’est le cas dans l’ensemble des pays européens. Tous, sauf la France…

En 1982, la circulaire Deferre avait supprimé le périmètre de sécurité autour des habitations.

La loi chasse 2000, qui avait instauré le mercredi sans chasse, prévoyait un décret fixant les règles de sécurité. Mais celui-ci n’a jamais été adopté.

En 2003, le mercredi sans chasse a… disparu. La France devient le seul pays d’Europe où la chasse se pratique tous les jours de la semaine.

En 2008, la loi chasse dite « Poniatowski » supprime purement et simplement le paragraphe de la loi qui prévoyait l’adoption d’un décret sur les règles de sécurité.

Depuis, le loisir chasse a fait des dizaines de morts et de blessés. Cela l’indifférence totale des pouvoirs publics, mais avec la complicité de nos gouvernants, de gauche comme de droite, bien plus attentifs à ne pas heurter la susceptibilité des chasseurs, qu’à la légitime sécurité des usagers de la nature.

Mme Batho et M. Ayrault ont reçu tour à tour les représentants des chasseurs la semaine dernière. En revanche, toutes nos demandes pour rencontrer Madame la Ministre afin de parler de ce grave dossier sont restées lettre morte. 

Aussi, à travers un courrier envoyé aujourd’hui à l’Élysée, l’ASPAS en appelle au Président de la République pour qu’enfin, ramasseurs de champignons ou porteurs de jumelles, vététistes ou randonneurs, nous puissions profiter de la nature sans avoir à craindre d’être pris pour un faisan ou un sanglier. Mais pas non plus, pour un pigeon… 

Lettre adressée à François Hollande et dossier de presse pour l’arrêt de la chasse le dimanche disponibles pour les journalistes en faisant la demande (info@aspas-nature.org).

* 11 blessés et un mort (un enfant de 9 ans)

 

CP : Encore deux personnes victimes de la chasse : les chasseurs sont reçus à Matignon. Pigeons de l’affaire, les protecteurs, eux, restent à la porte. – Google Drive.

La Cour des comptes dénonce le hold-up d’un établissement public, l’ONCFS, par les chasseurs

Communiqué de presse, 
Le 5 novembre 2012
La Cour des comptes dénonce le hold-up d’un 
établissement public, l’ONCFS, par les chasseurs 
L’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) est un établissement de moins en moins public. Le lobby de la chasse en a détourné la mission tout en encaissant des subventions de l’État multipliées par 118 en huit ans ! Pour stopper cette amputation du maigre budget du ministère de l’Écologie, normalement destiné à la protection de la nature, l’ASPAS demande que l’ONCFS soit rattaché à la future « Agence de la biodiversité ».
Dans son rapport du 27 juillet dernier jusque-là resté confidentiel, mais récemment mis discrètement sur son site, la Cour des comptes épingle une nouvelle fois l’ONCFS (1) tant sur sa gestion financière que sur la partialité de sa gouvernance. Elle en pointe les « dérives » et les « pratiques contestables ». La main mise du lobby chasse sur la gestion de notre patrimoine naturel entraîne de réels problèmes pour la faune sauvage.
En 2005, la ministre de l’Écologie, Roselyne Bachelot, avait adressé une lettre de mission au directeur général de l’ONCFS lui intimant de « faire de l’ONCFS la maison des chasseurs ». Mission qui a été respectée au delà de tous les espoirs de la ministre… Cet établissement, comme ses missions, dépendent désormais du bon vouloir des fédérations des chasseurs, largement majoritaires dans son conseil d’administration. La Cour des comptes confirme : « la loi du 23 février 2005 a redonné aux représentants des chasseurs une majorité d’influence qu’ils ne manquent pas de revendiquer ni d’exercer ». Ce qui n’est pas sans poser de problèmes sur les missions et les études menées par l’ONCFS : « l’insuffisante diversification des partenariats de l’établissement dans ses activités d’observation, d’études et de recherche nuisent à l’indépendance et à la reconnaissance de certains travaux de l’ONCFS concernant les espèces chassables, dés lors que les intérêts des milieux cynégétiques sont en jeu » ! En clair : les données scientifiques qui dérangent les chasseurs, notamment sur les périodes d’ouverture de la chasse, l’état de conservation de telle ou telle espèce chassable ou la biologie des prétendus « nuisibles », ne sont pas publiées.
Sur le volet financier, la Cour des comptes relève que « la subvention pour charges de service public, inexistant en 2003, s’est considérablement accrue, passant de 0,33M€ en 2004 à 39,2M€ au budget primitif 2012, soit une multiplication par 118 en huit années […] Or cette augmentation n’est pas justifiée par une évolution des activités de l’ONCFS dans des proportions similaires ». Et de rappeler une nouvelle fois que la redevance cynégétique n’est pas l’argent « des chasseurs » comme ces derniers aiment à le faire croire : « les redevances cynégétiques ne relèvent pas des redevances pour services rendus, mais de celles des impositions de l’État, et elles sont donc destinées à financer toutes les activités de l’établissement ». Entendez : elles ne sont pas destinées à financer les intérêts particuliers du monde de la chasse, mais des missions d’intérêt public, notamment de protection de l’ensemble de la faune sauvage.
Avec un Conseil d’Administration très largement dominé par le lobby de la chasse, les dérives sont devenues coutumières. Pierre Athanaze, le président de l’ASPAS, en sait quelque chose. Il en a été administrateur et n’a cessé de dénoncer les dysfonctionnements de l’établissement au profit  des chasseurs. Mais en 2008, à leur demande, il en a été débarqué par Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Écologie, et remplacé par… un chasseur !
En ces temps de crises, le scandale est à la fois économique et écologique, car c’est notre patrimoine naturel qui en est victime, et avec l’argent des contribuables.
L’ASPAS demande qu’une enquête soit menée sur toutes les dérives financières du monde de la chasse et que les missions de l’ONCFS soient rattachées à la future « Agence de la Biodiversité » annoncée par le Président de la République lors de la Conférence environnementale.
(1) Un précédent rapport (1er décembre 1999) avait mis en avant les dérives financières du monde de la chasse, de l’ONC aux fédérations de chasse.
Contact presse:Pierre Athanaze, Président de l’ASPAS : tél. 06 08 18 54 55
Association pour la Protection des Animaux Sauvages

Communiqué: La chasse: une activité liberticide.

www.ecologie-radicale.org
Communiqué: La chasse: une activité liberticide.
 
La CONVENTION VIE ET NATURE appelle tous les protecteurs des animaux, de la nature et tous les défenseurs des droits et de la liberté, tous les démocrates à soutenir les militants pacifiques du mouvement DROIT DES ANIMAUX, abusivement poursuivis pour des faits de violence qu’ils n’ont jamais commis, dans le cadre d’une manifestation contre la chasse à courre.
 
Ces militants, porteurs d’une éthique de non-violence et du respect de la vie, ont été mis en examen par une juge d’instruction de VERSAILLES, Madame Delphine de BOISHERBERT pour violence et entrave à la liberté d’association.
Or, toutes les manifestations organisées en France par le mouvement DROITS DES ANIMAUX se déroulèrent devant la presse, publiquement  et même en présence des forces de gendarmerie.
En fait, la chasse française n’a jamais supporté la moindre contestation.
Elle règne sur ce pays par la propagande, les pressions sur les pouvoirs publics, des lois liberticides comme le fut la loi VERDEILLE qui privait de leur liberté d’association les propriétaires fonciers hostiles à la chasse.
 
Il est temps que se lève la juste colère des citoyens libres contre les abus  de la chasse à la française.
La majorité des Français souhaite l’abolition de la chasse à courre, cette honte qu’ont abolie tant d’autres pays en Europe .
Va-t-on tolérer plus longtemps que des nostalgiques de l’Ancien Régime jouent aux féodaux du Moyen-âge en poursuivant pendant des heures un animal qu’ils épuisent, soumettent aux morsures des chiens et finissent par poignarder ou noyer dans un étang?
Une telle pratique par sa cruauté, son absurdité, son mauvais goût de snobisme répugnant déshonore ce pays.
Loin d’imposer silence aux opposants, la manœuvre d’intimidation  doit constituer le sursaut des consciences et des courages.
 
Que s’unissent toutes les associations, tous les mouvements d’idées que révulsent la cruauté et les atteintes aux libertés publiques pour que ce pays s’élève au-dessus de cette barbarie sanguinaire.
 
Les militants de DROITS DES ANIMAUX devront être lavés du soupçon de violence et voie de fait dont ils sont innocents.
En revanche, condamnons la chasse à courre à disparaître.

CVN: communiqué: Chasse collective et chasse privée.

www.ecologie-radicale.org
 
 
Communiqué: chasse collective et chasse privée.
 
La cour européenne des droits de l’homme vient de rejeter la requête d’un chasseur du département des DEUX SÈVRES qui refusait l’intégration de son fonds, d’une dizaine d’hectares, dans le territoire de chasse d’une association communale de chasse agréée (ACCA).
Par arrêt du 29 avril 1999, la même cour avait condamné la loi dite VERDEILLE, portant création des ACCA, en ce qu’elle privait les petits propriétaires fonciers de leur liberté de vivre chez eux sans le loisir de mort.
La différence tient à l’objection de conscience.
Une personne qui respecte le vivant et la nature doit, selon la cour, pouvoir interdire la chasse sur ses terres, alors qu’un amateur de tueries doit faire apport de son fonds au domaine de chasse de l’association communale dont il reçoit, en contre partie, la qualité de membre et la possibilité de chasser chez tous les autres apportants.
Il ne s’agit nullement d’un revirement de jurisprudence, puisque par arrêt du 29 juin 2012, la cour condamne une loi Allemande qui contraint les protecteurs des animaux et de la nature à ouvrir leurs fonds à la chasse (arrêt GÜNTER HERMANN).
 
En conséquence, les droits des non chasseurs ne sont en rien menacés par le nouvel arrêt (CHABAUTY contre France), mais il est permis de regretter cette décision  en opportunité.
La chasse à la Française est une nuisance.
Il est d’intérêt public de réduire la féodalité cynégétique qui aseptise et artificialise la faune.
Tout ce qui peut favoriser la « discorde chez l’ennemi » est un gage de progrès.
En cela, regrettons cet arrêt qui voit triompher la chasse collective contre la chasse privée.
L’essentiel est que toutes deux disparaissent, pour l’animal qui souffre, pour la nature qui se meurt, pour l’homme qui s’avilit à tuer.

%d blogueurs aiment cette page :