D’anciens dirigeants du Comité permanent amiante mis en examen

Quatre anciens dirigeants du Comité permanent amiante (CPA), considéré par les victimes comme la « structure de lobbying des industriels » mise en place dans les années 80, ont été mis en examen par la juge chargée d’enquêter sur les dégâts causés par l’amiante, a annoncé lundi l’association Andeva.

Des veuves de victimes de l'amiante lors d'une manifestation organisée par l'association Andeva, le 11 octobre 2008 à Paris Des veuves de victimes de l’amiante lors d’une manifestation organisée par l’association Andeva, le 11 octobre 2008 à Paris – AFP/Archives Mehdi Fedouach

Dominique Moyen, ancien secrétaire général de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) qui imagina et créa le CPA et Jean-Pierre Hulot, secrétaire du CPA et dirigeant de la société de communication CES ont été mis en examen pour « homicides, blessures involontaires et abstentions délictueuses », a précisé l’association nationale de défense des victimes de l’amiante dans un communiqué.

Arnaud Peirani, ancien chargé de mission au ministère de l’Industrie, et Daniel Bouige, ancien directeur général de l’association française de l’amiante (Afa, industriels), ont également été mis en examen, selon l’Andeva.

Il leur est reproché d’avoir « participé activement au CPA et d’avoir ainsi contribué à créer des dommages qu’ont subis les victimes de l’amiante en minimisant les dangers de ce matériau, en contribuant à la désinformation du public et en participant au blocage d’une directive européenne d’interdiction de l’amiante en 1991 et 1994 », souligne l’association.

Le CPA, qui a fonctionné de 1982 à 1995, était une structure informelle réunissant industriels, fonctionnaires, scientifiques et syndicats.

Ces mises en examen sont « évidemment une bonne nouvelle », a commenté auprès de l’AFP François Desriaux, vice-président de l’Association nationale de défense des victimes de l’amiante (Andeva).

« Avec le CPA on est au coeur de la responsabilité de la catastrophe de l’amiante », a-t-il ajouté, décrivant ce comité comme « une structure de lobbying (…) qui était vraiment là pour retarder la mise en oeuvre de mesures de prévention plus sévères, avec une vraie stratégie de communication, de désinformation ».

Relevant que « jusqu’à présent les personnes qui étaient mises en examen étaient plutôt des responsables d’entreprises », il a souligné que l’association avait pointé le rôle du CPA dès 1996.

La juge Marie-Odile Bertella-Geffroy mène plusieurs enquêtes sur les ravages causés par l’amiante.

Outre les industriels, des dizaines de responsables des ministères de la Santé et du Travail ont été auditionnés pour évaluer les connaissances dont ils disposaient dans les années 70-80 par rapport aux alertes lancées sur la dangerosité de cette fibre.

Son caractère cancérogène est connu depuis les années 50 mais le premier décret réglementant son usage ne date que de 1977 et son interdiction de 1997. En 2005, un rapport sénatorial avait accablé l’Etat pour sa « gestion défaillante » de l’amiante.

En France, l’amiante est jugée responsable de 10% à 20% des cancers du poumon et pourrait être à l’origine de 100.000 décès d’ici 2025, selon l’Agence santé-environnement (Afsset).

© 2012 AFP

viaD’anciens dirigeants du Comité permanent amiante mis en examen – Environnement – Actualité – France/Monde – Nouvelle République.

Le grand procès de l’amiante

Le grand procès de l’amiante

Le grand procès de l

Genre : Santé

Durée : 1h25

Année de sortie : 2011

Réalisateur : Niccolo Bruna

RésuméPendant des décennies, Monferrato Casale, ville italienne, a vécu sous l’emprise de l’amiante. Dans l’usine Eternit, spécialisée dans la fabrication de fibrociment, les ouvriers manipulaient ce minéral toxique sans protection. L’usine a fermé en 1986, mais l’amiante continue ses ravages. En respirant ses fibres, on risque en effet deux maladies mortelles : l’asbestose, qui tue par étouffement, et le mésothéliome, cancer de la plèvre qui se déclare parfois trente ans après. Grâce à la ténacité de citoyens et du procureur Raffaele Guariniello, le plus grand procès pénal jamais intenté en Europe pour une catastrophe environnementale s’est ouvert à Turin, en 2009. Ce film en montre les coulisses, les comparutions clés et les témoignages. Enquête aussi en Inde et au Brésil où l’amiante continue d’être produite parfois au mépris de la légalité.

Donner votre avis

Diffusions

  • Arte
    Mardi 29 novembre
    20h40
    • Stéréo
    • 16:9
    • Tous publics
  • Arte
    Jeudi 01 décembre
    10h05
    • Stéréo
    • 16:9
    • Tous public

viaLe grand procès de l’amiante : Santé avec L’Internaute.

%d blogueurs aiment cette page :