Un rappeur végétalien au service de la cause animale – Vienne

Avec son clip, le rappeur RES veut aider ses auditeurs à « passer un cap difficile à atteindre ». – (Photo David Tavan)

RES. Trois lettres pour un rappeur engagé dans le combat pour la cause animale. Son clip “ La Fable de la Morlette ” est disponible sur YouTube.

Vous avez peut-être entendu parler du rappeur RES à l’occasion de son passage dans l’émission « Incroyable Talent », ou lors de sa victoire au championnat du monde de rap improvisation en 2013. Eh bien le rappeur poitevin refait parler de lui depuis le 20 juillet dernier, date de sortie de son nouveau clip, «  La Fable de la Morlette  ».

«  Combattre la violence hypocrite  »

La référence est explicite. Rappelez-vous, en janvier dernier, l’affaire avait défrayé la chronique, et mis sous les feux de la rampe et des critiques Farid de la Morlette, un jeune Marseillais qui avait trouvé intelligent de se filmer en train de balancer un chat contre un mur. Insultes, menaces de mort, rumeurs de passage à tabac après son incarcération… Le Phocéen avait littéralement subi un déferlement médiatique sans précédent.
Loin de vouloir tirer sur l’ambulance, RES cible plutôt « la violence hypocrite qui pousse les gens à se soulever une semaine pour une cause qu’ils ignorent le reste de l’année ». Car le jeune rappeur est bien loin des clichés régulièrement associés au genre musical. Végétalien et militant pour la cause animale, RES veut « utiliser le rap pour faire passer [son] message ».

Casser des habitudes bien ancrées

Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’il est déterminé dans son combat. « Ca fait un peu plus d’un an que je m’implique dans la cause animale, raconte t-il, issu d’une famille de viandards, j’ai commencé à me questionner sur mon alimentation. J’ai progressivement limité mon alimentation en viande, avant de devenir définitivement végétarien, puis végétalien. » Son déclic ? « Un documentaire, «  Earthlings  », de Shaun Monson. Il y montre l’attitude des humains face aux animaux, que ce soit dans l’alimentation, la domestication, l’habillement, la science… »
Pour faire passer son message à un public déjà acquis à sa cause pour ses frasques dans l’improvisation et la rap battle avec le collectif End Of the Weak, RES a bien compris l’importance de la forme. Allitérations, assonances… La sonorité de ses textes est aussi aiguisée que le message qu’ils diffusent.
Et pour cause, ce dernier peut parfois être dur à entendre, comme en témoignent certains commentaires, assez violents, lisibles sous la vidéo. « Je sais que c’est dur de casser certaines habitudes. J’essaye de ne pas juger l’auditeur, puisque j’étais dans la même situation que lui, il y a quelques années. Je me dis que j’aurais aimé tomber sur quelqu’un qui m’en aurait parlé. »

> Lien vers le clip « La fable de la Morlette » : http://bit.ly/V4fbtH.

Bastien Lion

 

viaUn rappeur végétalien au service de la cause animale – 21/08/2014 – La Nouvelle République Vienne.

Laissez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :