WWF France présente la suite de sa web série immersive en VR

WWF France présente le deuxième épisode de sa web série VR 360°. Après avoir présenté, le premier épisode à l’occasion de la Journée mondiale sur les oce

Source : WWF France présente la suite de sa web série immersive en VR

Béziers : l’exposition anti-corrida qui fait polémique

« L’autre réalité de la corrida… », à découvrir vendredi 26 et samedi 27 octobre au Palais des congrès de Béziers, de 10h à 20h.

Source : Béziers : l’exposition anti-corrida qui fait polémique

Le Conservatoire d’espaces naturels Centre-Val de Loire – Indre – La Cave du Tranger (commune du Tranger)

Source : Le Conservatoire d’espaces naturels Centre-Val de Loire – Indre – La Cave du Tranger (commune du Tranger)

Limoges : Projection-débat autour du documentaire « Saigneurs » – La Maison des Droits de l’Homme

Mémoire à Vif le organise le 18 mai à 20h30 au Lido une projection-débat autour du documentaire « Saigneurs » de Raphaël Girardot et Vincent Gaullier. (…)

Source : Limoges : Projection-débat autour du documentaire « Saigneurs » – La Maison des Droits de l’Homme

«Chasseurs, tueurs, imposteurs» : Cinema a Besancon

En savoir plus sur «Chasseurs, tueurs, imposteurs» à Besançon : toutes les informations et dates avec L’Est Républicain

Source : «Chasseurs, tueurs, imposteurs» : Cinema a Besancon

Chasseur, tueur, imposteur ? Le film… – Nature d’ici et d’ailleurs

Source : Chasseur, tueur, imposteur ? Le film… – Nature d’ici et d’ailleurs

GALERIE VAGABOND

GALERIE VAGABONDE

                          2 rue de la pêcherie

 SELLES SUR CHER

-SANDOR SHOMI-

EXPOSITION :

« QUAND LES ANIMAUX SORTENT DE TERRE »

Peintures et sculptures

 

4-16 OCTOBRE 2016

 VERNISSAGE LE SAMEDI 8 OCTOBRE A PARTIR DE 18 H

 

ENTRÉE LIBRE

OUVERT TOUS LES JOURS DE 15 H A 18 H

Sauf le lundi

 

Découvrir la cave aux chauves-souris – 17/09/2016 – La Nouvelle République Indre

Preuilly-la-Ville. La grotte Poirière qui ouvrira exceptionnellement ses portes au public, dimanche après-midi, sera animée par des projections vidéo.

Source : Découvrir la cave aux chauves-souris – 17/09/2016 – La Nouvelle République Indre

«Le monde de Jamy, dans la tête de nos animaux préférés» : la nouvelle émission dédiée à la compréhension des animaux – Loisirs – Wamiz

Le 20 avril prochain à 20h55, France 3 présentera son nouveau programme : «Le monde de Jamy, dans la tête de nos animaux préférés» …

Source : «Le monde de Jamy, dans la tête de nos animaux préférés» : la nouvelle émission dédiée à la compréhension des animaux – Loisirs – Wamiz

Connaissez-vous les oiseaux de Poitiers ? – Vienne

Un diaporama suivi d’une conférence sur le thème « Voyagez en images dans le territoire de Poitiers et de ses alentours » est proposé par la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) ce mardi 25 novembre à 20 h à Poitiers Sud. La soirée est une invitation à découvrir ou redécouvrir notre environnement proche. Au fil de l’eau on pourra découvrir les oiseaux qui par la diversité de leurs manifestations sonores, leurs incessants mouvements ou encore les couleurs de leurs plumages fascinent l’homme. La présentation sera suivie d’un moment d’échanges avec la salle.

Rendez-vous ce mardi à 20 h à Cap Sud (Centre d’Animation de Poitiers Sud) – 28 rue Jeunesse. Gratuit et ouvert à tous. Renseignements : LPO Vienne au 05.49.88.55.22.

viaConnaissez-vous les oiseaux de Poitiers ? – 25/11/2014 – La Nouvelle République Vienne.

La chaîne israélienne réservée aux chiens bientôt diffusée en France… | JSSNews

La chaîne israélienne réservée aux chiens bientôt diffusée en France… | JSSNews.

 

Bon, on ne va pas se mentir… Les israéliens ont parfois des idées débiles ! Créer une chaîne TV pour les chiens en fait partie…

La chaîne israélienne pour chiens DOGTV, lancée aux Etats Unis, fait son entrée en Europe et devrait arriver sur les écrans français dans quelques mois… Au programme: relaxation et stimulation de votre animal de compagnie.

Les chiens vont (enfin?) avoir leur chaîne de télévision. L’israélienne DOGTV annonce son arrivée en Europe, à commencer par l’Allemagne. Une diffusion en France, au Royaume-Uni et en Irlande devrait suivre dans quelques mois, selon The Hollywood Reporter.

Screen Shot 2014-11-02 at 10.24.27 AM

DOGTV est diffusée 24 heures sur 24 et 7j/7. La chaîne de télévision affirme que sa programmation est scientifiquement développée. “Grâce à des années de recherche avec certains des meilleurs experts mondiaux des animaux de compagnie, un contenu spécial a été créé pour répondre aux attributs spécifiques des chiens en terme de vision et d’audition et prend en charge leur comportement naturel”, indique DOGTV sur son site. Finie la solitude canine.

Détente, stimulation et nutrition

Concrètement, le programme serait fait d’instants de détente et de stimulation, avance The Hollywood Reporter. Un programme de deux heures sur la nutrition devrait bien arriver, ainsi qu’une émission intitulée Dog Star, construite autour des envois de vidéos de leurs téléspectateurs.

“Nous obtenons un retour constant de la population sur ce que les chiens regardent, quand ils regardent, à quelle heure de la journée, pour combien de temps”, avance DOGTV. Sans voix, les vidéos de relaxation alternent entre grand paysages et chiens, le tout sur une petit musique douce. Extrait :

“Bichonner les animaux de compagnie”

“L’Europe est un lieu naturel pour l’expansion. Dans la plupart des pays entre 30% et 50% des foyers ont un chien. Il s’agit d’un canal de niche, mais c’est une assez grosse niche”, déclarent à The Hollywood Reporter, Yoav Zeevi, responsable de la distribution internationale de la chaîne.

DOGTV est déjà implantée aux Etats-Unis, en Corée du Sud, au Japon et bien sur en Israël, des pays qui “aiment bichonner leurs animaux de compagnie”. Les Français seront-ils intéressés par une chaîne de télévision qui programme un chien qui surfe?

Par  BFMTV – JSSNews

En trois décennies le Fifo a fait son nid – Deux-Sèvres

En trois décennies le Fifo a fait son nid – 22/10/2014 – La Nouvelle République Deux-Sèvres.

Le festival de Ménigoute fête ses 30 ans, du 28 octobre au 2 novembre. Films animaliers sur grand écran, salon d’art, ateliers… Tout pour se ressourcer.

Personne, en 1985 n’osait espérer que ce petit festival qui se créait à Ménigoute allait perdurer. Surtout dans ce coin rural que personne en France ne savait placer sur une carte, pour le plus grand bonheur de ses habitants, jouissant en privilégiés d’un environnement préservé. Et pourtant. Impulsé par Marie-Christine et Dominique Brouard avec l’enthousiasme des habitants de la petite commune et des voisins réunis sous l’association Mainate, le petit festival s’est, non seulement, installé dans la durée mais il a acquis une renommée au point de drainer des visiteurs de la France entière et de l’étranger.

 » Des films à grand spectacle et qui font réfléchir « 

Trente ans plus tard, le festival international du film ornithologique (Fifo) de Ménigoute fait figure de rendez-vous annuel incontournable pour tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à la nature et à sa protection, accueillant entre 25.000 et 30.000 visiteurs. On y croise dans une jolie diversité, les meilleurs réalisateurs animaliers, des familles en goguette venues fabriquer un nichoir, des scientifiques de haute volée, des militants passionnés… Tout cela dans une joyeuse cacophonie, sans chi-chi, les pieds crottés et l’esprit benaise.
Pour cette édition anniversaire, pas de séquence nostalgie mais un film au regard décalé sur ces trente années, « Un rendez-vous tout naturel », commandé à deux anciens étudiants de l’IFFCAM, institut de formation au cinéma animalier, né dans le prolongement du Fifo, juste à côté de Ménigoute, il y a dix ans. Un livre, « Rencontres à Ménigoute », signé de Christian Proust, sortira également pour le festival. Et l’on annonce encore des « surprises musicales et théâtrales ».
Raison d’être première du festival, la compétition de films animaliers (de 26 minutes à 1 h 30) devrait encore être de haute volée avec des images époustouflantes tournées partout dans le monde sur les requins, l’escargot, le loup, le blaireau, les éléphants et chauve-souris… « La patte du Fifo, c’est d’associer des films à grand spectacle qui font rêver et des films qui font réfléchir ». Le public ne s’y trompe pas puisque la salle de 1.200 places, où tous les films sont projetés sur grand écran, est pleine à craquer du début à la fin du festival. Trente-sept films ont été sélectionnés avec des réalisateurs de neuf nationalités. Et c’est à souligner, les Français sont bien représentés avec 23 films en compétition. Un signe qui ne trompe pas sur le nouvel essor de la production française quand il était bien difficile d’en trouver lors de la première édition. Le jury, présidé par Jean-Jacques Fresko, rédacteur en chef de Terre sauvage, attribuera neuf prix cette année (nouveau, celui de la créativité) dévoilés le samedi 1er en soirée et projetés le dimanche toute la journée.
Entre quelques séances d’évasions dans la salle obscure, les chaleureux forums de la nature et le salon d’art avec de superbes créations offrent des moments privilégiés pour enrichir ses connaissances sur la nature, sur les actions d’associations, ramener un livre spécialisé ou une nouvelle paire de jumelles pour mieux apprécier cette nature qui rassemble tous les festivaliers.

nr.niort@nrco.fr

Festival de Ménigoute, du 28 octobre au 2 novembre. Programme détaillé sur le site : menigoute-festival.org. Tél. 05.49.69.90.09.

Un rappeur végétalien au service de la cause animale – Vienne

Avec son clip, le rappeur RES veut aider ses auditeurs à « passer un cap difficile à atteindre ». – (Photo David Tavan)

RES. Trois lettres pour un rappeur engagé dans le combat pour la cause animale. Son clip “ La Fable de la Morlette ” est disponible sur YouTube.

Vous avez peut-être entendu parler du rappeur RES à l’occasion de son passage dans l’émission « Incroyable Talent », ou lors de sa victoire au championnat du monde de rap improvisation en 2013. Eh bien le rappeur poitevin refait parler de lui depuis le 20 juillet dernier, date de sortie de son nouveau clip, «  La Fable de la Morlette  ».

«  Combattre la violence hypocrite  »

La référence est explicite. Rappelez-vous, en janvier dernier, l’affaire avait défrayé la chronique, et mis sous les feux de la rampe et des critiques Farid de la Morlette, un jeune Marseillais qui avait trouvé intelligent de se filmer en train de balancer un chat contre un mur. Insultes, menaces de mort, rumeurs de passage à tabac après son incarcération… Le Phocéen avait littéralement subi un déferlement médiatique sans précédent.
Loin de vouloir tirer sur l’ambulance, RES cible plutôt « la violence hypocrite qui pousse les gens à se soulever une semaine pour une cause qu’ils ignorent le reste de l’année ». Car le jeune rappeur est bien loin des clichés régulièrement associés au genre musical. Végétalien et militant pour la cause animale, RES veut « utiliser le rap pour faire passer [son] message ».

Casser des habitudes bien ancrées

Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’il est déterminé dans son combat. « Ca fait un peu plus d’un an que je m’implique dans la cause animale, raconte t-il, issu d’une famille de viandards, j’ai commencé à me questionner sur mon alimentation. J’ai progressivement limité mon alimentation en viande, avant de devenir définitivement végétarien, puis végétalien. » Son déclic ? « Un documentaire, «  Earthlings  », de Shaun Monson. Il y montre l’attitude des humains face aux animaux, que ce soit dans l’alimentation, la domestication, l’habillement, la science… »
Pour faire passer son message à un public déjà acquis à sa cause pour ses frasques dans l’improvisation et la rap battle avec le collectif End Of the Weak, RES a bien compris l’importance de la forme. Allitérations, assonances… La sonorité de ses textes est aussi aiguisée que le message qu’ils diffusent.
Et pour cause, ce dernier peut parfois être dur à entendre, comme en témoignent certains commentaires, assez violents, lisibles sous la vidéo. « Je sais que c’est dur de casser certaines habitudes. J’essaye de ne pas juger l’auditeur, puisque j’étais dans la même situation que lui, il y a quelques années. Je me dis que j’aurais aimé tomber sur quelqu’un qui m’en aurait parlé. »

> Lien vers le clip « La fable de la Morlette » : http://bit.ly/V4fbtH.

Bastien Lion

 

viaUn rappeur végétalien au service de la cause animale – 21/08/2014 – La Nouvelle République Vienne.

Film-débat autour du gaz de schiste – Indre

Demain jeudi, à 21 h, le cinéma Studio République du Blanc organise, en partenariat avec l’Université intergénération blancoise, une soirée projection et un débat autour du film documentaire de Carole Menduni et de Doris Buttignol, No Gazaran, sorti récemment sur les écrans. Doris Buttignol présentera ce film et discutera avec les spectateurs à l’issue de la projection, accompagnée de José Babot, bien connu des Blancois, membre de l’IUPB, géologue et spécialiste des sols pollués.

L’argument  : il y a trois ans, des milliers de citoyens découvrent que des permis d’exploration de gaz de schiste ont été accordés dans le plus grand des secrets. Ce déni de démocratie provoque alors une mobilisation générale sans précédent dans le sud-est de la France et fait reculer l’industrie pétrolière. Les réalisatrices ont choisi de montrer la mobilisation de simples citoyens et d’élus, soucieux de l’avenir de leur terre et des générations futures, amenés à faire de la désobéissance civile pour contrecarrer la pression du lobby gazier, et dénoncer l’illusion d’un eldorado financier et les risques sur la santé et l’environnement.

Soirée projection et débat sur le gaz de schiste, jeudi 17 avril, à 21 h, au cinéma Studio République.

viaFilm-débat autour du gaz de schiste – 16/04/2014 – La Nouvelle République Indre.

Les chauves-souris à la maison de l’environnement – Indre-et-Loire

 

Une très intéressante exposition jusqu’au 18 décembre.

 

 

En venant visiter à la Maison communautaire de l’environnement l’exposition du Muséum d’histoire naturelle de Bourges, sur les chauves-souris, les amateurs pourront découvrir le monde fascinant des maîtresses de la nuit. On apprend, par exemple, tout ce qui concerne leur cycle de vie, avec une longévité de 5 à 15 ans, les techniques de chasse avec l’utilisation de l’écholocation et l’émission d’ultrasons pour éviter les obstacles. L’exposition nous apprend aussi les proies visées par la chauve-souris, les dangers qui la guettent à la suite de causes humaines ou naturelles, comme les prédateurs. Enfin, des conseils sont prodigués pour appliquer les remèdes afin de protéger l’espèce.
Exposition visible jusqu’au 18 décembre à la Maison communautaire de l’environnement à Joué-lès-Tours.

viaLes chauves-souris à la maison de l’environnement – 20/11/2013 – La Nouvelle République Indre-et-Loire.

Les corbeaux ont-ils une cervelle d’oiseau ? : Animalier avec L’Internaute

Les corbeaux ont-ils une cervelle d’oiseau ? : Animalier avec L’Internaute.

Cinéma: «A.L.F., Animal Liberation Front», de Jérôme Lescure – 20minutes.fr

 

 

CINEMA – Pour sa première fiction, Jérôme Lescure (déjà réalisateur d’un documentaire sur la corrida) nous plonge dans l’univers de l’A.L.F., comprenez Front de Libération Animale. L’histoire? Un groupe d’activistes force les portes d’un élevage en vue de libérer des chiens destinés à la vivisection. Franck Kovick, l’un d’entre eux, est arrêté et se retrouve en garde à vue…

 

En salle dès le 7 novembre.

 

Dans sa cellule, Kovick retrace l’itinéraire qui les a menés, lui et son équipe, jusqu’à cette nuit d’action. Sa motivation? Des images d’animaux enfermés dans des cellules en acier qu’il garde en tête. L’action se focalise ensuite sur la confrontation entre Franck Kovick et le capitaine Chartier, chargé de l’interroger au poste.

 

«Le but premier de ce film est de permettre à un public le plus large possible, quel que soit son âge, son milieu social, sa religion, ses a priori, d’être informé, confie le réalisateur Jérôme Lescure. La détresse et la souffrance animale (et plus particulièrement la détention d’animaux dans les laboratoires), sont systématiquement cachées, dissimulées, voire niées.»

 

Résultat? «A.L.F.» pose plusieurs (bonnes) questions fondamentales (Peut-on considérer comme «éco-terroristes», des activistes qui tentent de libérer des animaux enfermés dans d’atroces conditions?…). Le film ne prend pas vraiment parti et reste dans un juste milieu. L’intrigue est bien ficelée.

 

Que penser des membres de l’A.L.F., souvent qualifiés d’ «éco-terroristes»?

 

D’après Jérôme Lescure, «l’A.L.F. a presque toujours été décrite de façon négative, qualifiée de radicale et d’ultra violente, alors que la plupart de ces activistes sont des pacifistes avérés et ne font que délivrer de l’horreur quelques-uns des millions d’animaux suppliciés.» Une position partagée par Brigitte Bardot qui a apporté son soutien au film.

 

Pourtant, dès 2002, le FBI comptait l’ALF et l’ELF (Front de libération de la Terre) dans les menaces éco-terroristes les plus élevées aux États-Unis.

 

Plus d’infos sur le site internet du Front de libération animale: www.animalliberationfront.com

 

Pour rappel

 

Si le film parle de 25 animaux qui meurent torturés chaque seconde dans les labos du monde entier, aucun chiffre précis n’est disponible, d’autant qu’il ne faut pas oublier la souffrance animale dans les abattoirs, les élevages de poules (enfermées dans des cages grandes comme une feuille A4), ou dans les pièges (comme pour les «nuisibles»: renards, fouines, martres…).

 

Du côté des bonnes nouvelles, on rappelle toutefois l’article 521-1 du Code pénal qui condamne les actes de cruauté envers les animaux (peu appliqué, on vous l’accorde), ou les Trophées du bien être animal 2012 organisés par l’ONG CIWF qui montrent que quelques entreprises agroalimentaires se bougent (King Europe, Marks & Spencer France, Ben & Jerry Etats-Unis…).

 

Non à la vivisection des animaux de laboratoire

 

Delphine Rabasté

viaCinéma: «A.L.F., Animal Liberation Front», de Jérôme Lescure – 20minutes.fr.

A la découverte du hérisson – Indre

 

Michèle Flageul (à droite) propose cette exposition. Michèle Flageul (à droite) propose cette exposition.

 

 

Jusqu’au 31 août, la bibliothèque accueille une exposition étonnante, consacrée au hérisson. Vingt panneaux pour mieux connaître et apprécier cet animal, secret et étonnant, qui se trouve partout dans nos jardins, dans les allées des bois et sous-bois, mais dont nous ignorons l’essentiel. Avec le concours de l’Association pour la protection des animaux sauvages et le Sanctuaire des hérissons de Fouencamps (Somme), Michèle Flageul, responsable de la bibliothèque, aidée de bénévoles, a confectionné des tableaux didactiques qui décrivent la vie de l’animal, ses secrets, mais donne aussi quelques clés pour mieux le comprendre et l’apprécier. Au passage, l’exposition démonte quelques idées reçues. Si, en théorie, le hérisson peut vivre une dizaine d’années, dans les faits, peu dépassent les deux ans.

Bibliothèque ouverte pendant les vacances le mercredi de 10 h à 12 h ; le vendredi, de 16 h 30 à 19 h ; fermée du 1er au 15 août inclus.

viaA la découverte du hérisson – Communes – Indre – Nouvelle République.

Teaser du film A.L.F. (Animal Liberation Front) – YouTube

Teaser du film A.L.F. (Animal Liberation Front) – YouTube.

 

L’âne invité vedette à Asnières-sur-Nouère – CharenteLibre

L’âne sera la vedette des animations du septième marché de pays d’Asnières. Une tradition bien ancrée dans le village.

Aldo et Altesse participeront au septième marché de pays d\'Asnières-sur-Nouère.Photo CL

Aldo et Altesse participeront au septième marché de pays d’Asnières-sur-Nouère.Photo CL

Pourquoi avoir choisi l’âne comme thème du septième marché de pays? Parce que l’animal a une histoire avec Asnières», confirme Gilbert Campo, le maire d’Asnières-sur-Nouère où aura lieu ce dimanche, un marché de pays qui a choisi de mettre l’âne en vedette.

De nombreuses exploitations agricoles ont utilisé l’âne pour leurs travaux agricoles et le nourrissaient avec la garobe, une herbe qui pousse dans nos régions et dont les équidés sont très friands. D’où le nom de garoubiers des habitants du village, celui du club du troisième âge local et du café du village.

Le but de la manifestation est de faire découvrir au public une quarantaine de producteurs locaux ainsi que les artisans d’art de la région. Les exposants seront réunis autour de la place de l’église et les visiteurs pourront faire leur marché, composer leur menu de midi et aller le déguster dans la salle des fêtes aménagée en salle de restaurant.

L’âne tiendra une place de choix dans le planning des animations. Dès 9h15, des parcours gratuits de randonnée seront proposés. Parcours d’initiation avec les ânes bâtés. Cet équipement est une sorte de selle en bois, disposée sur le dos de l’animal pour pouvoir porter des charges diverses (nourriture, bidons de lait, sacs, bois, etc.). Les randonneurs accompagneront les ânes pendant deux heures environ. Pour les enfants il est prévu des carrioles attelées et un parcours d’une heure dans la campagne environnante.

Une mauvaise réputation pas du tout justifiée

Sur la place, une exposition de photos dédiée à l’animal donnera une image plus positive que celle véhiculée par la rumeur, et apportera des précisions sur les différentes espèces des équidés. «Têtu comme un âne est une expression employée à tort, explique Michel Vanier, président de l’association « Rouler à cheval c’est trait sympa », par ailleurs éleveur. Il a la phobie de l’eau mais réfléchit beaucoup.» Pour le prouver, des exercices pour tester les aptitudes des animaux aux travaux agricoles avec des pièges d’obstacles se dérouleront l’après-midi.

à 11 heures et à 15 heures, la compagnie de théâtre de rue «Dis bonjours à la dame» proposera aux petits comme aux grands son spectacle «Frigo».

Enfin, les organisateurs ont prévu une collecte de vieux portables bons à être recyclés en collaboration avec le syndicat de collecte des déchets.

Asnières-sur-Nouère, marché de pays et fête de l’âne, dimanche de 9h à 18h sur la place du village. entrée libre.

viaL’âne invité vedette à Asnières-sur-Nouère – CharenteLibre.

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :