Association « Sauvetage des Animaux 76 »

Association « Sauvetage des Animaux 76 ».

Gournay-en-Bray. Trop d’animaux abandonnés cet été

De plus en plus de chats sont recueillis par l’association gournaysienne
De plus en plus de chats sont recueillis par l’association gournaysienne

Lorsqu’on évoque les abandons et la maltraitance des animaux, Sophie Ducrocq, présidente de l’association “Sauvetage des Animaux 76″ de Gournay est en colère. “Cette année, c’est pire que l’année dernière, je recueille de plus en plus de chats“, dénonce-t-elle. “Tous les jours, on m’appelle pour me dire qu’on a trouvé des chats abandonnés ou maltraités, et ça commence avec les chiens. Certains meurent même d’empoisonnement. On a même vu de la mort-aux-rats sur les pelouses de la résidence !” Pour elle, le problème ne vient pas que des chats errants. “Plus de la moitié des chats qui traînent appartiennent à des particuliers, la plupart ne sont pas opérés et quand les femelles ont des chatons on les met dehors. Les gens ne se sentent pas concernés !” C’est la raison pour laquelle une des conditions mise par l’association à l’adoption est la castration de l’animal lorsqu’il atteindra l’âge requis. Il n’est pas rare que Sophie propose même aux propriétaires de chats de bénéficier du tarif associatif pour limiter le coût de cette intervention qui, si elle était plus souvent pratiquée limiterait, selon elle, le nombre d’animaux abandonnés.

Vingt chats dans son appartement

Débordée, cette amie des félins a aujourd’hui du mal à répondre à toutes les demandes de prise en charge qu’on lui soumet. Avec vingt chats dans son appartement dont dix chatons trouvés parfois à l’âge d’un jour, Sophie affiche complet. Une situation pas toujours bien comprise par ceux qui font appel à l’association. “Les gens ne comprennent pas toujours qu’on est bénévole, c’est comme si on n’avait pas le droit de refuser un animal. Certains nous disent même que l’on ne sert à rien ! Les habitants de Gournay devraient arrêter de se plaindre et nous aider !“. Pour ce qui est des félins recueillis, Sophie doit impérativement faire des choix. “Je ne peux agir qu’en cas de grosses nécessités, en fonction de l’état de santé et de la situation du chat. Mais il faut comprendre que nous vivons grâce aux dons et que nous n’en avons quasiment pas“.

Un lourd budget pour l’association

Avec un budget annuel de frais vétérinaires qui s’élève à 10 000 euros, Sophie avoue avoir bien du mal à financer l’entretien de ses petits protégés. Vermifugés, déparasités et pucés comme l’exige la loi, ses félins sont en effet proposés à l’adoption avec un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire. Un montant de 50 euros est demandé pour l’adoption d’un chaton contre 100 à 150 euros pour un adulte castré. Bien sûr tous les autres dons financiers sont les bienvenus, au même titre que ceux en nature sous forme de sacs de litière, ou encore d’arbres à chats ou bacs à litière. Si une lumière apparaît au bout du tunnel avec la reprise des adoptions, Sophie ne relâche pas sa vigilance en matière de communication, notamment au travers de sa page facebook sur laquelle elle propose, pour 4 euros, un porte-clés personnalisable à l’effigie de son animal. Elle participera d’ailleurs pour la première fois au forum des associations qui se déroulera sur Gournay le 6 septembre prochain.
Pour contacter l’association :
Association “Sauvetage des animaux 76″
02 35 90 26 95
www.animaux76.blogspot.fr

Gournay-en-Bray, 76

viaGournay-en-Bray. Trop d’animaux abandonnés cet été « Article « La Dépêche – L’Éclaireur du Pays de Bray.

Hélène et les animaux, la nouvelle émission des samedis de France 5

Hélène et les animaux, la nouvelle émission des samedis de France 5
©F5

Connue du public de France 3 pour sa chronique dans Midi en France, Hélène Gateau rejoint France 5 pour la rentrée de septembre prochain. En plus de parcourir la France au côté de Laurent Boyer, la vétérinaire présentera Hélène et les animaux, une collection documentaire en quinze épisodes.

Ce nouveau rendez-vous s’installera chaque samedi, sur la case de 15h10, à partir du 6 septembre. Produit par R&G, la série suivra le périple de la jeune femme, partie à la rencontre de personnes qui vivent quotidiennement avec les animaux. France 5 précise : « Grâce à son regard d’experte, la vétérinaire décrypte le comportement animal, les particularités de chaque espèce et invite ses interlocuteurs à lui transmettre leur expérience ». Au-delà des confidences et des rencontres, Hélène et les animaux utilisera les dernières technologies pour faire vivre ses expériences. Canon 5D et drone seront parmi les outils de réalisation.

Pour le premier numéro, Hélène Gateau s’intéressera à « La Transmission de la passion des animaux aux enfants ». Parmi les sujets d’ores et déjà annoncés pour les semaines suivantes, la chaîne publique a confirmé notamment « J’ai tout quitté pour vivre avec les animaux », « Les animaux corses et leurs gardiens », « Ma vie auprès d’un animal sauvage inattendu » ou encore « Mon collègue de travail est un animal » et « Les animaux de spectacle ».

À l’occasion de l’arrivée de ce nouveau programme, Hélène Gateau a déjà expliqué les raisons qui l’ont poussée à écrire cette collection : « Grâce aux rencontres (dans l’émission Midi en France, ndlr), j’ai pris encore plus conscience de la diversité des races qui existent en France et de la richesse des gens qui dédient leur vie quotidienne aux animaux. Frustrée de ne pas avoir pu leur consacrer plus de temps, j’ai donc écrit un concept d’émission qui les met en avant, eux et la relation qu’ils entretiennent avec leurs compagnons ».

viaHélène et les animaux, la nouvelle émission des samedis de France 5.

Un tortionnaire de chats arrêté – Indre-et-Loire

 

L’homme accusé encourt deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Indre-et-Loire

Suite à l’adoption de deux de ses protégés par un jeune couple, l’association Félin pour l’autre, de Joué-lès-Tours, a pu faire le jour sur une sombre affaire de maltraitance… Adoptés le 7 mars dernier, Donald (20 mois) et Irma (9 mois) sont en pleine forme, mais rapidement, l’adoptante des deux chats, contacte l’association car Donald semble malade. Une bénévole dépêchée sur place remarque alors que la petite Irma est dans le même état. Après plusieurs visites vétérinaires, des radios sont exigées par la présidente de l’association, qui suspecte une maltraitance là où les vétérinaires pensent à un virus.

Les radios d’Irma sont effectuées le 31 mars et montrent des fractures de côtes, une fracture de la colonne vertébrale, une fracture de la queue, une fracture du pubis et un décollement de la peau du dos. L’association fait tout pour récupérer Donald ce même jour, mais l’adoptante le retrouve sans vie en rentrant du travail.
L’autopsie de ce dernier montre des fractures de côtes, une double fracture de la queue, un décollement de la peau du dos et une double hémorragie rénale conséquente à un coup violent porté sur l’arrière-train du pauvre animal.

Des associations en partie civile

Une enquête de police démontre que le compagnon de la jeune femme (sans emploi) maltraitait les chats dès qu’elle s’absentait pour aller travailler. Poussant son jeu de manipulation et de perversité jusqu’au bout, il a tenté de faire croire à sa compagne que quelqu’un s’introduisait chez eux pour s’en prendre aux chats, sans aucune trace d’effraction ni aucun objet déplacé ou manquant…
Le tortionnaire, âgé de 25 ans, incarcéré depuis pour d’autres faits, sera jugé au tribunal correctionnel de Tours le 9 septembre, à 9 h, lors d’une audience publique, pour sévices graves et actes de cruauté envers animal domestique. Il encourt deux ans de prison et 30.000 euros d’amende. L’association Félin pour l’autre y sera représentée par Me William Word, avocat au barreau de Paris. Elle appelle tous les amoureux des animaux à la solidarité en se rendant au tribunal le jour du jugement pour y apporter leur soutien.
L’association Félin pour l’autre, La Fondation Brigitte Bardot, la Fondation 30 Millions d’amis, l’association One Voice, l’association Stéphane Lamart et une quinzaine de petites associations de France se sont portées partie civile dans l’affaire.

