A-t-il achevé son chien à coups de pelle ? – Deux-Sèvres

 

La chienne « achevée » était de race épagneul breton. – (Photo d’illustration NR)

 

 

Thouarsais

Le président Bruno Bourdeau annonce la couleur : « C’est le genre d’infraction que je déteste, je vous le dis tout de suite ». Le prévenu, un natif de Thouars, était convoqué hier à la barre du tribunal correctionnel de Niort pour avoir commis des sévices graves ou actes de cruauté envers un animal apprivoisé. C’était en 2011, dans sa propriété située dans une commune du Thouarsais.

D’après plusieurs témoignages, c’est à coups de pelle que cet homme de 33 ans aurait achevé son épagneul breton parce qu’il ne voulait pas l’amener chez le vétérinaire. Une vieille femelle malade, présentant une grosseur à l’abdomen. Il aurait brûlé le cadavre ensuite, d’où une odeur de chair brûlée persistant dans la cour pendant huit jours. Il l’aurait d’ailleurs avoué à une connaissance. Cette dernière en restera « estomaquée ».

Il nie fermement

« Je sais que j’ai pas fait ça », se défend le prévenu, keffieh autour du cou et veste de motard sur le dos. « Vous, vous savez, moi je ne sais pas », rétorque le juge, intrigué par le pedigree du mis en cause. Celui-ci, une condamnation au casier judiciaire pour des violences sur son ancienne épouse en 2012, vit entouré d’animaux : canards, faisans, oies, poules, moutons…
« Je passe sur les cadavres de moutons, vous n’êtes pas poursuivi pour cela… », indique le président Bourdeau, avant de révéler que le trentenaire fut maître-chien à l’armée.

Témoignages accablants

Dans le dossier, des témoignages accablent le Thouarsais, venu sans avocat. Le premier : « Il y a quelques années, deux de ses chiens se sont battus. L’un a eu un œil crevé. En représailles, il a tué celui qui avait gagné, un croisé labrador-rottweiller ». Son ex racontera aux enquêteurs : « Un jour, une chienne a fugué. Pour la punir, il l’a attachée à une corde et l’a pendue à une balançoire pendant plusieurs heures ». Pour le mis en cause, ces déclarations sont fausses. Le magistrat se dit « surpris » par celle d’un homme : « S’il avait voulu vous enfoncer, il aurait dit que vous êtes un salopard qui tape sur toutes ses bestioles ». Mais ce témoin affirme que seuls les chiens étaient maltraités.

Jugement en délibéré

Pour les coups de pelle mortels, le parquet requiert une peine d’amende de 1.500 € et l’obligation d’effectuer un stage de citoyenneté. Parce que tuer un animal dans ces conditions, « c’est la négation de la dignité que l’on peut porter à tout être vivant », estime Jean-François Héry, substitut du procureur de la République.
Le jugement est mis en délibéré à la semaine prochaine.

nr.niort@nrco.fr

 

Aurélien Douillard

viaA-t-il achevé son chien à coups de pelle ? – 22/01/2014 – La Nouvelle République Deux-Sèvres.

Laissez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :