Sarrebourg | Noël, le veau sauvé in extremis de l’abattoir

Sarrebourg | Noël, le veau sauvé in extremis de l’abattoir.

Il est un veau mâle qui, hier, a du se demander ce qu’il lui arrivait. Et l’histoire ne dira jamais ce dont il a rêvé cette nuit. Surnommé Noël par les membres de la SPA de Sarrebourg, il a échappé de peu à la mort.

Hier en fin d’après-midi et alors que le soleil n’est pas encore couché, la bête de près de 6 mois et plus de 200 kg est sortie de la bétaillère par Roland Dreydemmy pour être conduit à l’abattoir. Elle ne l’entend pas de cette oreille et s’enfuit.

La police est appelée par un particulier qui aperçoit l’animal sur la voie de chemin de fer. Prévenue, la SNCF interrompt le trafic quelques minutes tandis que le bestiau poursuit sa course et trouve refuge dans un jardin de la cité Perkins, rue Auguste-Renoir. La SPA est contactée pour donner un coup de main.

Le calme avant la tempête

Calmé, Noël espère probablement recommencer une nouvelle vie, plus citadine que celle qu’il menait jusqu’alors près de sa mère à la ferme de Vibersviller. Mais c’est sans compter le retour des deux hommes qui devaient le livrer aux bouchers. Il retrouve toute sa fougue, passe d’un jardin à l’autre en défonçant les clôtures avant de se trouver prisonnier dans un patio à l’arrière d’une maison.

Il aura fallu cinq hommes, dont le directeur de la SPA et un jeune et vigoureux policier pour le maîtriser et le charger dans le camion. Auparavant, la bataille aura été vive, l’animal se cabre, échappe aux gaillards, emporte dans sa course la balançoire qui ne balancera plus que le doux rêve qu’on lui fiche la paix.

Le veau enfin chargé et apaisé, du moins en apparence, les palabres s’engagent alors entre les représentants de la SPA et l’éleveur. « Il a droit à une seconde vie » implore Céline Port, présidente du refuge.

Les bénévoles auront gain de cause. L’agriculteur leur vendra Noël, au prix de 6,80 € le kilo (sic). Hier soir on lui connaissait déjà son avenir : il sera confié aux bons soins de la ferme pédagogique de centre équestre Cascade et fantaisie d’Altwiller.

Et pour régler la facture, la SPA de Sarrebourg a lancé dès hier soir, un appel aux dons. Parce qu’il le « veau » bien !

Secours et protection animalière, tél. 03 87 03 53 14. Site internet : http://www.spasarrebourg.com/

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Coco Mona
    Oct 28, 2014 @ 13:40:34

    Tous les animaux conduits aux abattoirs devraient faire de même,tenter de sauver leur vie, puisqu’ils sont condamnés qu’ils se rebellent et mettent à mal tous ceux qui se mettent sur leur chemin leurs. Ce veau a été très courageux . Merci à la spa de lui avoir permis d’échapper à la mort.

    J'aime

    Réponse

  2. Seven IIzon
    Oct 28, 2014 @ 13:58:26

    Les bénévoles plus le directeur de la SPA ont aidé à mettre le veau dans le camion! Bien que je comprenne qu’ils aient empêché le veau de faire plus de dégâts dans les jardins, peut être sans doute pour mieux parvenir à une transaction avec les employés de l’agriculteur , mais imaginons que celui-ci n’est pas accepté, la SPA aurait été complice. Bien sur je relativise, si ce veau n’avait pas pu s’echapper, il n’aurait pas été en contact avec les bénévoles de la SPA. Néanmoins, il ne faudra pas faire comme la PETA, qui collabore trop avec les éleveurs. Si mon message dérange, vous pouvez l’effacer.

    J'aime

    Réponse

Laissez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :