Pétition : Stop aux tortures affligées aux animaux

Pétition : Stop aux tortures affligées aux animaux.

Mélissa, famille d’accueil pour… chien dangereux -Deux-Sèvres

 

Mélissa Coubard avec Daïko. Ce dernier a une responsabilité civile, au cas où il causerait des dommages à un tiers. Son montant : 25 € mensuels. Plus cher que celle de sa « propriétaire ». Mélissa Coubard avec Daïko. Ce dernier a une responsabilité civile, au cas où il causerait des dommages à un tiers. Son montant : 25 € mensuels. Plus cher que celle de sa « propriétaire ».

 

Installée à Vouillé, Mélissa Coubard fait partie des familles d’accueil de l’association Droits de vivre : elle s’occupe d’un chien dit d’attaque. Un typé amstaff.

 

 

En entendant le visiteur s’approcher de la propriété de ses maîtres, érigée à Vouillé au lieu-dit « Gascougnolles », un chien ressemblant de loin à un pit-bull se jette sur le portail. Une voix résonne. Celle de Mélissa Coubard, famille d’accueil en Deux-Sèvres pour l’association Droits de vivre, qui s’occupe quasi exclusivement des chiens catégorisés, « dangereux » autrement dit.

« Il aboie beaucoup mais il n’est pas méchant ! », tempère la jeune femme de 22 ans, originaire de Charente. Avant d’ouvrir. Approche Daïko, un chien typé american staffordshire terrier non inscrit au Livre des origines français (Lof). Pas bien méchant, en effet. Plutôt collant même.

«  Il n’y a pas de mauvais chiens, seulement des mauvais maîtres  »

Si ce chien catégorisé se retrouve chez Mélissa Coubard, elle n’en est pas la propriétaire officielle. C’est bel et bien Droits de vivre, avec qui elle a signé un contrat de garde comme famille d’accueil définitive.
Daïko, c’est un « coup de cœur » d’une bonne vingtaine de kilos de muscles, vu pour la première fois sur le site internet de l’association. Résultat, à 4 ans, le croisé amstaff a déjà passé la moitié de sa vie avec Mélissa Coubard.

«  Préjugés  »

Avant, celle qui est téléconseillère à la ville vivait sur Niort. En appartement. Alors, elle promenait Daïko dans l’hypercentre avec une muselière, comme la loi l’exige. Les remarques des passants n’étaient pas rares. « Il y avait beaucoup de regards médisants, de réflexions aussi. » La faute aux « préjugés » liés à la réputation de ces chiens parfois dressés en vue de combats.
Daïko, classé dans la catégorie 1, la plus dangereuse potentiellement, a passé une évaluation comportementale chez un vétérinaire, obligatoire depuis 2008 : sur une échelle allant de un à quatre, le mâle se trouve au plus bas. Ce qui signifie, selon les textes, qu’il ne présente pas de risque particulier de dangerosité en dehors de ceux inhérents à l’espèce canine.

Une patte amputée

Pourtant, Daïko en a bavé. Pour preuve, une patte arrière gauche tout simplement absente. Mélissa Coubard retrace le parcours de « son » chien : « Il a été maltraité quand il était petit. Apparemment, il a fait partie d’un trafic de chiots à Paris. Il a fini en fourrière, a failli être euthanasié. Puis, après avoir été pris en charge par la SPA de Morée (Loir-et-Cher), il a été adopté par quelqu’un : ce monsieur l’a frappé, lui cassant le bassin et lui fracturant la patte ». Pose d’une broche. « Quand je l’ai eu, ça le gênait plus qu’autre chose. » Amputation.
Reste qu’« il n’a jamais eu de comportement agressif, promet Mélissa Coubard. C’est un chien toujours très avenant, très protecteur même : il a élevé des chatons à qui je donnais le biberon ». Conclusion : « Il n’y a pas de mauvais chiens, seulement des mauvais maîtres. »

nr.niort@nrco.fr

 

Aurélien Douillard

 La Nouvelle République Deux-Sèvres.

Silvia chienne type lévrier espagnol Animaux Indre – leboncoin.fr

Silvia chienne type lévrier espagnol Animaux Indre – leboncoin.fr.

Carcassonne. Abandonnés par les chasseurs

 

 

Dick, croisé braque,épagneul, 5 ans, attend depuis un an en box./ Photo DDM,

Dick, croisé braque,épagneul, 5 ans, attend depuis un an en box./ Photo DDM,

 

Le refuge de la SPA de Carcassonne affiche complet ou presque. Et avec la fermeture de la chasse, il y a quelques semaines, de nombreux chiens ont été retrouvés en forêts, abandonnés par leur maître.

 

Un tiers des chiens recueillis par la SPA de Carcassonne sont des chiens dits «de chasse», actuellement, une quarantaine d’entre eux se trouvent derrière les grilles du refuge.

 

La liste est longue. Épagneuls, braques, setters, griffons, brunos de Jura, bleus de Gascogne, beagles, fox-terrier, ariégeois, fauves de Bretagne piaffent d’impatience de retrouver de nouveaux maîtres. Certains de ces chiens ont été trouvés errants ou attachés en forêt dans un état souvent pitoyable, blessés ou maigres, et, bien évidemment, non identifiés bien que la loi soit très stricte à ce sujet. «Ont-ils été victimes de chasseurs peu scrupuleux ?» Pour la présidente de la SPA, Rowan Gwillim, il ne fait aucun doute que certains chasseurs se débarrassent, lors de l’ouverture ou de la fermeture de la chasse, des chiens qui n’excellent pas dans ce domaine.

 

Ils attendent une reconversion

 

Arrivés au refuge, les chances d’adoption de ces derniers sont infimes. En effet, les personnes cherchant à adopter les pensent rustiques et indépendants. A tort. Il suffit de passer une après-midi au sein de ce refuge et sortir un de ces pensionnaires en balade pour comprendre que ces chiens sont intelligents et tout aussi affectueux qu’un labrador.

 

Le caractère et les ententes (avec les chiens, les chats et les enfants) de chaque animal sont connus par les employés et bénévoles. Ces derniers sauront vous conseiller sur le compagnon à quatre pattes idéal pour votre famille en fonction de votre mode de vie.

 

Ces chiens dits «de chasse» cherchent à se reconvertir. Offrez-leur cette chance.

 

La SPA de Carcassonne est ouverte du lundi au samedi, sauf jours fériés, de 14 heures à 18 heures, et le premier dimanche du mois aux mêmes horaires.

 

SPA Carcassonne, Route de Berriac, 04 68 25 35 45, spacarcassonne@yahoo.fr.

La Dépêche du Midi

N’oubliez pas le stand de Pierrot ! – Indre-et-Loire

Pierre Graslin, fidèle à la foire !

Cela fait plusieurs années que Pierre Graslin, l’ami des animaux, annonce que c’est la dernière année qu’on le voit sur la foire. Et chaque année, qu’il pleuve ou qu’il vente, courageux, il revient plaider la bonne cause des animaux abandonnés sur un stand de fortune. Cette année, bon pied bon œil malgré ses 93 ans et des déboires, infatigable, il continue de recueillir les signatures en faveur de la pétition réclamant que soit appliquée la loi sur le tatouage des animaux. Il propose aussi quelques chiens abandonnés à l’adoption ainsi qu’une tombola. Passez donc sur le stand de celui que l’on surnomme « l’abbé Pierre des animaux », pour y faire un don, pour la tombola qu’il organise (les donateurs de dernière minute sont les bienvenus !), pour parler du scandale des refuges d’animaux saturés. « C’est Jean Royer, président d’honneur de mon association, qui m’avait demandé d’être présent à la foire. Je n’en ai raté aucune depuis », se souvient-il.

viaN’oubliez pas le stand de Pierrot ! – La Nouvelle République Indre-et-Loire.

Lola chienne type galga Animaux Indre – leboncoin.fr

Lola chienne type galga Animaux Indre – leboncoin.fr.

AUBIGNY Le chat revient truffé de plomb – Deux-Sèvres

La colère gronde à Aubigny, petite commune tranquille du canton de Thénezay, depuis que, dimanche, un chat disparu depuis mercredi est réapparu au domicile de ses maîtres… truffé de plomb ! Les faits se sont produits au lieu-dit « Le Petit-Bois » et il semble que l’animal ait été atteint par des plombs de chasse de calibre 9 mm. D’autres animaux ont déjà purement et simplement disparu depuis plusieurs années et les habitants sont excédés. La maîtresse du petit félin, après avoir conduit son animal à la clinique vétérinaire de Parthenay, a décidé de porter plainte auprès de la gendarmerie.

 

La Nouvelle République Deux-Sèvres.

Previous Older Entries Next Newer Entries

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 664 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :