Le hérisson d’Europe en mauvaise passe – Loir-et-Cher

Le recensement débute dès maintenant et se clôturera à la fin de l'année. Toutes les observations sont les bienvenues. Le recensement débute dès maintenant et se clôturera à la fin de l’année. Toutes les observations sont les bienvenues. – (Photo Jean-Paul Leau Perche Nature)

Familier des jardins, et plutôt sympathique le hérisson est en danger. Perche Nature lance un grand recensement dans le nord du département.

Il existe très peu de données sur le hérisson en Loir-et-Cher. On le croise dans les jardins, à la tombée du jour, plus souvent hélas en carpette sur la route, mais qu’en est-il de sa population ? Sa durée de vie dans un environnement favorable est de 7 à 10 ans, actuellement réduite à moins de deux ans. Les collisions routières et l’ingestion de pesticides représentent 60 % des décès observés. Le hérisson fait pourtant l’objet d’une protection totale en Europe. « C’est ce qui nous pousse à réaliser ce recensement, avec le soutien de la Région Centre, » explique Thibaut Bourget de Perche Nature.

Cent sept communes du nord

Ce dénombrement, engagé pour la première fois dans le département, va se réaliser avec l’aide des particuliers et des associations. Il s’amorce dès maintenant et se clôturera en décembre, lorsque le hérisson entre dans sa période d’hibernation. Cent sept communes du nord du département sont concernées, « essentiellement situées dans le Perche Vendômois, sans limites strictes, » précise Thibaut Bourget. Les communes du Gault-du-Perche, Droué, Saint-Amand-Longpré, Villedieu-le-Château et Gombergean délimitent globalement les secteurs. « Nous souhaitons qu’un maximum de personnes nous fasse état de leurs observations, de manière assez précise sur le lieu de découverte, et les conditions dans lesquelles l’animal se trouvait. »
Pour participer utilement à ce recensement il suffit d’adresser ses observations à Perche Nature (perche.nature@wanadoo.fr) ou par téléphone au 02.54.80.11.05.
Dans le même temps l’association pense mener quelques animations susceptibles de mieux faire connaître le hérisson et de lui venir en aide. « Ce pourrait être un atelier pour apprendre à fabriquer des abris et pour s’informer sur les dangers qui menacent quotidiennement cet animal. » Il existe des centres spécialisés dans le sauvetage des hérissons, notamment à Fouencamps dans la Somme qu’il est possible de contacter pour toutes les questions concernant l’aide que l’on peut fournir aux animaux.

Henri Lemaire

SANCTUAIRE Un hôpital spécial hérisson

Le sanctuaire des hérissons est une association créée par Anne et Patrick Burban, à Fouencamps (Somme). Elle se détermine comme l’unique hôpital refuge de France, réservée aux hérissons. Dans leur propriété, Anne et Patrick recueillent, soignent et réinsèrent les animaux blessés ou malades. La structure est ouverte toute l’année, l’association compte environ 600 membres
Le couple assure une permanence téléphonique sept jours sur sept, pour renseigner gratuitement toutes les personnes qui recueillent des hérissons blessés. Leur site Internet fourmille également de conseils précieux.

Sanctuaire des hérissons : 7, rue de Noye, 80440 Fouencamps. Tél. 03.22.09.21.03 ou 06.83.77.15.68. (avant 21 heures). Site : http://valleech.club.fr/index.html

viaLe hérisson d’Europe en mauvaise passe – 10/09/2013 – La Nouvelle République Loir-et-Cher.

Laissez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :