Vidéos d’associations antispécistesDxE recrute des stagiaires dans les élevages pour filmer à l’insu des éleveurs

Source : Web-agri

Service Civique : Mission : Education et protection animale

Participer avec le directeur aux missions éducatives dans les écoles et dans les collèges dela communauté d’agglomération de Brive la Gaillarde Contribuer à la réalisation d’articlespour le site internet et et les réseaux sociaux, participer aux manifestations dans le butd’informer les publics sur la protection animale. Sensibiliser les populations locales auxenjeux de la stérilisation des chats et de la protection animale en général. Accompagner lesmaires dans la réalisation de campagnes de stérilisation des chats errants en les aidant dansleur démarche. Participer à toutes les tâches du refuge, accueil, adoption des animaux,entretien et soins aux animaux dans le cadre d’une découverte des métiers en relation avecles animaux. Accompagner les soigneurs pour la mise en application de l’aspect sanitaire,protocole d’hygiène et de nourrissage apportés aux animaux. Aider les employés poursoigner les animaux, repérer les malades, ceux qui ont besoin de visite vétérinaireApprendre à connaître les chiens et les chats dans le but de conseiller les futurs adoptantsou détenteurs d’animaux. Sociabiliser les chats. Accueillir, renseigner, gérer et informer tousles publics, adoptants, visiteurs, bénévoles, mairies et administrations diverse

Source : Service Civique : Mission : Education et protection animale

Service Civique : Mission : Participer aux actions de protection et de Bien-Etre des animaux

Veiller au bien-être des animaux du refuge, à leurs besoins et à leur santé, en collaboration avec les salariés et bénévoles ;Aider à maintenir le refuge propre, en collaboration avec les salariés, bénévoles et stagiaires ;Participer au nourrissage des animaux avec les salariés ou bénévoles ;Apprendre à connaître les animaux afin de guider et conseiller le public ;Accompagner les chiens dans les parcs de promenade ;Proposer toutes actions permettant d’améliorer le confort des animaux ;Participer aux actions de communication et animations.

Source : Service Civique : Mission : Participer aux actions de protection et de Bien-Etre des animaux

Service Civique : Mission : Participer à la protection des animaux au sein de l’association

Participer à l’entretien, au nourrissage et au suivi des animaux accueillis au Centre de Sauvegarde et au Refuge de l’Arche. Recueillir des animaux en perdition, apportés le plus souvent par des particuliers (découvreurs). Échanger avec ces derniers et les sensibiliser aux premiers gestes de secours pour le bien-être de la faune sauvage. Il y a une forte demande d’échange avec les découvreurs. Assurer un lien entre le vétérinaire et les soigneurs en charge des secteurs. Assurer un lien entre le public et les soigneurs sur les secteurs.Rencontrer les acteurs locaux de la protection de la nature, participer à la promotion du CEPAN au niveau de la région.L’activité étant quotidienne, le volontaire sera donc amené à suivre et participer à l’activité du CEPAN la semaine et les weekends.

Source : Service Civique : Mission : Participer à la protection des animaux au sein de l’association

Appel à candidatures pour constituer un nouveau conseil scientifique sur la chasse | Ministère de la Transition écologique et solidaire

François de Rugy et Sébastien Lecornu lancent un appel à candidatures pour constituer un conseil scientifique sur la chasse. Il sera une des composantes essentielles pour mettre en place la gestion adaptative des espèces chassables.

Source : Appel à candidatures pour constituer un nouveau conseil scientifique sur la chasse | Ministère de la Transition écologique et solidaire

Mission : Réhabilitation des animaux sauvages blessés ou en difficulté-développement d’un projet de centre de sauvegarde de la faune sauvage. – Service Civique

Le volontaire aura pour missions de participer :- Au développement du projet de centre de sauvegarde,- A l’accueil du public et aux conseils à tenir face à un animal sauvage en difficulté,- A l’organisation des récupérations des animaux et pour une partie d’entre eux à un transfert vers d’autres centres de soins,- Aux soins et au nourrissage des animaux sauvages blessés ainsi que des juvéniles.

Source : Mission : Réhabilitation des animaux sauvages blessés ou en difficulté-développement d’un projet de centre de sauvegarde de la faune sauvage. – Service Civique

Chargé-e de mission gestionnaire pour l’ONCFS H/F

Source : Emploi-Environnement

Mission : Aider aux soins des animaux et à l’entretien du refuge. Sensibiliser le grand public à la protection animale et au respect de l’environnement – Service Civique

Aider aux soins des 80 animaux de ferme et chevaux : 45 cochons, 11 chevaux, vaches, chèvres, volailles, moutons, chiens et chats.Aider à l’entretien et à l’aménagement des lieux de vie des animaux et de l’association, ainsi que des 12 hectares de pâtures dans le respect de l’environnement. Sensibiliser les différents publics à la protection des animaux.Le refuge se situant en pleine campagne sans transport en commun, le permis de conduire et une voiture personnelle sont indispensables.Nous cherchons des volontaires très motivés par la protection animale faisant preuve de dynamisme et débrouillardise. L’esprit d’équipe et le respect des consignes sont très importants. Pour les candidats qui n’ont jamais aidé un refuge animalier, sachez que la nature des tâches demande une très bonne condition physique car les volontaires sont amenés à marcher toute la journée, à porter des charges lourdes (sacs d’aliment de 25kg – seau d’eau de 25/30 litres, bottes de foin de paille). Une grande partie de la journée est consacrée au nettoyage des enclos, curer les boxes, vider les brouettes de fumier qui sont lourdes, bricoler les niches et clôtures, débroussailler et entretenir les 12 hectares de pâtures. et tout ça sous la pluie ou sous le soleil; On préfère prévenir à l’avance ! S’il est très enrichissant de faire son service civique chez nous, c’est également très fatigant 😉 !

Source : Mission : Aider aux soins des animaux et à l’entretien du refuge. Sensibiliser le grand public à la protection animale et au respect de l’environnement – Service Civique

ONCFS 21/07/2016 Avis n° 16-288 AVIS DE VACANCE D’EMPLOI – à pourvoir au 1 er Septembre 2016 A pourvoir par voie de contrat à durée déterminée ( 7 mois)

Source : DP-CM-CDD – download.ashx

Offre d’emploi | Éthique et animaux

Source : Offre d’emploi | Éthique et animaux

Avis de vacance de l’emploi de directeur du Parc national du Mercantour | Legifrance

Avis de vacance de l’emploi de directeur du Parc national du Mercantour | Legifrance.

Recherche d’inspecteurs : Société protectrice des animaux de Savoie |

Société protectrice des animaux de Savoie

reconnue d’utilité publique le 7 mars 1977

Recherche d’inspecteurs :

Vous aimez les animaux ? vous avez un peu de temps libre ?

Vous souhaitez vous engager dans la protection animale ?

Alors venez rejoindre notre équipe d’inspecteurs bénévoles à la SPA de Chambéry.

Si vous êtes motivés par cette mission, envoyez nous une lettre de motivation pour votre engagement ainsi que deux photos d’identité et un extrait de casier judicaire.

Toute demande sera validée par le conseil d’administration.

Une formation au sein du refuge vous sera dispensée pour le suivi de nos animaux sur votre secteur et la législation à respecter lors d’enquêtes d’animaux maltraités.

Les visites peuvent se faire sur votre secteur d’habitation et les alentours.

Les secteurs sollicités sont ; La Rochette et les Bauges ; Chambéry ; Aix-les-Bains ; Bourg St Maurice ; Belley

Nous restons à votre disposition pour tous renseignements complémentaires. Nous pouvons aussi vous rencontrer sur RDV.

Fourrière et refuge S.P.A.

744, rue de montagny 73 000 Chambéry

sauf dimanches, jeudis, et fêtes

tél. 04 79 33 24 44

14h-17h45

contact@spa-savoie.com

spa-savoie.com

viaRecherche d’inspecteurs : Société protectrice des animaux de Savoie |.

Recherche un graphiste bénévole pour un site de protection animale ! – Divers – Graphisme – FORUM HardWare.fr

Recherche un graphiste bénévole pour un site de protection animale ! – Divers – Graphisme – FORUM HardWare.fr.

SAINT-CYR Fête des oiseaux du Lac le 2 février – Vienne

SAINT-CYR Fête des oiseaux du Lac le 2 février

Organisée par la LPO Vienne le dimanche 2 février de 8 h 30 à 17 h, la fête des oiseaux du lac de Saint-Cyr promet à nouveau une belle journée en famille. Au programme : sortie matinale, points d’observation, animation « Les oiseaux au bout des doigts », visites guidées au cœur de la réserve ornithologique expos, diaporama… Gratuite et ouverte à tous.

Programme complet : http://vienne.lpo.fr

NOUVEAU Vienne Nature : les sorties 2014

18 associations vous proposent 235 sorties nature et environnement dans la Vienne en 2014. Vous pouvez découvrir le calendrier complet sur le site Internet de Vienne Nature (1). Un guide incontournable pour les amateurs.

(1) http://www.vienne-nature.asso.fr

viaSAINT-CYR Fête des oiseaux du Lac le 2 février – 14/01/2014 – La Nouvelle République Vienne.

Arrêté du 8 mars 2013 autorisant au titre de l’année 2013 l’ouverture d’un concours professionnel pour l’accès au grade de technicien supérieur de l’environnement | Legifrance

Arrêté du 8 mars 2013 autorisant au titre de l’année 2013 l’ouverture d’un concours professionnel pour l’accès au grade de technicien supérieur de l’environnement | Legifrance.

Dimanche, inventaire des oiseaux d’eau hivernants – Loir-et-Cher

Dimanche, Sologne nature environnement organise un comptage annuel des oiseaux d’eau hivernants des étangs de Sologne. Des données qui seront ensuite transmises au bureau du Wetlands International, ces dénombrements permettent de mettre en évidence l’importance de la Sologne pour l’hivernage de certaines espèces. Et de rappeler que ces comptages permettent d’estimer les tailles des populations qui hivernent chaque année en Sologne et d’évaluer leurs tendances d’évolution : vulnérabilité, augmentation ou baisse des effectifs, rareté, état de santé…

Aujourd’hui, plus de 150 espèces d’oiseaux sont concernées par ce dénombrement, comprenant les anatidés (canards), les ardéidés (hérons, aigrettes), laridés (mouettes), grèbes, limicoles, cormorans. « Nous avons besoin de votre aide pour couvrir l’ensemble des étangs choisis, et pas seulement des habitués qui connaissent très bien les oiseaux, mais aussi des personnes qui prennent des notes. Nous contacter rapidement si vous souhaitez participer à cette journée dans une ambiance fraîche, mais conviviale », explique l’association.

Contact : Eva Sempé
eva.sempe@sologne-nature.org

viaDimanche, inventaire des oiseaux d’eau hivernants – La Nouvelle République Loir-et-Cher.

Chantier nature à Pruniers-en-Sologne

Samedi 8 décembre de 13 h 30 à 16 h 30, l’association Sologne Nature Environnement propose un chantier nature sur la commune de Pruniers-en-Sologne, sur le terrain communal du Chêne. Parmi les causes de régression de la biodiversité, la disparition des milieux et leurs dégradations sont citées en premier lieu. Par ce chantier, l’opportunité est donnée de participer à la préservation des milieux naturels. Et l’association d’inviter les amoureux de la nature à la rejoindre avec bottes et ciré pour préserver l’habitat des tritons, grenouilles et salamandre symboles de ce patrimoine naturel.

Inscription souhaitée auprès de Sologne Nature Environnement au 02.54.76.27.18 ou par courriel : info@sologne-nature.org. Gratuit pour les adhérents et les moins de 14 ans. Rendez-vous est donné au camping de Pruniers-en-Sologne.

Nouvelle République –.

Un dragon se cache peut-être dans votre mare – Indre

Tous les propriétaires de mare(s) habitant dans le département peuvent contacter le CPIE, tél. 02.54.39.28.95 ; courriel : adrien-metivier
@cpiebrenne.org
L’inventaire est gratuit, il se déroulera fin mars, puis fin mai, les amphibiens hibernant pour le moment.

En savoir plus : http://www.cpiebrenne.org

Adrien Métivier débarquera chez vous au printemps, épuisettes en main, pour découvrir les animaux qui peuplent vos mares. Adrien Métivier débarquera chez vous au printemps, épuisettes en main, pour découvrir les animaux qui peuplent vos mares.

Le CPIE Brenne Pays d’Azay propose aux propriétaires de mare de recenser la population des amphibiens qui y ont élu domicile.

Découvrir un dragon dans votre mare, c’est quand même plus amusant que de chercher la petite bête dans une flaque d’eau.
Partant de cette idée, le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) Brenne Pays d’Azay lance la campagne Un dragon ! Dans mon jardin ? auprès de toutes les communes du département de l’Indre. Le principe a été initié par le CPIE du Cotentin, il avait très bien fonctionné.
Tous les habitants auront la possibilité d’inventorier les animaux des mares de leur jardin, comme le dragon : un triton crêté, plus exactement… Pour cela, Adrien Métivier, spécialiste des amphibiens, et animateur environnement au CPIE, se déplacera chez les personnes volontaires pour identifier avec elles les espèces qu’elles hébergent : crapauds, grenouilles, tritons, salamandres.

Des mares à bichonner

« Les propriétaires de mare, généralement, n’ont aucune idée de ce qu’il y a dedans ; le but c’est de les sensibiliser, ce sont des sources de biodiversité énormes, explique Adrien Métivier. Il faut que les propriétaires prennent conscience de l’importance de ces mares. Elles ne doivent pas disparaître, pour cela, on leur apprendra à les entretenir et à les aménager. »
Les enfants qui gambadent dans le jardin, les animaux domestiques qui peuvent tomber dedans, les moustiques qui s’y développent, autant de raisons qui peuvent amener les habitant à boucher leur mare.
« Mais désormais, il y a des gens sensibilisés qui se mettent à créer des mares plutôt qu’à les reboucher, rapporte l’animateur environnement. Pour les moustiques, il faut savoir que les amphibiens qui vivront dans la mare vont s’en occuper, la chaîne alimentaire équilibrera l’environnement. Et nous avons un bon exemple : au CPIE, il y a des mares mais pas plus de moustiques que ça. »
Autre possibilité pour qu’une mare se bouche : la végétation combinée au manque d’entretien.
La visite du CPIE vous permettra donc d’apprendre à vous occuper de votre mare pour qu’elle puisse jouer son rôle de zone humide. Mais aussi à aménager ses abords, pour l’hibernation des crapauds, par exemple, avec un tas de pierre à proximité, ou une haie.

Alexandre Larue

viaUn dragon se cache peut-être dans votre mare – La Nouvelle République Indre.

ASPAS – Espèces « nuisibles »


Exprimez-vous contre la destruction d’espèces dites « nuisibles »

 

 

auprès de votre Député et de votre Sénateur !


Bonjour à toutes et à tous,

 

Il y a quelques jours, nous vous avons demandé d’écrire au Ministère pour vous exprimer contre le nouvel arrêté, qui on le rappelle permettait une destruction injustifiée de nombreuses espèces autochtones (renard, fouine, martre, belette, putois, geai des chênes, pie bavarde, étourneau sansonnet, corneille noire et corbeau freux).

Face à une forte mobilisation des chasseurs auprès des parlementaires, et pour que ces derniers n’aient pas qu’un seul écho, nous vous invitons expressément à vous mobiliser en écrivant au Député et au Sénateur de votre département en recopiant, ou en vous inspirant de la lettre ci-dessous et en pièce jointe.

 

Voici les liens qui vous aideront à trouver les adresses de ces derniers :

 

L’adresse du Député de sa circonscription :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/qui/circonscriptions/index.asp#026

 

L’adresse du Sénateur de son département :

http://www.senat.fr/senateurs/sencir.html

 

L’ASPAS, fidèle à ses actions en faveur de la faune sauvage, fera tout son possible pour faire modifier cette nouvelle législation. Mais nous comptons aussi et surtout sur vous, pour réagir dés à présent !!

 

Nous comptons sincèrement sur votre mobilisation massive pour écrire au Parlement !


 

D’avance merci de votre engagement pour la nature et les animaux sauvages,

 

L’équipe de l’ASPAS.

Modèle de lettre : 


Monsieur/Madame le Député,

Monsieur/Madame le Sénateur,

 

Par un décret du 23 mars 2012 et à la demande des chasseurs, la réglementation relative aux espèces nuisibles a fait l’objet d’une importante refonte. Un projet d’arrêté concernant la destruction de nombreuses espèces autochtones a été mis en consultation publique le 9 juillet.

 

Dans ce projet d’arrêté, le classement du putois et de la belette n’est prévu sur aucun des départements, et nous vous félicitons pour cette avancée, qui prend en compte les dernières données et recommandations scientifiques, ainsi que l’abondante jurisprudence sanctionnant systématiquement le classement de ces espèces.

 

Cependant, l’état des populations de ces espèces reste inconnu et mériterait de les supprimer totalement de la liste des espèces nuisibles, d’autant que le Putois est en régression au niveau européen, tout comme ses biotopes.

 

Il aurait également été possible de se réjouir d’une seconde avancée : la restriction du classement de nos mustélidés dans un rayon de 250 mètres autour de certains bâtiments. Cependant, nous observons que la nature de ces bâtiments n’est pas précisée, et que la superficie choisie reste très importante (plus de 19 hectares autour de chaque bâtiment). Une distance beaucoup plus réduite permettrait de prévenir plus efficacement les dommages et faciliterait le contrôle de la légalité du piégeage.

Cette disposition est d’ailleurs sans effet, dès lors qu’un arrêté du 3 avril 2012 classe certaines espèces exogènes sur tout le territoire français. Martre, putois, belette, fouine, mais également espèces protégées et animaux domestiques seront nécessairement les victimes collatérales des pièges posés pour ces espèces exogènes.

 

Nous sommes également étonnés des régressions importantes qui jalonnent cette décision.

 

Le rôle des espèces dans les équilibres biologiques, ainsi que les services écologiques qu’elles procurent ne sont pas pris en compte. D’innombrables données scientifiques ont clairement établi l’utilité des prédateurs naturels dans leur environnement. Ces espèces participent également à la dissémination de la flore par propagation des graines dans leurs excréments ou par la façon de se nourrir. Le Geai des chênes qui joue son rôle dans la biodiversité en propageant les glands de chêne est un parfait exemple de zoochorie.

 

Le renard est classé dans la totalité des départements, tout comme les espèces exogènes. Ce classement généralisé ignore encore une fois le problème des prises accidentelles causées notamment par la pose du collet à arrêtoir, dont la loutre peut être victime. Ce classement ignore également le rôle de police sanitaire joué par cet animal, ainsi que les services qu’il rend aux agriculteurs en éliminant de nombreux micro-mammifères ravageurs de récoltes et de cultures. Cette espèce offre une méthode de lutte alternative naturelle et gratuite contre ces rongeurs.

 

De plus, le renard, comme le putois, est un prédateur principal du lapin de garenne. Il devrait, dans les zones où ce lagomorphe est classé « nuisible », y avoir un statut « spécial » en tant que collaborateur « à peu de frais ».

 

La belette, quant à elle, est le principal prédateur de la taupe (Talpa europaea), espèce souvent indésirable. D’un poids de 65 à 125 grammes, ses proies privilégiées sont le campagnol et le mulot sylvestre.

 

 

Nous vous rappelons également que le renard et les corvidés, classés également dans de très nombreux départements, sont des espèces territoriales. Leur destruction est donc inutile voire contre-productive, puisque les territoires laissés libres par un individu tué sont rapidement recolonisés par un nouvel individu et de nombreux individus éliminés entraînent une augmentation du taux de reproduction. Ces espèces s’auto-régulent et toute intervention extérieure appellera une réponse comportementale qu’il conviendrait de prendre en compte.

 

Par ailleurs, nous nous étonnons que des espèces prédatrices peuvent encore faire l’objet de destruction dans le seul but de limiter la prédation qu’elles exercent, qui plus est sur des espèces par ailleurs chassées. Cela revient à nier le rôle de la prédation dans les équilibres d’un milieu. Nous vous rappelons que les études menées dans ce domaine montrent que la limitation des prédateurs n’a aucun impact sur l’état des populations de leurs proies à long terme.

Les martres, fouines et pies bavardes pourront être détruites sur les territoires où des actions de restauration de populations d’espèces sauvages sont prévues par le schéma départemental de gestion cynégétique. Or ces schémas, rédigés par les chasseurs pour les chasseurs, visent les seules espèces qui présentent un intérêt à leurs yeux. Cela revient donc à privilégier des espèces gibier issues d’élevage, inadaptées à la vie sauvage (et parfois exogènes), aux espèces prédatrices autochtones. La chasse reste un loisir et ne devrait pas primer sur l’intérêt général.

 

Le classement de la martre correspond aux zones à tétras. Or, l’impact négatif de cette prédation sur l’état des populations de Tétras-lyre et Grand tétras n’est pas établi. Pour preuve, le Grand tétras n’est plus présent dans les Alpes françaises alors qu’en Suisse, où la martre est protégée, leurs populations sont préservées. De plus, ces espèces restent parallèlement et paradoxalement chassées, comme le dénoncent les associations de protection de la nature depuis de nombreuses années. La gestion de ces tétraonidés en mauvais état de conservation apparaît ainsi de plus en plus partiale et incohérente.

 

D’un point de vue purement légal nous nous interrogeons sur la rédaction de ce nouveau texte qui semble imposer la recherche de solutions alternatives à la seule destruction par tir. Or, les directives Oiseaux et Habitats, imposent cette recherche à tous les modes de destruction, et notamment au piégeage.

 

Cette réforme aurait également été l’occasion de faire évoluer cette réglementation qui brille par son archaïsme. En particulier, elle aurait été l’occasion d’interdire enfin le déterrage et l’enfumage, pratiques archaïques et barbares, cruelles et dérangeantes pour les espèces, parfois protégées, qui peuvent occuper le même terrier. Souffrances aussi inutiles qu’inacceptables, au nom d’une prétendue nécessaire régulation.

 

Enfin, cet arrêté est adopté pour trois ans. Nous soulignons l’incohérence de cette réforme étant donné que, parallèlement, le classement des espèces exogènes et des espèces causant le plus de dégâts (notamment le sanglier) est revu tous les ans.

 

Par la présente, nous sollicitons votre bienveillance et vous demandons d’agir auprès du Ministère afin de prendre en compte ces éléments, et d’adapter cette législation aux contraintes de l’agriculture moderne et aux aspirations de la population.

 

En vous remerciant, nous vous prions d’agréer, Madame/Monsieur le député/le sénateur, l’expression de nos salutations distinguées,


Vos nom/prénom/signature

Lettre-type – espèces nuisibles.doc
42 Ko   Afficher   Télécharger

Offre d’emploi Chargé(e) de mission protection de la nature H/F ASPAS

Chargé(e) de mission protection de la nature H/F(Publiée le 11/05/2012 – Référence : 55726)

Société qui recrute : ASPAS
Contrat de travail : CDD6 mois  –  Poste à pourvoir : Sous 3 mois
Expérience requise : 1 à 3 ans
Localisation : France / Rhone-Alpes / Crest (26)


Secteurs d’activité :
Milieu Naturel : Biologie des écosystèmes, Écologie
Sensibilisation : Animation, Éducation / Formation

Descriptif du poste

Au sein d’une équipe pluridisciplinaire de moins de dix personnes, et sous l’autorité de la Directrice, développer et mettre en œuvre les campagnes  de l’ASPAS au sein des adhérents et des partenaires  :
-­  suivi des réserves naturelles de vie sauvage du conservatoire ESPACE
-­  gestion de la base de données naturaliste des réserves de vie sauvage
-­  suivi et animation des campagnes
-­  montage des projets de campagne
-­  rédaction de courriers, d’articles
-­  Tenue de stands (quelquefois le week-­‐end)
-­  Animation du réseau de délégués (lettre mensuelle, conseils, suivi des campagnes…)
-­  Animation de la délégation Drôme
-­  Gestion des prêts de matériel (Expositions, Diaporama…)
-­  Polyvalence

Compétences requises

Des expériences (bénévolat, adhésions…) dans le milieu associatif

Les principaux atouts pour mener à bien cette mission sont  :
-­ de solides bases théoriques (formation en écologie ou expérience confirmée)
-­ une bonne connaissance des principales revendications de l’ASPAS
– un goût prononcé pour le travail en équipe et pour le militantisme
-­ des aptitudes importantes à mobiliser et convaincre,
-­ de bonnes capacités d’expression orale et écrite et des aptitudes de vulgarisation,
-­ des capacités d’initiative et de proposition

CDD 6 mois, renouvelable avec  perspective de CDI
Bac + 2 minimum
Permis B obligatoire

Eligibilité au contrat  CUI-­‐CAE
Déplacements possibles

Salaire : coefficient  245 grille de la convention collective animation (1428 € brut mensuel)
Merci d’adresser vos CV et lettre de motivation avant le 10 juin 2012

Descriptif de l’organisme employeur

Protection de la nature
Voir ici:

viaOffre d’emploi Chargé(e) de mission protection de la nature H/F ASPAS.

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :