Un braconnier arrêté pour avoir tué 80 bêtes en Argonne

VIENNE-LE-CHATEAU (51). Un chasseur peu scrupuleux a été entendu par les gendarmes de Vienne-le-Château. Il a reconnu avoir tué de façon illégale 80 bêtes.


Le braconnier qui sévissait en Argonne s’était «
spécialisé
» dans le gros gibier comme le sanglier ou le cerf.

Photo d’illustration

En Argonne comme ailleurs, nombreux sont les chasseurs à assouvir leur passion. Les forêts de la région regorgent de gibiers. Dans 99 % des cas, ils respectent tous la législation qui entoure cette activité. Ce qui n’était pas le cas d’un braconnier qui a sévi entre 2011 et 2014 dans la région de Ville-sur-Tourbe, Fontaine-en-Dormois, Cernay-en-Dormois et Rouvroy-Ripont.

« C’est une affaire assez conséquente, a expliqué, hier, Jean-Charles Braconnier, le commandant de la compagnie de gendarmerie de Châlons-en-Champagne. Il pratiquait des actions de chasse en dehors des périodes autorisées, la nuit, mais également en journée, avec des armes non déclarées et sur des terres sur lesquelles il n’avait pas le droit. Et il transportait du gibier mort sans bague, ce qui est strictement interdit ». Si ses agissements étaient connus de beaucoup de personnes dans la région, il a malgré tout fallu du temps pour le confondre.

Un fort caractère

Selon nos informations, ceux qui connaissaient ses activités n’osaient pas en parler, par peur de représailles, l’individu étant considéré comme ayant un très fort caractère. Mais les langues ont fini par se délier. « Ce sont les gendarmes de Vienne-le-Château qui ont reçu certaines informations sur son identité grâce à différents témoignages, poursuit le commandant Braconnier. Il a été entendu en audition libre durant laquelle il a reconnu avoir tué quatre-vingts bêtes. Il y avait du cerf, du chevreuil et du sanglier. Dans certains endroits de la forêt, il y a des mangeoires pour le gibier. Il s’installait à côté et attendait que les bêtes arrivent pour les tirer ».

Sans ces indications, il aurait certainement pu poursuivre ces méfaits encore longtemps, le flagrant délit étant difficile à constater dans ce genre d’affaire.

Selon les instructions du parquet de Châlons, les armes du braconnier ont été immédiatement détruites. Le dossier est désormais dans les mains de la justice.

Reste à savoir si le fruit de ce braconnage bien organisé était destiné à sa propre consommation ?

En attendant le procès du braconnier présumé, plusieurs associations de chasse devraient se porter partie civile dans une affaire qui a causé des préjudices conséquents.

viaUn braconnier arrêté pour avoir tué 80 bêtes en Argonne – Accueil – www.lunion.presse.fr.

Laissez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :