DUN-LE-POËLIER Des chiens dans une maison aux volets fermés – Loir-et-Cher

« De nombreuses personnes s’émeuvent de cette situation, constate le maire, Pierre Faucher, mais tant qu’il n’y a pas de menaces pour une vie humaine, nous ne pouvons pas intervenir. Il faudrait qu’il y ait décision judiciaire… Nous en sommes là. » Là ? Face au supplice « de deux chiens enfermés, depuis plusieurs semaines, à l’intérieur d’une maison inoccupée, dont les volets sont fermés », dénonce la SPA de Morée (Loir-et-Cher). Une pétition a même été remise en mairie et le maire a alerté les gendarmes. « Tout ce qui est sûr, poursuit l’élu, c’est que le propriétaire de ces chiens vient épisodiquement les nourrir, puis repart en les laissant dans le noir. »
La gendarmerie tente, depuis cette mobilisation, de joindre le propriétaire, mais manifestement toujours sans succès.

viaDUN-LE-POËLIER Des chiens dans une maison aux volets fermés – 18/09/2014 – La Nouvelle République Indre.

Empoisonnés, criblés de plombs… qui en veut aux chats ?

 

Bordères-sur-l’Échez (65)

 

Criblé de plombs et sauvé de justesse, le chat de Stéphanie est, depuis, très handicapé pour marcher

 

Rue du Tannat, lotissement des Vignes : il est bien agréable ce coin de Bordères, entre la côte de l’avenue du Commandeur et celle de la rue Henri-Barbusse. Face aux Pyrénées, de jolis pavillons qui, le jour de notre visite, étaient inondés de soleil.

Pourtant, non loin de là, une personne malintentionnée s’en prend aux chats. Et pour Stéphanie, qui habite le lotissement depuis quatre ans, la coupe est pleine. Il y a deux ans et demi déjà, un de ses chats est mort empoisonné. Et depuis le 15 août dernier, c’est le troisième chat qui frôle la mort, le premier criblé de plombs, les deux suivants empoisonnés à nouveau, mais trouvés à temps par une voisine et amenés d’urgence chez le vétérinaire (un y a passé 11 jours, un autre 4…) ; les frais s’accumulent, «j’en suis à plus de 1.000 €», avoue la jeune infirmière, indignée, tout comme ses voisins, par tant de méchanceté.

Pourtant, les chats de Stéphanie sont opérés (stérilisés, vaccinés) et ne vont pas très loin, dans le champ d’en face et peut-être au-delà ? «Mes chats sont bien nourris ici, bien soignés, ils ne manquent de rien. Ils aiment juste chasser, ramènent des souris. Si des gens ne les aiment pas, il est facile de les faire partir, ils sont craintifs, un jet d’eau suffirait à les dissuader !»

Toujours est-il que plainte contre «X» a été déposée, même si Stéphanie a de sérieux doutes concernant la personne qui s’en prend à ses chats. Rue du Tannat, lotissement des Vignes, les chats de Stéphanie aimeraient ronronner en paix.

Isabelle Sanchez

viaEmpoisonnés, criblés de plombs… qui en veut aux chats ? – 16/09/2014 – LaDépêche.fr.

GROS GROS SOS POUR UNE TRENTAINE DE CHATS,… – Association Droits de Vivre

GROS GROS SOS POUR UNE TRENTAINE DE CHATS, PETITS MOYENS ET ADULTES .

Nous recherchons le plus rapidement possible des associations ou particuliers pouvant accueillir des chats ou chatons. Nous allons mettre en place des cages de captures mais sans place derrière nous ne pourrons rien faire hormis les mettre à la spa…

Les chats se trouvent dans le 36
Toute aide d’accueil sera la bienvenue!
Nous n’avons aucune information sur leur état. le constat ne pourra être fait qu’à la capture .

Si ces chats sont en vie aujourd’hui c’est grâce à 2 personnes qui leur donnaient à manger mais désormais ces personnes sont impuissantes, il faut enrayer cette errance de toute urgence. Malgré l’intervention de fondations qui ont fait leur marché et d’autres qui ont répondu par un silence nous sommes nous associations et particuliers leur seul espoir…

Contact: 0786486450 (si pas de réponse m’envoyer un SMS)

viaGROS GROS SOS POUR UNE TRENTAINE DE CHATS,… – Association Droits de Vivre.

Chien retrouvé mort dans une voiture : la SPA du Lot-et-Garonne porte plainte

L’association réagit après la mort d’un chien dans une voiture à Laroque-Timbaut, en Lot-et-Garonne. Son maître, un vétérinaire, sera entendu en janvier devant le tribunal correctionnel

La Société protectrice des animaux du Lot-et-Garonne a porté plainte après la mort d’un chien de race labrador, ayant succombé dans la voiture de son maître, vétérinaire de profession, au début du mois.Placé en garde à vue en fin de semaine dernière, le quinquagénaire a expliqué aux gendarmes avoir oublié son animal dans son véhicule en pleine chaleur, entre 10 heures et 14 heures.

Ce dernier n’a pas résisté et ce sont des témoins, apercevant la dépouille de l’animal dans l’habitacle, qui sont allés signaler les faits auprès de la brigade.

Il avait aussi laissé l’animal sans nourriture pendant ses vacances

Le vétérinaire n’en était pas à sa première en la matière puisqu’en début d’année, il aurait fait l’objet d’un signalement pour être parti en vacances sans laisser assez d’eau et de nourriture à l’animal mort ce mois-ci, particulièrement identifié par les riverains de Laroque-Timbaut.

En conséquence, le vétérinaire est attendu au mois de janvier prochain, devant le tribunal correctionnel d’Agen, pour répondre de sévices graves et acte de cruauté envers un animal.

viaChien retrouvé mort dans une voiture : la SPA du Lot-et-Garonne porte plainte – SudOuest.fr.

SOS Câline cherche familles pour vieux chiens – Indre-et-Loire

L’association de Verneuil-sur-Indre recueille les vieux chiens ne pouvant accompagner leurs maîtres en maison de retraite. Elle sera bientôt refuge.

Magali a toujours été sensible au sort réservé aux vieux chiens abandonnés. « Il ne faut pas se leurrer, aucune famille n’en veut. Ce sont les premiers euthanasiés dans les refuges. » Avec sa famille, elle a donc pris l’habitude d’en adopter régulièrement. « La plupart ont été dévoués toute leur vie à leur maître. Il n’y a pas de raison qu’on s’en débarrasse de la sorte. »
Son engagement n’est pourtant pas sans douleur : « Chaque fois que j’en perds un, c’est un véritable déchirement. J’essaie qu’ils soient le plus heureux possible. Et quand je vois qu’ils souffrent trop, qu’il faut arrêter là, je les accompagne jusqu’au bout… »

Avec sa famille et une quinzaine d’adhérents, Magali est aujourd’hui à la tête de SOS Câline, à Verneuil-sur-Indre, qui recueille, entre autres, les chiens de personnes âgées ne pouvant plus s’en occuper. Une réalité que connaît bien la Tourangelle, travaillant elle-même en maison de retraite. « Ce sont des traumatismes pour ces personnes. Les familles se débarrassent de l’animal sans même leur dire ce qu’il est devenu. » Magali a donc créé une page Facebook pour leur donner des nouvelles. « Ils peuvent y voir des photos de leur protégé, prendre des nouvelles. Mais bien vite, la maladie progressant, beaucoup les oublient… »
L’association, reconnue d’intérêt général, veille en ce moment sur 16 chiens, dont 9 âgés de 9 à 17 ans. Il y a Laurette, Pady, Sophie, Tempête… Avec chacun son caractère, ses petites habitudes… « En ce moment, on a aussi des chiots de 6 mois (croisés labrador border collie) pour lesquels on cherche des familles. On a retrouvé leur mère, avec ses petits, attachée à un piquet à l’entrée de notre bois. Les gens sont sans scrupule ! »
Aux couples de sexagénaires, Magali conseille toujours des chiens de 8 ou 9 ans : « Ils sont beaucoup plus calmes que des chiots qui courent partout. Et puis, à cet âge-là, on s’inquiète moins pour leur avenir… » L’association propose aux adoptants un très pratique système de gardiennage pour les vacances. « Il est également possible de parrainer les plus anciens, en finançant chaque mois tout ou partie de leur nourriture. » Car les plus vieux ne bougeront plus des locaux de l’association. « Ils ne supporteraient pas un nouveau déménagement. » C’est pourquoi SOS Câline s’emploie à devenir « refuge ». « Dans une association, les chiens sont confiés à des familles d’accueil ; dans un refuge, ils peuvent vivre sur place. »
Outre des familles d’accueil et des adhérents (25 € par an), l’association cherche donc des bras pour mettre le refuge aux normes. « Il faut terminer les clôtures, monter un dernier chenil et un portail… » Et s’occuper des chiens ? « On a toujours besoin d’aide… »

Association SOS Câline, tél. 09.81.10.27.48. http://www.facebook.com/ AssociationSosCaline Les dons versés à l’association peuvent permettre une réduction d’impôts. Frais d’adoption : 80 à 190 € (vaccins et stérilisation compris).

viaSOS Câline cherche familles pour vieux chiens – 13/09/2014 – La Nouvelle République Indre-et-Loire.

HANDICHATS 36

HANDICHATS 36.

Cité de l’Hers : le chat perché dans un arbre a été secouru hier soir

Ce chat a été bloqué dans un arbre durant plusieurs jours. DDM
Ce chat a été bloqué dans un arbre durant plusieurs jours. DDM

 

Une histoire qui se finit bien comme les aiment les amis des animaux.

Bloqué depuis trois jours dans un arbre Cité de l’Hers, dont il était incapable de redescendre, un chat a été secouru hier soir par les pompiers.

Gardien d’immeuble dans cette cité, Jean-Claude Duclos avait donné l’alerte et tiré la sonnette d’alarme. «En revenant de vacances il y a quelques jours, j’ai reçu un texto qui me signalait que cet animal ne pouvait plus redescendre de cet arbre sur lequel il avait grimpé. Et ce malgré ses efforts».

Plusieurs jours, Jean-Claude a bien essayé de trouver une solution à cette triste situation en multipliant les démarches, en appelant le service concerné de la mairie, la SPA et les pompiers. Même une société d’élagage. Mais sans aucun succès : «Il faut croire que le sort d’un animal n’intéressait personne. Je suis conscient que des choses bien plus importantes se passent mais ce chat appartenait à quelqu’un et il souffrait, ça se voyait. Il n’était pas nécessaire d’être un professionnel pour s’en rendre compte», déplorait alors Jean-Claude un peu scandalisé par autant d’indifférence.

En effet, l’animal dans son arbre perché, semblait épuisé par les efforts qu’il tentait de faire pour redescendre au sol de son perchoir inattendu.

«Il essayait de dormir, se posait dans les feuillages, s’accrochait aux branches. Cela faisait peine à voir».

Jean-Claude commençait à désespérer quand les secours des pompiers sont arrivés : «Je suis heureux. J’étais prêt à payer pour venir en secours à cet animal. Je voulais que quelqu’un réagisse avant qu’il ne soit trop tard. Cela a été un peu long mais c’est chose faite».

Il ajoute : «L’animal a retrouvé ses heureux propriétaires et je pense que le goût de l’escapade va lui passer durant un temps».

L’histoire ne le dit pas mais parions aussi qu’il a eu droit hier soir à double ration et à beaucoup de câlins, histoire d’être réconforté.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/09/10/1948396-cite-hers-chat-perche-arbre-ete-secouru-hier-soir.html

Chats victimes de sévices : prison ferme requise

Hier matin, l’affaire des sévices graves et actes de cruauté sur des chats a fait salle comble au tribunal. Le prévenu encourt trois mois de prison ferme.

En début d’année, le calvaire d’Oscar, chaton de Marseille (Bouches-du-Rhône), émouvait nombre d’amis des animaux tandis alors que son tortionnaire était condamné à un an de prison ferme.

Une actualité pas si lointaine qui explique en partie l’affluence en salle d’audience hier matin. Quelque cent trente personnes étaient présentes, dans et devant la salle. Après une affaire de chiens non tenus en laisse et des faits d’outrage et de rébellion sur fond d’alcoolisation massive, le dossier tant attendu arrivait entre les mains de la présidente du tribunal correctionnel qui officiait en juge unique.
A la barre, un jeune homme de 23 ans, actuellement détenu. Ce dernier est prévenu d’avoir, durant une vingtaine de jours, en mars, porté des coups aux deux chats de celle dont il partage alors la vie, à La Riche.
Les deux félins, Donald et Irma, ont été adoptés, ce même mois, auprès de l’association Félin pour l’autre, qui a d’ailleurs dénoncé les faits et s’est constitué partie civile. On apprendra, au fil de l’audience, que l’amie du prévenu a décidé d’adopter ces deux nouvelles bêtes après que les précédentes, quatre au total, ont ou disparu ou ont dû être euthanasiées.
Donald semble malade. Irma ne pas va mieux. De visites vétérinaires en radios, l’association conclut à une maltraitance, la présence de virus ayant été écartée. Les blessures sont graves : fractures, tassement de vertèbres, décollement de la peau, hémorragies, traumatismes, etc. L’un des chats meurt.

Le prévenu vu sur le balcon

A la barre, le prévenu explique qu’il n’a rien fait – ce qui fait immédiatement réagir la salle, avant la mise au point de la présidente qui demande à ce que le débat se déroule dans des conditions sereines – qu’il aime les animaux et qu’il ne disposait alors pas des clés du domicile de sa compagne.
Lors de l’enquête – l’adoptante était absente à l’audience hier, évoquant, semble-t-il, la peur de représailles – cette dernière avait déclaré qu’il arrivait « des choses étranges » à ses compagnons à quatre pattes depuis que son ami vivait avec elle, en janvier. Le jeune homme, déjà condamné à plusieurs reprises notamment pour vols, explique qu’il ne restait pas à l’appartement en l’absence de sa compagne. Il évoque à nouveau la piste d’une autre personne dans l’immeuble.
Fin avril, un nouveau chat adopté par l’ex-compagne du prévenu décède. Quelques jours auparavant, la représentante de l’association jocondienne Félin pour l’autre explique à la barre qu’elle a vu le prévenu sur place, sur le balcon, alors qu’elle venait récupérer le chat, missionnée par la police. Là encore, l’animal présente des hématomes, des griffes arrachées, des côtes cassées…
Les parties civiles (Félin pour l’autre, Fondation Brigitte Bardot, Fondation 30 millions d’amis, associations One Voice, Stéphane Lamart, Société nationale de défense des animaux) représentées par un avocat – d’autres associations se sont également fait connaître par écrit – ont toutes demandé à ce que le tribunal interdise de manière définitive au prévenu de détenir un animal.
Pour Me Word, qui intervenait au nom de Félin pour l’autre, « rien ne tient dans le discours » de l’homme. Et l’avocat de remettre à la présidente du tribunal un document attestant des 85.000 signatures enregistrées par la pétition demandant l’application la plus stricte de la loi pénale à l’égard du prévenu.
Le procureur de la République, qui souhaitant sortir ce débat de l’excès et de l’émotion, a évoqué « la méchanceté réfléchie » de l’individu et sa « lâcheté » à ne pas reconnaître les faits.
Et d’insister : « Je ne crois pas que les coups soient compatibles avec les impératifs biologiques de l’espèce féline », avant de demander une peine de sept mois dont quatre assortis du sursis mise à l’épreuve pendant deux ans avec obligation de soins, de travailler, et d’indemniser les parties civiles. L’interdiction définitive de détenir un animal a également été requise.
L’avocate de la défense, Me Tayoro a, pour sa part, mis en avant le vide du dossier, s’étonnant d’une assistance si grande et, à plusieurs reprises, de l’absence de la propriétaire des chats. Elle a plaidé la relaxe.
Le jugement a été mis en délibéré au 17 octobre.

Vanina Le Gall

Macabre découverte dans un lac ardennais

 

SEDAN (08). Le chien a été mis dans un sac-poubelle avant d’être jeté dans l’eau. Ne pouvant plus s’en occuper, sa propriétaire l’avait donné sur internet.

 

Le jack russel a été retrouvé dans un état de décomposition avancé.Aurélien Laudy

 

 

 

Le sac flottait depuis quelque temps dans le lac de Sedan, derrière le centre aquatique. Les pompiers ne s’étant pas déplacés, c’est finalement la fourrière qui l’a repêché. À l’intérieur, le cadavre d’un chien, un jack russel, en décomposition.

 

Le chien portait encore une puce au nom de la propriétaire, qui expliquera ne plus être la maîtresse de l’animal. «  Je l’avais donné au mois de juin, explique Nathalie Marin. J’avais mis une annonce sur leboncoin.fr. Un jeune homme et sa copine m’ont appelée et comme ils m’ont promis qu’il serait bien avec eux, je le leur ai laissé. » Jusqu’au début du mois d’août, elle reçoit régulièrement des nouvelles, puis plus rien jusqu’à la macabre découverte.

 

Une plainte doit être déposée

 

L’association de protection des animaux Lisa a récupéré la dépouille hier. «  On va l’emmener chez le vétérinaire pour voir s’il est possible de le faire autopsier  », explique Sabrina, membre de la structure. L’examen pourrait permettre de déterminer si l’animal était encore vivant au moment de l’immersion, et de détecter des traces de maltraitance.

 

Quoi qu’il en soit, Nathalie Marin ne compte pas en rester là. «  Je porte plainte  », affirme-t-elle.

 

La Lisa, quant à elle entend se constituer partie civile et tient à rappeler : «  On ne doit jamais donner un animal à un inconnu ou passer par internet. Il y a des associations pour cela. »

viaMacabre découverte dans un lac ardennais – Sedan – www.lunion.presse.fr.

Prison ferme pour le tortionnaire de Diabolo Vidéo – Fondation 30 Millions d’Amis

Prison ferme pour le tortionnaire de Diabolo Vidéo – Fondation 30 Millions d’Amis.

Previous Older Entries Next Newer Entries

%d blogueurs aiment cette page :