Une page facebook de soutien a été créée et compte un peu plus de 1.800 sympathisants : https ://www.facebook.com/ Donaldetirma. Une pétition en ligne rassemble déjà plus de 77.000 signataires : http://www.change.org/sanctionspour tortures

viaUn tortionnaire de chats arrêté – 19/08/2014 – La Nouvelle République Indre-et-Loire.

Halte au massacre des chats à Brie – Deux-Sèvres

 

Vanille a été retrouvée sans vie par notre lectrice, « tuée par un coup porté à la tête ». Une découverte qui suscite la colère de cette amoureuse des animaux.

 

Près de Thouars, cette lectrice voit ses chats disparaître les uns après les autres. Entre colère et incompréhension, elle espère mettre fin au “ carnage ”.

 

 

A Brie, impossible de garder une chatte ou un chat. Le massacre continue. C’est sous « la colère » que cette lectrice a griffonné ces quelques mots avant de les adresser à la NR. « Je suis dégoûtée », poursuit-elle, avant de raconter sa découverte macabre. Celle de sa chatte Vanille, 9 ans, retrouvée inerte et la tête en sang sous une grange voisine, « une pioche sous elle ». « Je l’ai mise dans un sac et l’ai enterré dans le verger de mon père. Avec les trois autres. »

«  Empoisonnés les uns après les autres  »

La Thouarsaise croyait en effet en avoir terminé avec « ce carnage ». Il y a plusieurs années, elle raconte avoir déjà perdu plusieurs de ses félins, « empoisonnés, les uns après les autres. Certains n’ont même jamais pu être retrouvés ». « A l’époque, j’avais déposé plainte, mais il n’y avait eu aucune suite. » Pourtant, depuis 2007, plus rien. Les compagnons de Mme L. avaient pu évoluer tranquilles dans la grande propriété.
Mais « le massacre » a recommencé en juillet dernier. Notre lectrice, qui s’était installée à la campagne pour concrétiser ses envies de nature et de tranquillité, comprend d’autant moins ces actes de violence qu’elle estime faire preuve de « responsabilité » dans son amour des chats. « Je n’en ai jamais eu plus de quatre en même temps, ce n’est quand même pas une colonie ! Ils sont stérilisés, on s’en occupe. Et ils restent toujours proches de chez moi. Ils sont tellement affectueux, intelligentsComment peut-on leur faire subir de tels actes ? » s’interroge notre lectrice indignée, qui envisage de créer sa propre association de défense animale. « Protéger ces petites bêtes, c’est mon souhait le plus cher. »

«  La crainte de voir disparaître les deux qui restent  »

En attendant, la Thouarsaise « toute retournée » craint de « voir disparaître les deux chats qui [lui] restent ». Son troisième, Titi, 5 ans, « qui ne s’éloigne jamais en dehors du jardin ou de la cour », n’a plus donné signe de vie depuis quinze jours.

 

N.P.

viaHalte au massacre des chats à Brie – 16/08/2014 – La Nouvelle République Deux-Sèvres.

Hermès, borgne après un tir de carabine

Fin juillet, ce chat a reçu un plomb dans l’œil alors qu’il se promenait dans son quartier à Saint-Sébastien-sur-Loire.

 

Une affaire rocambolesque secoue actuellement le paisible quartier de Portechaise à Saint-Sébastien-sur-Loire, près de Nantes. Qui a tiré sur Hermès, un chat de race européenne d’une dizaine d’années, dont les propriétaires, encore choqués, ont souhaité rester anonymes ?

L’événement s’est produit le matin du jeudi 31 juillet. « Nous avions remarqué une blessure au niveau de son œil. On a d’abord soupçonné une bagarre avec un autre félin. Mais le lendemain, son cas s’est aggravé et nous avons décidé de l’emmener chez le vétérinaire », confie le maître de l’animal.

De son côté, le médecin assure qu’il s’agit « d’un cas rare. Je suis dans le métier depuis plusieurs années et je n’ai été confronté que quatre fois à ce genre d’incident. Le plomb a traversé l’œil du chat pour se loger dans sa tête ».

viaAnimaux. Hermès, borgne après un tir de carabine.

Qui a tiré au plomb sur le petit chat Aragorn à Cagnes?

 

Qui a tiré au plomb  sur le petit chat Aragor - 26389135.jpg
Les propriétaires d’Aragorn ont porté plainte.DR

 

 

 

Ce chaton de trois mois et demi vivait au chemin de la Maure. D’humeur vagabonde, le petit animal a été ramené un jour en sale état…Son propriétaire revient sur cette triste affaire

Un pelage noir et des yeux bleu vert. Un prénom énigmatique – Aragorn – référence au Seigneur des anneaux. Une petite boule de poils qui faisait le bonheur de ses propriétaires.

Mais pas forcément la joie de tous, si l’on en croit le tragique destin de l’animal.

Arrivé depuis peu au chemin de la Maure avec sa sœur Arwen, le matou n’est pas farouche. Curieux de nature, il a très vite pris l’habitude de partir à l’aventure autour de son « home ».

Expédition meurtrière

Comme souvent donc, Aragorn se fait la malle ce matin-là. « Mes filles ont commencé à le chercher bien plus tard », raconte le propriétaire. Avant d’ajouter : « On avait l’habitude qu’il aille dans le jardin des voisins… » Les appels de la famille restent sans réponse.

Le chat a disparu. Ses propriétaires s’inquiètent.

Finalement, la voisine rapportera le petit animal… « Elle nous l’a donné, puis est repartie sans dire un mot. »

Si le chat est de retour à la maison, il n’est pas vaillant.

Son maître décide de l’amener à la clinique vétérinaire de Saint-Laurent-du-Var.

« Le vétérinaire lui a fait une échographie, a constaté un trou dans la fourrure mais rien d’anormal. Il disait que c’était une égratignure… On y a cru », souffle le propriétaire.

Problème. Dans la nuit, l’état de santé du petit malade s’aggrave. Retour à la clinique. Radios, échographie… Le verdict est, cette fois, autrement plus grave. Et sans appel.

« Sur les radios, on voyait deux plombs. Ils étaient dans le chat ! » s’émeut le propriétaire. « Il n’y avait plus rien à faire pour lui. On l’a euthanasié… »

« Il voulait juste lui faire peur »

C’est en larmes et en colère que cet amoureux des animaux est rentré chez lui. Avec une question en tête : « Qui a tiré sur mon chat ? »

La réponse s’imposera comme une évidence. La voisine qui a ramené le chat doit le savoir. « Je suis allé voir mon voisin, on s’entendait bien tous les deux… En parlant, j’ai compris qu’il possédait une carabine à plombs chez lui », confie-t-il.

Il explose. Ne comprend pas ce geste : « Pourquoi lui avoir tiré dessus ? »Sous la pression, « il a osé me dire qu’il voulait simplement lui faire peur ! »

Les maîtres d’Aragorn ont porté plainte. Leur avocate, Me Isabelle Terrain, du barreau de Marseille, prend cette affaire très à cœur. Elle aussi est très attachée à la cause animale.

« Ce qui me rassure », conclut le propriétaire, « c’est de savoir que la plainte va être traitée. Je ne veux pas de dédommagement, juste qu’il assume. Il est responsable de la mort d’un animal. »

viaQui a tiré au plomb sur le petit chat Aragorn à Cagnes? | Cagnes-sur-Mer | Nice-Matin.

Previous Older Entries Next Newer Entries

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 683 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :